RSS
RSS

Si tu as des questions sur le forum ou son univers, c'est par ici ! Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sety Maelkran
- Civil ivrian -
Messages :
63

Date d'inscription :
14/08/2016


Mon personnage
Réputation: Corbeau
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Lun 5 Sep - 16:04

Sety aimait voir la forge de son Brod’Steel tourner à plein régime. L’odeur du métal coulant dans les moules, le bruit des marteaux frappant l’acier chaud et le sifflement de l’eau. Tant de sons aimés par le Corbeau. Elle passait telle une ombre dans les divers ateliers, ne parlant à personne, mais aimant chacun d’entre eux.
Dans l’atelier de sertissage, où l’on incrustait des pierres sur les gardes des armes, le mari de Sety l’attrapa pour lui faire part d’une idée qu’il avait eue. C’était un enthousiaste alors quand il avait une idée, il la faisait éclater au grand jour :

- Sety, je regardais le carnet de commande et je trouve que c’est un peu maigre. Rien de dramatique, mais l’activité va se ralentir d’ici quelques semaines. Alors je suis allé voir mon père et il m’a conseillé de me rendre au marché de Tadala dans le désert de Nakhti. On trouverait toujours des acheteurs pour nos armes. Ce serait un bon complément de revenue ? On pourrait vendre quelques armes d’apparat et des surplus de l’armée ?

La proposition était alléchante, la réserve était bien pleine et les armes de qualités standards avaient du mal à partir depuis la fin de la guerre. Une expédition commerciale là-bas pourrait remplir les caisses et permettre de rapporter des idées d’armes. Mory était vraiment utile quand la situation l’exigeait :

- Bonne idée, je vais mettre en place un convoi.

- Mais ! C’est un peuple patriarcal, une femme serait mal perçue.


- Pas grave, j’ai besoin de toi ici.

Mory savait qu’il était inutile de discuter. Il se contenant de retourner travailler dans son coin.

Brave garçon qu’il était, Sety ne lui faisait pas encore confiance pour ce genre de transactions. Elle entreprit donc de rassembler tous ce qu’il faudrait pour le voyage. Ce serait un très long voyage, qui prendrait  deux mois aller-retour, au bas mot ! Il fallait assez de chariots pour transporter les marchandises, les vivres et les divers équipements.
Lorsque Sety calcula la valeur totale du chargement, elle se rendit compte que ce serait totalement suicidaire et irresponsable de se promener avec son escorte habituelle. Il semblait évident qu’il faudrait des renforts pour cette mission. Le souci c’est que cela augmenterait encore les coûts et rendrait l’opération moins intéressante.

Il fallait donc une compagnie fiable mais relativement peu connue pour que les frais soient raisonnables. Peut-être Sety pouvait-elle convaincre le chef de la troupe  d’accepter des armes ? Forte de cette idée, elle se rendit auprès du père de Mory, qui l’aiguilla vers une compagnie ayant une relativement mauvaise réputation, mais dont lui ne se plaignait pas.
La cheftaine de la compagnie noire était une femme pragmatique, qui menait intelligemment sa compagnie. Curieuse, Sety demanda à rencontrer cette femme.

Le rendez-vous eu lieu dans une taverne relativement calme, la femme vint accompagner d’un seul soldat, un homme assez grand et au regard dur. Il ne décrocha pas un mot de tout l’entretien. Sety elle était accompagnée de Garrus, un ancien spadassin ayant survécu à la désastreuse bataille de Yang quelques années plus tôt. Celui-ci ne quitta pas des yeux le garde du corps de la cheftaine une seule seconde. Lapidaire et pragmatique, l’entretient eu une allure assez étrange :

- Je cherche une escorte pour aller jusque Tadala. On m’a recommandé vos services.

- Qui est donc ce on ? Que transporterez-vous ?

-  Julius de la maison Fael. Transport d’armes, vente et puis on revient.

- C’est un long trajet, combien vous payerez ?

- 5% des bénéfices, si tout se passe bien, 200 palmes d’or. En plus, chacun de vos hommes pourra commander une arme chez moi. Celle de son choix.

- Et si ça ne se passe pas bien ? Moi aussi je dois faire tourner mon affaire !
- Nous payons nourriture et boisons, et l’arme est une valeur socle. Vous ne serez pas perdant.

- Je veux 200 palmes assurées ! Je ne vais pas risquer ma vie pour moins.

- Nos armes de qualité supérieure valent plus de 50 palmes d’or. Ce n’est pas négociable. 5% des ventes. Nous sommes une maison honnête, et notre avis est important chez les marchands.


La cheftaine sembla réfléchir longuement puis elle se retourna vers son garde du corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthorias de Loyce
- Civil ivrian -
Messages :
39

Date d'inscription :
17/08/2016


Mon personnage
Réputation: Combattant muet
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Mer 14 Sep - 0:27

C'était une matinée plutôt normale pour la compagnie noire, une taverne remplie de cris et d'alcool à bas prix, la quasi totalité des hommes de troupes festoyaient, profitant de l’accueil chaleureux de la ville.
Pourtant Arthorias n'était pas comme à son habitude à sa table attendant que quelque chose se passe
Non ce dernier c'était réveillé dans une chambre propre, des draps blancs soigneusement lavés et une douce odeur de parfum flottant dans la chambre.
Les draps se confondaient presque avec la couleur de ses cheveux.
Le soleil perçait timidement par la fenêtre close. Et le jeune homme émergeait lentement.
S'extrayant de ses draps, il fit quelques pas mal assurés sur un tapis brodé avant d'enfiler ses vêtements habituels.
Sa tenue avait été soigneusement pliée la veille, cette auberge était décidément au dessus du lot, mais le jeune homme ne prit pas le temps de rêvasser et s'engouffra dans le couloir.
Il revînt plus tard, un plateau rempli à la main.
Arthorias posa ce dernier sur une table avant de pénétrer dans la chambre qui jouxtait la sienne. La décoration était similaire en tout point sauf que l'occupante du lit était une jeune femme blonde.
Elle dormait encore paisiblement et il n'osa pas la tirer et s'attela à préparer le petit déjeuner d'une façon plus convenable.
La jeune femme s'éveilla doucement et eu la surprise de trouver son petit déjeuner et ses vêtements prêt à côté de son lit.

-Arthorias ? Déjà levé ?

Le jeune homme se leva, déjà complètement équipé, par respect, il détourna le regard en constatant que ce n'était pas le cas de son supérieur.
Pendant qu'elle s'habillait, Arthorias vérifia l'adresse qu'on leur avait indiqué, l'auberge en question était plutôt bien réputée, on pouvait donc s'attendre à une vraie rencontre et non un traquenard d'une compagnie rivale.Il ne fallut qu'une poignée de minute pour que la commandante soit équipée de son armure noire.

Quelques heures plus tard ils se retrouvèrent assis devant une table, en face d'une jeune femme à l'air sévère accompagnée d'un spadassin au visage serieux
Les négociations commencèrent, et déjà le mercenaire se demandait qui aurait pu conseiller la compagnie noire.
Quoi qu'il en soit la paye était plutôt bonne part rapport à d'habitude, et il fallait s'attendre à de bonne vente la bas. Quoi qu'il en soit mieux valait avoir les mercenaires occupées plutôt que les laisser rouiller dans les tavernes de Cairne.
Si bien que quand la cheffe se tourna vers lui, le fixant en quête d'un conseil, il hocha la tête pour exprimer son assentiment.
L'occasion était trop belle, cela pourrait même faire un peu de renommée à une compagnie qui en avait sérieusement besoin.
De plus l’opportunité de commander une arme chez un forgeron renommé était plutôt alléchante. Sa vieille épée était très bien mais elle manquait d'un certains équilibre. Quand au reste de la compagnie, les armes allaient d'un état convenable jusqu'à la relique couverte de rouille.
C'était également une bonne occasion de restaurer la cohésion des soiffards.

La chef avait conclu la même chose.
Prenant une grande inspiration , elle dégagea ses cheveux bruns avant de déclarer

-La compagnie noire vous escortera jusque la bas et reviendra avec vous, les termes seront donc les suivants : 5 % du profit des ventes et une arme pour chaque homme ayant participé au contrat.
D'autre termes à ajouter ?


Si tout se passait cela ferait un contrat juteux facilement accompli, la joie de n'importe quel mercenaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sety Maelkran
- Civil ivrian -
Messages :
63

Date d'inscription :
14/08/2016


Mon personnage
Réputation: Corbeau
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Jeu 15 Sep - 22:08

Sety regardait fixement un point juste au-dessus de l’épaule de la cheftaine, juste assez proche pour faire croire qu’elle la regardait son visage. Les propositions du contrat étaient très avantageuses pour les mercenaires. Cela dit Sety avait mentit par omission sur les bénéfices possibles de l’entreprise. Volontairement, elle avait éludé les armes qu’elle fabriquerait sur place et les commandes spéciales.

Avec les conseils du père de Mory, Sety savait exactement à qui s’adresser pour récolter 1000 palmes d’or supplémentaires. Mais ça, il ne fallait pas en piper mot aux mercenaires. Quand la cheftaine résuma les termes du contrat et demanda si d’autres termes devaient être ajoutés, Garrus toussota légèrement. C’était sa façon de demander la parole :

- Garrus ?

- Madame, vous savez le bien que j’éprouve pour la maison Fael et le jugement de Monsieur Julius. Cependant, je crois que vous avez omis plusieurs détails dans le contrat. Si vous me permettez, je m’en chargerais pour vous.

- Fais donc.


L’ancien soldat s’avança donc et regarda d’un œil sévère les deux mercenaires. Sety connaissait bien Garrus, c’était l’archétype du soldat, brave, intransigeant, fiable et fier. Un homme qui avait la pleine confiance de Brody et, par extension, la sienne :

- Je dirigerais la garde habituelle de la caravane, que la chaine de commandement soit claire, si j’ai un ordre à donner sur la façon de procéder, j’attends à ce que vous y obéissiez. Je ne veux pas mettre en danger la caravane pour une brouille de commandement.  

Sety se félicitait de toujours avoir des hommes d’expérience avec elle pour ce genre de situations. Garrus saurait comment encadrer ces soldats de fortunes. Mais il ne semblait pas avoir fini de parler :

- J’ai des règles TRES strictes également. Durant le voyage, pas d’initiative personnelles sans en référer à moi-même ou Madame Maelkran. Je ne veux pas voir de soldats manquant à l’appel. Vous vous soumettrez au régime alimentaire militaire. Pas d’abus de nourriture durant le trajet. Pas d’activité sexuelle et surtout, pas d’alcool !

C’était des règles rudes, Sety savait par expérience que les mercenaires  aimaient ce genre de choses.  Aussi, elle tempéra les propos de son garde :

- Durant le trajet, une fois à Tadala, vous aurez une relache. Garrus, continuez.

- Au  départ de la caravane, je veux inspecter les armes de vos soldats, si je les juges impropres aux combats, elles devront être remplacées par une de nos armes le temps de la mission. La cargaison est très précieuse, en cas d’attaque, vous la protègerez en priorité. Laissez mon équipe protéger le personnel.

Sety leva les yeux vers l’homme, c’était la seule personne de Brod’Steel qui avait fait la grimace en apprenant pour le voyage. Cela lui faisait-il si peur de voyager vers le désert Nahtki ? Que craignait-il au juste ? Les nomades ? En tout cas, il prenait très au sérieux la sécurité de cette mission. Le Corbeau décida d’apporter son soutien :

- Respectez ces règles et je parlerais de vous auprès des autres forgerons et marchands riches de la ville, vous aurez vite un autre contrat et un bonus.


Au son du mot bonus, les yeux de la cheftaine, qui semblaient s’être étrangement assombris, reprirent de la couleur. Le mot bonus était magique pour ce genre de personnes.

- Quel genre de bonus ?

Sety dégaina son épée et la présenta à la cheftaine, ses propres yeux brillaient en faisant cela :

- Le métal forgé suivant des techniques Qiang, cette épée est unique dans tout l’empire.

Elle reprit l’arme des mains de son interlocutrice :

- Plus solide et tranchante que toutes les lames Ivriannes. Soyez scrupuleux et vos armes auront le même traitement. Nous partons dans deux jours, soyez devant Brod’steel à l’aube. Un désistement serait mal perçu.

Sur ces mots, elle se leva et parti, abandonnant la cheftaine et son garde à leurs cogitations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthorias de Loyce
- Civil ivrian -
Messages :
39

Date d'inscription :
17/08/2016


Mon personnage
Réputation: Combattant muet
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Ven 23 Sep - 0:17

La jeune femme écouta sans dire un mot les arguments du garde avant de hausser un sourcil mécontent. D'un voix ferme elle rectifia quelques points encore brumeux

-J'entend bien Monsieur, faite donc passer à mes soldats tous les tests que vous voulez mais même avec votre chaîne de commandement, ils restent mes hommes et n'en répondront qu'as moi, il ne vous écouteraient de toute façon pas le moins du monde. Vous devrez donc me faire passer vos ordres, à moi ou à Arthorias. Quand aux absence, nous avons une règle simple dans la compagnie : tout absent est considéré comme mort il n'y aura donc pas de soucis de ce côté là.

Les autres réglé tenait seulement du bon sens et Loraythia ne jugea pas utile de préciser quoi que ce soit. Malgré leurs apparente débauche, les mercenaires de la compagnie étaient des professionnels , et elle avait veillé à ce que chaque soldat soit un minimum compétent, les seuls à encore devoir faire leur preuve seraient postés devant, prêt à recevoir les assauts.

La lame n'éveilla pas tant sa curiosité, à la place elle vit le regard d'Arthorias s’allumer à l'idée d'avoir un nouveau jouet. Ce dernier mit un moment avant de réaliser ce que ce type de métal pouvait avoir comme valeur aussi bien martiale que marchande.
Elle sourit avant d'ajouter.

-Bien si nous en avons finis avec ces formalités… J'ai une compagnie à mettre en ordre de bataille. Vous aurez votre propre petite armée devant Brod'Steel dès l'aube. Vous ne regretterez pas de nous avoir choisis.

Puis accompagnée de son garde du corps elle quitta la table, retenant un tremblement d'excitation. Un tel contrat était une aubaine à tout point de vue : se réequiper, gagner un peu d'or et de popularité et enfin faire le tri parmi les nouvelles recrues. La commandante voyait déjà l'envol de la compagnie. Elle se tourna vers le jeune homme avec des yeux pétillants.

-Qu'en dit tu ?

-Mis à part que je n'aime pas ce Garrus, je pense que ça peut être une bonne opportunité.

-Bien, nous somme d'accord sur ces deux points. Mais c'est l'affaire de bien peu de temps, bientôt nous serons nettement plus fortunés, nous sauront donc retenir toute animosité envers lui.
Sur ce dépêchons de rentrer !


La quasi totalité de la compagnie était là, une bande hétéroclite d'homme en arme regroupé en petit régiment. Les premiers éléments à avancer étaient les moins compétent et les moins bien équipés : un ensemble d'épée de hache et autre armes de basse qualités. Les rangs arrières étaient eux garni d'ancien soldats nettement plus disciplinés formant des groupes ordonnés en ordre quasi parfait. Ces dernier était mieux armés et présentaient des similitudes dans leurs type d'armes. Enfin suivait l'élite de la compagnie : d'imposant mercenaires vêtu de lourdes armures et d'arme à deux mains impressionnantes qui aurait pu trancher un cheval en deux d'un seul coup.

Plus elle avançait plus les effectifs gagnaient en qualité mais réduisait en effectif, et il ne fallut pas trop longtemps pour arriver à la fin de la colonne ou se trouvait le commandant Loraythia et son groupe d'élite. Derrière le chef se trouvait le porte bannière, un vétéran Ivrian dont le visage n'était qu'un canevas de cicatrice. Sa main sur brandissait la bannière de la compagnie. Près de lui se trouvait Une femme légèrement vêtue armée d'un arc et enfin Arthorias qui comme à son habitude se tenait dans l'ombre de son commandant.

La soixantaine d'homme d'arme s'arrêta devant la caravane dans un silence de mort. Et si les premiers rangs tendaient encore à discuter, tout le groupe lui attendait patiemment les ordres de la commandante.
Voyant Sety sortir de sa boutique, elle se dirigea non chalamant vers elle avant de déclarer d'un air enjouée.

-Et bien madame, l'aube pointe et nous somme là ! Prête à partir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sety Maelkran
- Civil ivrian -
Messages :
63

Date d'inscription :
14/08/2016


Mon personnage
Réputation: Corbeau
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Dim 25 Sep - 18:38

Quelle compagnie ! Soixante soldats de fortune plus ou moins bien équipés. Garrus et ses douze hommes se tenaient bien droit dans leurs bottes, défiant du regarde ce qui semblait être le noyau dur des mercenaires. La cheftaine s’approcha avec satisfaction de Sety.

Elle semblait très fière de sa troupe. Avec raison quand on  regardait l’équipement de qualité bien que marqué par une intensive utilisation. L’armurière devait reconnaitre que la moitié supérieure de la compagnie formait une force conséquente et visiblement redoutable. Mais à sa remarque, Sety ne fit qu’un léger signe de tête pour confirmer ces dires.

Les gardes de Brod’Steel aussi formaient une belle force, avec leurs armures coordonnés. Trois archers, trois lanciers, trois épéistes et trois hallebardiers.  Tous avaient une longue expérience du combat et aucun ne craignaient la mort. Certainement pas Garrus, en dépit de son statut d’épéiste, théoriquement d’un grade inférieur à un hallebardier. Il marchait tel Cairne parmi les mercenaires, les toisant d’un air sévère. Il jetait des coups d’œil réguliers aux armes de ses alliés temporaires.
Le niveau était globalement correct, les armes étaient solide à défaut d’être les meilleures. Satisfait, il revint vers Sety et déclara que tout était en ordre. Contrainte de jouer son rôle de chef d’expédition, Corbeau prit brièvement la parole :

- Les nouveaux de la compagnie noire, devant. Les meilleurs, autour des troisièmes et quatrièmes chariots. Mes hommes autour du personnel. En avant, dans le calme et le silence.

Sur ces mots, des chariots tirés par des chevaux de traits  sortir de l’atelier. Au nombre de 5, les deux premier contenaient de la nourriture et des fournitures communes. Les deux centraux embarquaient la plupart des marchandises  et le dernier transportait de quoi fabriquer, réparer ou modifier les armes. On pouvait aussi trouver quelques articles crées par Sety elle-même et qu’elle se refusait à entreposer comme de la vulgaire marchandise.

Pour sa part, l’armurière monta sur le chariot de queue, laissant l’avant et la direction de la caravane à Rael, un guide Nahtki recruté pour l’occasion. Enfin, une heure après le lever du soleil, l’expédition se mit en marche. Les rares personnes debout voyaient d’un œil médusé une compagnie de soldats passer devant eux, nombres s’écartés du passage tant la force était nombreuse et peu commune.

Deux jours plus tards…


L’ambiance sur le trajet n’était pas au beau fixe, si les soldats d’élites de la compagnie semblaient être corrects et respectaient bien les consignes. Ce n’était pas la même chanson pour le reste de la troupe. Certains parmi les nouvelles recrues ne semblaient pas comprendre que les règles étaient faites pour être respectés.

Le premier soir, Sety intercepta un mercenaire qui essayait de s’approprier une hache de combat valant 5 ou 6 palmes d’or. Garrus, lui, avait empêché plusieurs tentatives de chapardage. Mais les « nouveaux » , qui représentaient presque la moitié de la compagnie  étaient trop nombreux pour tous les contrôler. Si bien que Sety fut contrainte d’aller voir la cheftaine de la compagnie pour mettre les choses à plat. Le soir après une longue journée de voyage, alors que la caravane campait à proximité d’une forêt, les deux femmes eurent une conversation :

- Vos débutants ne sont pas très disciplinés. On m’a signalé plusieurs tentatives de vol. Faites que cela cesse ! Rapidement !

- Oui, j’ai eu les mêmes échos. Peut-être pourrions-nous trouver un terrain d’entente ? Supprimons par exemple les bonus des gens prit en flagrant délit de vol ? J’ai une confiance aveugle envers mes meilleurs éléments. Et je…

Cependant, elle n’eut guère le temps de finir sa phrase car un très puissant rugissement se fit entendre. Un rugissement grave, qui roulait entre les arbres et qui s’étendait dans la plaine environnante. Toutes les activités cessèrent et les regards se tournèrent vers les arbres et les armes les plus proches. Garrus rejoint les deux femmes au pas de course et dit d’une voix tendue :

- Ce n’est pas normal, ce rugissement, je le connais ! C’est un tigre noir, mais normalement, ils vivent à l’est de Cairne. Dans les terres proches de la grande barrière. En voir un ici c’est très mauvais signe, ce doit être un mâle particulièrement agressif et malin ! Sinon il ne serait jamais venu aussi loin.

La réputation de ces animaux n’était plus à faire, mais la caravane comptait plus d’une centaine de personnes, dont presque les ¾ étaient des combattants ! Sety avait du mal à croire en une menace sérieuse. Mais Garrus reprit :

- S’il se manifeste, c’est qu’il veut nous attaquer. Nous subirons une attaque durant la nuit, nous devrons nous organiser… et espérer qu’il pleuve.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthorias de Loyce
- Civil ivrian -
Messages :
39

Date d'inscription :
17/08/2016


Mon personnage
Réputation: Combattant muet
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Sam 1 Oct - 20:03

Plus le voyage durait plus les problèmes apparaissaient vite, les plus jeunes recrues ne valaient même pas le titre de mercenaire… Arthorias avait prévenu le capitaine à Cairne mais elle n'avait rien voulu savoir, d'après elle n'importe qui ferait l'affaire. Et voilà qu'ils se retrouvaient à regler des affaires de tentatives de vol. Les plus expérimentés faisaient la police, mais ils n'étaient pas assez nombreux et bien vite les affaires se multiplièrent.
Au début c'était des affaires presque anodine, mais même le jeune homme finit par devoir surveiller ces nouvelles recrues songeant qu'une véritable armée ne se serait pas comportée ainsi.
Le premier jour il vint directement voir Loraythia proposant une série de sanction disciplinaires mais cette dernière semblait vouloir garder le maximum de personne, c'était donc frustré qu'il était retourné à ses occupations ruminant ses idées sombres.

Ce n'est que le jour d'après qu'il vit la chef de caravane marcher vers la tente du capitaine, et le jeune homme partit à sa suite, peut être qu'à deux ils réussiraient à la convaincre.
Arthorias fut ralenti par une bande de mercenaire qui le retarda, et alors qu'il s'apprêtait à les sanctionner, un rugissement se fit entendre.
C'était un cri distinctif d'une espèce qu'Arthorias ne connaissait pas bien, les quelques livres qu'il avait lu parlait d'un grand tigre vivant dans les montagnes, mais le souvenir était lointain et il ne se rappelait même plus de la taille de la bête.
Garrus arriva, interrompant tout le monde avec de bien sombre nouvelles.

- Ce n’est pas normal, ce rugissement, je le connais ! C’est un tigre noir, mais normalement, ils vivent à l’est de Cairne. Dans les terres proches de la grande barrière. En voir un ici c’est très mauvais signe, ce doit être un mâle particulièrement agressif et malin ! Sinon il ne serait jamais venu aussi loin. S’il se manifeste, c’est qu’il veut nous attaquer. Nous subirons une attaque durant la nuit, nous devrons nous organiser… et espérer qu’il pleuve.

De la pluie ? Pourquoi donc ? En quoi de l'eau aurait pu repousser un animal ? Mais avant qu'il ai pu poser la moindre question, le capitaine sortit de sa tente, déjà équipée et un air déterminé sur le visage .

-Rassemblez vous en compagnie exécution !


L'attaque débuta de façon brutale : deux soldats de la compagnie perdirent la vie en une poignée de seconde. Le premier rendu trop confiant par la présence de ses camarades eu la tête arrachée par un coup de griffe dévastateur. Sa tête vola au jusqu'au pied de son camarade qui abandonna ses arme pour fuir comme un dératé.
Ce dernier fut happé par la mâchoire du félin et le groupe de défense ne put qu'entendre le craquement sinistre de ses os

Arthorias resta avec Loraythia qui rassemblait ses forces. La commandante hurla ses ordres que les unités d'élites suivirent avec une rigueur toute militaire.

-Unitées de bouclier ! En avant du groupe ! Formez le mur ! Compagnie d'assaut derrière eux !

Un véritable mur de bouclier se forma entre le tigre et le reste du groupe, la palissda fut renforcée par la compagnie d'élite qui pointa ses armes lourdes sur l'animal.
Leur visage étaient remplis de résolution, et à la grande satisfaction d'Arthorias, aucun ne montrait le moindre signe de peur.

-Champion ! Avec le reste des troupes, tuez moi ce tigre !

Le jeune homme opina et partit se mettre en position avec les moins expérimentés. Il n'était pas question seulement de victoire mais aussi de voir lesquels parmi eux pourraient vraiment rejoindre la compagnie.

-Mouvement d'encerclement !

La phalange de bouclier commença lentement à encercler l'animal même si celui-ci semblait voir le piège, heureusement les mercenaires harcelaient la bête par des assauts éclairs qui la forçait à revenir à sa place.
Arthorias se trouvait parmi la chair à canon, luttant pour trouver un angle d'attaque dans ce fouillis de corps et d'arme. Son instinct le força à baisser la tête juste à temps pour éviter un coup de griffe qui emportât le crane de son voisin, ce dernier continuant à avancer quelques seconde avant de s’effondrer dans un geyser de sang.
Un peu partout la chair à canon mourrait, emportée par le tigre géant qui semblait faucher un champ de blé à l'aide de ses faux mortelles. De leur côté, les lames rebondissaient sans effet sur la cuirasse du monstre. Les lances restaient coincées et les lames de moindre qualités perdaient leurs tranchant
Il allait falloir de longues minutes pour en venir à bout et leur effectif n'était pas non plus illimité….


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sety Maelkran
- Civil ivrian -
Messages :
63

Date d'inscription :
14/08/2016


Mon personnage
Réputation: Corbeau
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Mar 4 Oct - 15:08

L’attaque fut aussi brutale que soudaine, les rugissements s’étaient tues quelques instants avant le premier hurlement. Personnes n’avaient vu venir l’attaque, profitant de sa couleur et de ses puissantes capacités, l’animal fondait sur les débutants de la compagnie noire pour infliger de lourdes pertes dans leurs rangs.

Sety regardait avec horreur des membres voler dans toutes les directions, une tête roula sous le chariot où le personnel de Brod’Steel avait trouvé refuge. Arthorias semblait connaitre son affaire et donnait de bons ordres à ces hommes. Hélas, nombre d’entre eux n’étaient bons qu’à servir de diversion et d’apéritif au furieux tigre. Les troupes lourdes manquaient de mobilité et leurs armes lourdes – quand elles touchaient- ne causaient aucun dommage au pelage rugueux.

Garrus lui, avait rallié ses hommes autour du chariot de queue et préparait une contre-attaque.

- Victus ! les tonneaux d’eau ! Toi et tes hommes, lâchez vos lances et prenez les tonneaux. Il faut arroser l’animal si on veut le blesser !

Une grande clameur s’éleva de l’avant du convoi, une nouvelle charge dévastatrice de l’animal causa une nouvelle série de mort. Même les troupes d’élites du second Arthorias ne semblaient rien pouvoir faire. Les douze soldats de Garrus chargèrent dans un ordre parfait vers le combat. Hélas, plusieurs trébuchèrent sur les cadavres des mercenaires. Un des lanciers, tomba et s’empala sur une épée qui trainait par terre. Un autre réussit à s’approcher du tigre mais l’animal lui saisit la tête et la lui broya comme si ce n’était qu’une vulgaire noix. Victus, réussit lui à verser son seau d’eau sur l’animal.

- Frappez le pelage mouillé ! Frappez le pelage mouillé ! hurlait Garrus.

Lui-même se jeta sur la bête et on entendit un très puissant cri de douleur, inhumain et terrifiant. Quelques mercenaires prit la fuite, c’était tous des débutants de la compagnie noire au vue de leurs équipements. Sety vit cela et se lança à leur poursuite pour tenter de les arrêter. Ce qu’elle parvint à faire de justesse, avant que ces fous n’entre dans le très relatif abri des arbres. Chose assez rare, très rare même, elle cria :

- AU COMBAT ! Lâches ! Nos camarades meurent !

Celui qui semblait avoir initié la fuite prit la parole et dit avec effronterie :

- Vous êtes folle ! Je ne suis pas assez payé pour jouer la brebis. Au diable vos armes et le contrat, moi je rentre à Cairne, aucuns de ceux-là bas ne survivra de toute façon !

Comme pour confirmer ses dires, une nouvelle série de rugissements et de cris déchirent la nuit.

- Laissez nous passer !

Dix mercenaires contre une seule armurière. Pourtant, Sety se tint droit sur ses pieds et dégaina sa propre lame. Un contrat est un contrat, s’il avait peur de mourir en l’accomplissant, il devait avoir encore plus peur de ce qui se passerait s’il fuyait.

- Non. Au combat !

Le chef des fuyards soupira de dépit et s’avança l’arme haute. Il semblait prêt à tout pour sauver sa vie. Heureusement pour Sety, il portait une hache de très mauvaise qualité et son armure était à peine plus protectrice que le corset de la jeune fille. Celle-ci frappa de toute sa force dans le manche de l’arme adverse, elle pensait briser le manche au mieux, mais la lame ne rencontra presque aucune résistance et poursuivit sa course pour se planter dans la tête de l’autre.

Au loin les sons s’étaient tus, quelqu’un semblait avoir terrassé l’animal. Mais Sety ne voyait rien d’autre que le sang qui courrait dans l’herbe et les murmures de peur et colère des mercenaires.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthorias de Loyce
- Civil ivrian -
Messages :
39

Date d'inscription :
17/08/2016


Mon personnage
Réputation: Combattant muet
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Mar 4 Oct - 23:54


Garrus, le capitaine de la garde arriva avec des renforts et chose étonnante, lança de l'eau sur la créature. Au début les mercenaires crurent à une blague avant de l'entendre hurler

- Frappez le pelage mouillé ! Frappez le pelage mouillé !

Dans un geste courageux, ce dernier se lança sur la bête pour montrer l'exemple. Et rapidement tout le monde le suivit se jetant sur la créature avec des efforts redoublés.

Le pelage mouillé ne procurait plus beaucoup de protection et les coups de la compagnie finirent enfin par porter, le champion enfonça la lame de son perce-maille dans le ventre de la bête jusqu'à la garde, mais la bête d'un mouvement se dégagea, brisant l'arme et manquant de briser le poignet du jeune homme. Fort heureusement il réussi à retirer le peu qu'il en restait.
La bête poussa un cris déchirant, comprenant sans doute que sa fin était proche. Et alors que les gardes s'approchaient pour en finir, elle devint encore plus agressif, emportant un homme à chaque mouvement de pattes.
Arthorias esquiva les coups, les griffes éraflant la plate mais laissant le combattant indemne. La blessure infligée plus tôt finissait par épuiser son endurance, et finalement, dans un dernière charge, le mercenaire enfonça son épée dans l'oeil de la créature, rentrant les deux tiers de l'arme qui toucha le cerveau et la tua sur le coup.
Dans un dernier spasme la bête tituba avant de s’effondrer dans un bruit infernal. La bête était vaincue, ils avaient gagné.
Et alors qu'une clameur de victoire montait dans les rangs des combattants, des cris de colères se faisaient entendre à l'autre bout du camps. Le champion put voir une hache de lever et une lame Qiangs fendre l'air.
Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre ce qu'il se passait.
Cette fois c'en était trop pour Arthorias peu importe les ordres de Loraythia, il y avait des choses qu'il n'acceptait pas même pour des mercenaires, laissant le cadavre de l'animal encore chaud au sol, il fendit le groupe amassé pour retrouver le groupe de fuyard. Ils étaient tous transit de peur et semblaient bien décidé à s'en prendre au commanditaire de l’expédition.
Le peu d'honneur qu'avait cette compagnie ne serait pas entaché plus longtemps par cette bande de sauvage. Son épée sortit de son fourreau, d'un geste sec.
Le plus proche de Sety vit une lame noire sortir par son ventre, alors que le jeune homme le mettait à mort sans pitié.
Les deux suivant n'eurent pas le temps de cligner des yeux que leur têtes rejoignirent les pieds de la forgeronne dans un bruit de chair humide.
Un dernier reçu les reste de son perce maille dans l’œil, le mercenaire mit plusieurs seconde à mourir alors que le champion de la compagnie lui enfonçait ce qu'il restait de son arme dans l’œil jusqu'à la garde. Le sang gicla à gros bouillon, recouvrant les gantelet d'hémoglobine.
Laissant le cadavre à ses spasmes, il se releva, les yeux luisants de colères. Son épée se leva devant les autres recrues avec un geste de défis.
Pétrifiés il oublièrent leur colère pour se confondre en excuse qu'il n'était pas disposé à entendre. S'il ne s'était s'agit que de lui il aurait massacré le reste de ces couards, mais un bras puissant le retint. Le porte étendard était lui un ancien soldat couturé de cicatrice l'un des seuls qui vait tenue plus de quelques minutes contre lui. Et la poigne de fer de l'homme réussi à l'empêcher de finir les fuyards. Sa voix rappeuse était plutôt sympathique, même s'il avait le même ressentiment pour ces hommes

-Allons Arth' pas la peine de tous les tuer, la commandante aimerai quand même voir s'il y à encore quelque chose à faire avec eux.

D'un mouvement d'épaule sec, il se dégagea, et pour l'une des première fois il s'exprima en publique, sa voix amère.

-Il n'y à rien à faire pour ce ramassis de lâche, c'est une miséricorde que de les empêcher de continuer… pas un seul soldat digne de ce nom…

Et avant de partir, il adressa un bref regard à Sety contemplant le cadavre du premier à avoir osé s'approcher d'elle. La blessure était propre et le bois de la hache tranché net. Arthorias lui fit un signe du pouce pour la féliciter avant de s'en retourner vers la commandante, il y avait encore à enterrer les morts et à se débarrasser du cadavre de la bête.
Ça et à complimenter ceux qui avaient survécu en se battant. Au moins les troupes de choc elles n'avaient pas essuyés de pertes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sety Maelkran
- Civil ivrian -
Messages :
63

Date d'inscription :
14/08/2016


Mon personnage
Réputation: Corbeau
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   Mar 11 Oct - 15:01

Sety ne pleurait pas, cela faisait des années qu’elle n’y arrivait plus. Mais à cet instant précis, elle en avait envie et elle aurait tout donné pour pouvoir lâcher les vannes et laisser ses sentiments couler. L’une des grandes fiertés de l’armurière était, en dépit de sa vie très difficile et longtemps en marge de la loi.
Sa grande fierté était de ne jamais avoir utilisé la violence. Pas une fois elle ne s’était battue, jamais elle n’avait agressé quelqu’un. Certes, elle avait appris à manier l’épée (quand on en fabrique c’est un minimum) mais jamais elle ne l’avait utilisé.

Là, en un seul instant, elle avait brisé sa fierté et avait tué un homme, un lâche certes et pour sauver sa propre vie, mais elle avait ôté une vie. Pour ne rien arranger, le second, Arthorias avait fait un véritable carnage, faisant rouler deux têtes aux pieds de Sety. La jeune femme réussit à s’éloigner de quelques pas avant de rendre ses tripes, respirant par saccade et difficilement. Il y eu quelques bruits de pas derrière elle et la voix de Garrus se fit entendre :

- Tuer un humain est contre nature, en tant que soldat, j’ai appris à combattre la nature, à la tordre, à me persuader que les gens qui meurt, meurt pour de bonnes raisons. Brody m’avait demandé de vous protéger, je crois hélas que j’ai échoué. Jamais je ne pourrais vous aider à vous sentir mieux. Je suis désolé.

- Non.


La jeune armurière réussit à reprendre un peu de contenance. La respiration se fit plus calme. Pendant ce temps, plusieurs hommes de Garrus prenaient les armes des déserteurs et les conduisaient rudement vers le campement. Si la compagnie noire avait sa façon de faire avec les déserteurs, Brod’steel avait la sienne. Sety et Garrus retournèrent vers les caravanes :

- Je vais parler, va me chercher la cheftaine.

Garrus revint quelques instants plus tard avec une cheftaine passablement échaudée :

- Je vous présente mes excuses pour le comportement lâche et inexcusable de certaines de mes recrues. Je les sanctionnerais lourdement, soyez en certaines. Ils seront exclus de la compagnie.

- Tentative de meurtre et désertion, pillage et vol. Nous les livrerons à la garde de la prochaine ville. Ils seront pendus, en vertu de la loi de notre pays.


- Avec tout mon respect, ce sont des hommes peu entrainés et le carnage aurait fait perdre la tête à plus d’une personne. Je n’aimerais pas que le nom de ma compagnie soit sur un registre pour ce genre de chose. De plus, ils ne sont pas militaires, la désertion n’a pas lieu d’être, au yeux de la loi du moins.

- Qu’ils nettoient tout le carnage et enterre tous les morts.

Sous la surveillance strict de plusieurs hommes de la compagnie noire, les quelques déserteurs entreprirent de rassembler les corps et de creuser des tombes individuelles pour les victimes du tigre et une fosse commune pour les déserteurs. Pendant ce temps, Garrus effectuait un petit discourt :

- Soldats ! Vous m’avez impressionné. Vous avez su réagir avec efficacité à l’un des plus grands périls de la nature. Le tigre noir de l’est est le troisième animal le plus féroce présent dans les ouvrages. Vous avez mérité par cet acte votre récompense !

Sur ces mots, Garrus revint vers Sety et l’entraina un peu plus loin.

- J’ai récupérer la carcasse de l’animal. Griffe, crocs, pelage. On peut tirer plusieurs milliers de palmes d’or. J’ai juste peur que les mercenaires aient les dents longues et veulent tous un trophée ou une part sur la bestiole.

- Fais ce que tu dois faire, si on te pose la question, dit que la loi t’ordonne de préserver ces ressources pour les rendre aux sangs par la suite.

- J’espère alors qu’elle ne connait pas les textes de lois, notre cheftaine.  Je connais des nobles Nahtki ou Qiang qui pourraient payer 100 palmes d’or pour une simple griffe.

La nuit tirait doucement sur sa fin, les déserteurs avaient enfin fini les tombes. Ils jetaient des regards terrifiés vers Arthorias et d’autres, pleins de pitié vers Sety. Maintenant que les basses besognes étaient faites, il resterait à décider du sort de ces pauvres bougres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un voyage mouvementé [ Pv: Arthorias]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]C'est l'histoiiiiiiire de la viiiiiie.....ou tout simplement un voyage mouvementé !
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Désert Nakhti :: Le marché Tadala :: La porte-
Sauter vers: