RSS
RSS

Si tu as des questions sur le forum ou son univers, c'est par ici ! Groupe à privilégier : Naidiens. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trishna Maänadil
- Indépendantiste -
Messages :
18

Date d'inscription :
15/08/2016


Mon personnage
Réputation: Incontournable entremetteuse
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   Mer 17 Aoû - 18:25



« Elle n'est pas jolie, elle est pire »


- Victor Hugo (à propos d'une actrice)






←Trishna Maänadil→




Groupe : Naidiens
Faction : Indépendantiste
Métier : Intendante du palais royal Naidien
Sexe : Féminin
Âge : 27 ans
Taille : 1m68
Poids : 56kgs

La Joueuse

Ton pseudo/Prénom : Loutre
Age : 19 ans
Ton arrivé ici : Grâce à un top-site, Velusia
Ton avis : Un forum très soigné qu’il me tarde de découvrir !
Ta disponibilité : Quotidienne pour l’instant


(a) Selenada

Caractère



Trishna apparait comme une femme accomplie et qui n’a plus rien à prouver. On pense à elle comme une citoyenne très attachée à son pays et ses traditions, qui excelle dans son rôle d’intendante royale, use correctement de position à la cour, est pieuse, et a fait un bon mariage. Le seul devoir qu’elle n’ait pas mené à bien est celui de donner un héritier à sa lignée. Lui mentionner sa potentielle stérilité est le moyen le plus sûr de s’attirer ses foudres. Pour pallier à cette problématique question d’héritage, elle recherche depuis peu un éventuel bâtard que son frère aurait laissé derrière lui, afin de le recueillir comme pupille.

Elle vit entièrement dans le dépassement de soi naidien. Cette tradition régit sa vie ; elle éprouve constamment le besoin de faire mieux, de perfectionner ce qu’elle sait déjà et d’apprendre ce qu’elle ignore. Intelligente et cultivée, elle possède des capacités de gestion, de planification et de calcul mental impressionnantes, ce qui lui a valu son poste au palais. Elle adore ce qu’elle fait, sans doute cela l’aide-t-il à constamment repousser ses limites et ignorer le manque de sommeil. Si elle n’a pas eu le temps de se consacrer à une activité artistique comme le dessin, la peinture ou la musique, les nombreux bals donnés au Palais lui ont permis d’apprendre à danser, sans doute une de ses activités favorites.

C’est une dame responsable, et d’un caractère facile et arrangeant. Elle prend rarement parti, et c’est ce que l’on attend d’une des plus grandes entremetteuses de la cour. On vient à elle pour lui demander des faciliter des accords entre les familles, elle le fait, en échange, elle bénéficie d’une quasi immunité à la cour. Elle peut toutefois se montrer assez rancunière, et même d’une façon plutôt injuste, contre ceux qui se dressent sur sa route. Il suffit de se pencher sur ses relations chaotiques avec son frère et son père pour le constater.

Elle est la maîtresse du Palais bleu, lieu de rencontre pour l’aristocratie naidienne. Elle éprouve pour sa demeure un profond attachement, virant presque à l’obsession. Cette villa est la garantit de son indépendance, rares pour les femmes non-Qiang. Sans doute est-ce pour cela qu’elle y tient tant.

Elle croit fermement dans le grand dieu de l’est, et invoque souvent sa protection et sa sagesse. Elle respecte les rites ancestraux de sa culture, en usant par exemple beaucoup de talismans et de porte-bonheurs. Elle ne prie toutefois pas de manière régulière, ce qui ne l’empêche pas d’entrer occasionnellement crise spirituelle et d’effectuer un pèlerinage au monastère Quenda.

La jeune femme n’est toutefois pas aussi assurée qu’elle en a l’air. En outre, elle se sent très seule depuis la mort de Kianh, malgré quelques amitiés sincères à la cour, mais qui n’ont pas la profondeur dont elle rêve. Sa solitude s’est encore accentuée depuis son exil à Talehe. Elle se montre assez méfiante et n’accepte pas n’importe qui dans son cercle d’intimes. Pour quelqu’un qui évolue à la cour, elle se montre fabuleusement maladroite lorsqu’il s’agit de nouer des amitiés durables. Mais une fois sa confiance acquise, elle peut se montrer une alliée de poids.



Physique




Trishna, comme la plupart des femmes de la cour, se préoccupe grandement de son apparence. Le traditionnel dépassement de soi naidien concerne également le corps, le reflet de l’âme. La beauté est un atout ; cela est d’autant plus vrai dans l’aristocratie. Seul le grand dieu de l’est sait à quel point les apparences régissent la vie de la noblesse ; renvoyer une image agréable facilite grandement le premier contact.

Trishna est une beauté effacée, de celles dont le charme se révèle peu à peu au fil de la conversation, telle un morceau de musique allant crescendo. Si bien qu’à la fin, ses interlocuteurs se demandent comment ils ont pu manquer ce qui était pourtant sous leurs yeux depuis le début. D’où la fine phrase de Kianh à son sujet « elle n’est pas jolie, elle est pire ». Ses cheveux noirs, toujours bien arrangés grâce à des parures de perles, encadrent un visage avenant, semblant modelé dans cette expression aimable qui ne la quitte jamais en public. Les traits fins soulignent un teint crémeux, rehaussé par des pommettes hautes et fraiches, des yeux rieurs malgré leur teinte glacée, et une bouche rosée. Ses courbes douces et féminines sont enserrées dans des robes aux couleurs chatoyantes, rehaussées de tissus vaporeux et bordées de perles. Elle porte souvent une parure de turquoises serties d’or, héritée de sa mère, qui la tenait elle-même de sa grand-mère. Sa démarche, digne de la danseuse qu’elle est, a été rigoureusement travaillée des heures durant ; de même que sa voix et son rire, pour être le plus agréables possible. Touche finale du portrait : son parfum, encore une fois transmis par sa mère. Discret et entêtant, elle en applique quelques gouttes dans le cou et le creux des poignets, pour que l’odeur parvienne à ces messieurs lors du baisemain de rigueur.

Mais là où Trishna est le plus belle, c’est incontestablement en tant que radieuse hôtesse du Palais bleu, lorsque sa tenue entière a été pensée pour être magnifiée par la lumière céruléenne. Les broderies argentées de ses robes et les tissus soyeux se parent d’éclats tandis que les turquoises prennent vie.

Toutefois, la noble dame est parfaitement consciente que la majorité de sa beauté est due aux nombreux onguents et produits pour lesquels elle dépense d’importantes sommes, ainsi que les heures passées à sa toilette quotidienne. Passez donc la nuit chez elle, et surprenez-la lors de son ablution matinale. La belle flaque d’encre qui coulait autour d’un visage sans défaut hier vous semblera tout à coup bien terne et brouillonne ! Qu’elle oublie de se passer du baume, et sa peau sera soudainement moins douce ; qu’elle omet de se poudrer et son teint révèlera les premières imperfections liées à l’âge. Au naturel, comme la plupart des femmes de l’aristocratie, Trishna se trouve seulement être « jolie »…




Récit



Trishna est issue d’une des Grandes Familles du royaume Naidii, la maison Maänadil, fondée il y a douze générations de cela. Ses membres se sont distingués grâce à leur habileté à manier les chiffres : ils comptent ainsi d’habiles négociants, quelques savants mathématiciens, ainsi que des architectes de talent. C’est à Tarihé Maänadil, arrière-grand-père de Trishna et fondateur du célèbre Palais bleu que cette Famille doit sa position aisée. Il est important de mentionner le Palais bleu pour comprendre le mode de pensée de Trishna ainsi que sa relation aux autres. Demeure officielle de la famille, il est un lieu de socialisation très important pour les aristocrates naidiens. Nommée « Palais bleu » à cause de ses vitraux diffusant une lumière céruléenne, réfléchie dans les nombreux bassins intérieurs,  est relativement peu imposante comparée à d’autres manoirs que l’on peut trouver dans la colline aux fleurs de Taytambo. Ce lieu a vu beaucoup de mariages, de fiançailles, d’adultères et même des affaires d’états se conclurent en son sein ; aussi s’en voir refuser l’accès ne rend pas impossible une ascension à la cour, loin de là : elle la ralentit. Les Maänadil bénéficient ainsi d’une certaine immunité, puisqu’on n’ose guère se fâcher avec eux. Toutefois, dire que cette famille est très appréciée à la cour serait erreur : on adore la demeure et les fêtes qui y sont organisées ; l’affection portée aux dirigeants est une autre paire de manche.

Cela explique sans peine le caractère de Trishna, sa forte indépendance, son lien particulier avec les autres membres de la cour ; ainsi que son talent dans la gestion, la planification et l’intendance, qui lui a valu son poste stratégique au palais. Elle a en effet perdu sa mère, Astëvih, maîtresse de la demeure, en même temps que son grand-père et sa grand-mère, disparus en mer après un voyage diplomatique dans les terres ivrianes. Trishna a très vite pris la suite de sa mère, son père étant occupé par son commerce et l’éducation de son fils, héritier des affaires familiales. Trishna grandit de la sorte, entre ses obligations, son éducation très stricte, les fêtes naidiennes, les intrigues de cour ainsi qu’une relative insécurité, puisque le domaine devrait un jour revenir à son frère et à l’épouse de celui-ci, par droit d’aînesse.

Elle se maria à 19 ans à Kianh Durhlan, plus par raison que par amour, malgré la vive affection qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre et la bonne entente qui régnait dans la couple. Ainsi soulagée, elle continua de gérer les affaires de la villa. Elle était heureuse de prendre soin de la demeure Maänadil qu’elle aimait tant ; malgré cette rage qui sommeillait en elle : un jour, le Palais bleu lui serait arraché.

Un an et demi après son mariage, ses capacités de gestion n’étant plus à prouver, elle fut invitée à prendre part aux affaires internes du palais. Sa nomination au poste d’Intendante trois ans plus tard, malgré son jeune âge – 24 ans – ne choqua personne. Elle prit ses fonctions avec une joie et une fierté évidente, malgré la charge de travail que cette activité lui apportait. Entre son mari, les deux palais, le temps apporté quotidiennement à sa toilette et son devoir de présence à la cour, elle ne s’accordait que rarement du repos, mais elle aimait cette vie délicieuse et frénétique. La seule ombre au tableau restait cette fichue question d’héritage.

Le roi décéda peu après l’entrée en fonction de la jeune femme. Si elle fut affligée par la mort de ce souverain bien-aimée, ses sentiments à l’encontre de la reine Lilz étaient plus mitigés. Sa montée sur le trône suscitait sa méfiance : la jeune souveraine paraissait trop fragile et douce pour assumer sa tâche. Elle ne pouvait que faire courir son peuple à la catastrophe. Parallèlement, Trishna la considérerait avec une bienveillance fraternelle, touchée par leur âge commun.

Encore un an, et deux événements majeurs arrivèrent coup-sur-coup pour bouleverser son existence. En premier lieu, Trishna subit la perte de Kianh, décédé suite à l’infection d’une blessure donnée par un nomade, durant une expédition au désert Nakhti. Elle était effondrée. Le chagrin mêlé à la honte de le pleurer comme un ami cher et non comme un amant ; encore couplé au regret de ne pas avoir conçu d’héritier malgré six années de mariage, fit qu’elle traversa une période particulièrement difficile.

Quatre mois plus tard, son imbécile de frère était renié. La nouvelle, transmise par son père en personne, la laissa pantoise. Allons bon, quelle stupidité suffisamment importante pour être chassé de la Famille avait commis Mënar ? Trishna s’en moquait. Elle était bien contente que ce frère absent et immature, sur lequel elle rejetait son amertume de cadette, soit écarté de la succession. Elle seule méritait le Palais bleu, et elle pouvait à présent le diriger la tête haute. Quelle ironie que cette victoire tant espérée advienne à un moment aussi tragique ! Au moins, elle pouvait pleurer librement dans son domaine, réconfortée par une lumière bleutée caressante, dont elle pourrait profiter tout le reste de son existence. Du moins le croyait-elle.

Trishna s’habitua lentement à la solitude du lit conjugal. Elle assumait toujours avec plaisir sa charge d’intendante au palais et son rôle de maîtresse de maison, quand la reine Lilz réaffirma l’allégeance du royaume Naidii à l’empire Ivrian. La consternation ne dura qu’un temps, la colère vint rapidement, puis la révolte. L’indignation compréhensive de Trishna se mua en animosité pure et simple quand elle fut forcée de quitter Taytambo pour se réfugier avec le reste de la cour sur le continent.

Depuis, Trishna ronge son frein. Elle découvrit avec soulagement que son caractère facile et arrangeant lui avait attiré plus d’alliés qu’elle ne le pensait à la cour. Sa position assurée malgré la perte de son atout, le Palais bleu, elle put se concentrer sur la triste situation qui déchirait son pays. Elle ne supportait pas ce contexte instable et souhaitait par-dessus tout la cessation des hostilités. Les naidiens devraient se montrer plus unis que jamais contre l’empire plutôt que de faire couler le sang de leurs frères. L’idée que son Palais bleu chéri, son attache, son foyer, ait pu être mis à sac, la rendait folle. Que le seul et unique grand dieu de l’est, dans sa grandeur et sa pitié, protège son peuple de la guerre civile et de la montée des eaux…


Dernière édition par Trishna Maänadil le Sam 17 Sep - 21:12, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
- Invité -


avatar

MessageSujet: Re: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   Mer 17 Aoû - 18:41

Bienvenue amie rebelle 8D
Revenir en haut Aller en bas
Adelmiro Ybaria
- Ministre dans la tourmente -
- Indépendantiste -

Messages :
182

Date d'inscription :
17/02/2016


Mon personnage
Réputation: Sur le point de basculer
Célébrité: Reconnu
Équipement:


Ministre dans la tourmente -- Indépendantiste
avatar

MessageSujet: Re: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   Mer 17 Aoû - 19:52

Hey !
Un contexte bien intégré, la chronologie qui est respectée, et ce Palais presque personnalisé rendent cette histoire très agréable à lire !
Mais deux petites corrections : Hinide est une ville, la capitale de l'empire Ivria, donc je suppose que quand tu parles des terres Hinides tu veux dire les terres ivrianes ? Et une coquille : dans le premier paragraphe, tu as écris TaytEmbo (mais fois d'après, c'est juste).
Au plaisir de découvrir la suite !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trishna Maänadil
- Indépendantiste -
Messages :
18

Date d'inscription :
15/08/2016


Mon personnage
Réputation: Incontournable entremetteuse
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   Dim 21 Aoû - 15:32

Bonjour ! Les points soulevés par Adelmiro ont été corrigés. J'ai également posté le physique et le caractère de ma petite Trishna, aussi puis-je vous annoncer avec plaisir que cette fiche est terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelmiro Ybaria
- Ministre dans la tourmente -
- Indépendantiste -

Messages :
182

Date d'inscription :
17/02/2016


Mon personnage
Réputation: Sur le point de basculer
Célébrité: Reconnu
Équipement:


Ministre dans la tourmente -- Indépendantiste
avatar

MessageSujet: Re: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   Dim 21 Aoû - 16:22

Parfait ! Je te valide ta fiche.

Tu as une réputation d'Incontournable entremetteuse.
Ton niveau de célébrité est Habitant. Tu es bien connue de l'aristocratie naidienne mais en tant qu'intendante, tu ne participes pas vraiment à la vie politique et n'est donc pas connue hors du royaume.
Tes relations sont donc neutres avec la plupart des gouvernements, sauf bien sûr avec les Naidiens. Là, je te mets une note de 700/100 : tes relations avec Lilz et son gouvernement, que tu sers bien, sont excellentes (tant que tu ne t'affiches pas ouvertement comme indépendantiste), mais l'influence de ta famille fait un peu peur.
En cas de question ou réclamation, tu sais où me trouver.

Un petit détour par le bottin des avatars (juste ->ici<-) et tout sera bon !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trishna Maänadil
- Indépendantiste -
Messages :
18

Date d'inscription :
15/08/2016


Mon personnage
Réputation: Incontournable entremetteuse
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   Dim 21 Aoû - 17:00

Merci beaucoup pour cette validation très rapide Adel ! L'avatar est référencé et tout me convient parfaitement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trishna Maänadil - L'intendante royale en exil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» TRAITE GARDER J B ARISTIDE EN EXIL ! FUNERAILLES OFFICIELLES POUR D . BERROUET
» Malgré l’exil, Aristide reste au centre de la politique en Haiti
» |G.Royale|
» Une fleur de Lys pour l'Allumeuse Royale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Administration :: Les personnages :: Les habitants de Noren-
Sauter vers: