RSS
RSS

- Forum RPG mêlant fantasy et science fiction.

AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Nous avons 4 prédéfinis recherchés ! Tu les trouveras sur la barre latérale
    Une question à nous adressez ? Pose là par ici !
    Ton compte a été supprimé lors du recensement ? Tu peux demander à le récupérer dans la partie questions. Pense à nous donner assez de détails pour prouver que c'est bien toi.

    avatar
    - Mercenaire -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 34
    Date d'inscription : 19/12/2016

    Mon personnage
    Réputation: Admirable vétérane
    Célébrité: Habitant
    Équipement:
    le Lun 19 Déc - 22:55



    « La plus vraie des sagesses est une détermination ferme »


    - Napoléon Bonaparte






    ←Mei Kaïri→




    Groupe : Qiang
    Faction/Caste : Mercenaire
    Métier : Mercenaire
    Sexe : Feminin
    Âge : 31 ans
    Taille : 182cm
    Poids : 65kg

    Le Joueur

    Ton pseudo/Prénom : Niikoneko
    Age : 20 ans
    Ton arrivé ici : Il est dans mes favoris depuis mon premier compte
    Ton avis : Génial ^^
    Ta disponibilité : Tout le temps quasiment, sauf quand je suis pas la


    (a) Seena Cahill

    Caractère


    La première chose qui définit Mei, c’est sa détermination dans le but qu’elle s’est fixée. Et sa toute première détermination, c’est celle de protéger le peuple et la culture Qiang à tout prix. Si vous êtes étranger, et ivrian notamment, elle vous portera moins de respect et de considération. Elle est également peu loquace, ne parlant que lorsque c’est nécessaire ou qu’on lui parle en premier. Elle est de ce fait assez secrète et intériorise beaucoup de ses états d’âme. Elle peut ainsi masquer sa peur, sa colère, sa douleur, et paraitre impassible pour agir en étant concentrée. Cet état est aussi résultant de son entrainement qu’elle a prit peut-être trop au sérieux et ou l’on enseigne la concentration ultime. Elle apparait également toujours fière : fière de son peuple et de sa culture.

    Elle est aussi très portée sur l’entraide des gens en difficulté, que l’on pourrait traduire par un instinct maternel. Elle prend en effet très souvent des gens sous son aile et sa détermination est contagieuse : elle est très efficace pour motiver les autres. Un de ces derniers aspects est qu’elle est aussi assez curieuse, même si cela ne se voit pas forcément de prime abord. Sa curiosité est attentive et patiente : elle peut rester des heures à contempler une action, un objet, sans rien dire, par curiosité, mais elle aura peu tendance à demander des informations a une personne impliquée, et aux vues de sa balafre, les gens vont rarement s’en enquérir.



    Physique


    Mei n’est pas particulièrement grande, mais toise certaines de ses paires. Elle possède un corps entrainé et puissant, bien que ne paraissant pas très musclé de prime abord, résultat de sa carrière dans l’armée et de son travail de mercenaire. Elle a aussi des courbes qui expriment sa féminité, mais pas de manière très prononcée, ce qui permet de rester efficace en combat. Elle maintient notamment sa poitrine grâce à des lanières de cuir, méthode trouvée par les Qiang pour que ça n’encombre pas en combat.

    Au niveau du visage, il est encadré par des cheveux blanc cassé qui arrivent au niveau des omoplates quand il sont détachés, ce qui arrive très rarement. Ils sont souvent sous la forme d’une tresse maintenue par une lanière de cuir. Elle possède un visage légèrement carré, mais restant assez ovale, avec un nez fin. Elle a également deux yeux gris avec des nuances de vert, profonds et concentrés qui décortiquent les situations rapidement et précisément. Elle possède aussi, ce qui est presque son signe distinctif, une cicatrice en dessous de l’oeil droit, souvenir de la bataille du col de Sunari.

    Du point de vue vestimentaire, Mei porte tout le temps une tunique Qiang, couleur ivoire ou verte, ce qui fait ressortir ses cheveux ou ses yeux. Ce sont des tenues assez amples et donc permettant une grande liberté de mouvement pour les combats. Les Qiang n’ont pas de lourde armure mais combattent dans la grâce et l’agilité. Tout au plus à la guerre les Qiang ont des armures de cuir légères pour les protéger, ou avec des plaques fines, pour la plupart. Mei quand à elle ne veut pas de ces entraves à sa précision en combat. Elle ajuste ses tuniques en fonction de la situation : Lorsqu’elle combat, elle les ajuste bien, pour pas qu’elles se détachent et sinon elle les porte plus lâches pour plus de confort. Elle porte également un ceinture de cuir à laquelle pendent un sabre Qiang, sa bourse et dans le dos deux sabres plus petits pour le combat rapproché.



    Récit


    Mei naquît dans une famille modeste de Penden. Sa mère était une prêtresse et son père travaillait dans un forge. Sa famille était donc très religieuse. Sa grande soeur et sa petite soeur s’étaient donc très vite destinées à une vie religieuse comme leur mère. Mais Mei n’était pas intéressée par la religion, du moins pas assez. Elle a toujours admiré sa propre culture, et leur religion comprise, et est très pratiquante, mais étant née pendant la guerre sans fin, elle pensait profondément que cela ne se réglerait pas par des prières. Pour protéger sa culture, elle voulait se battre. Cela l’intéressait beaucoup quand elle entendait sa mère parler de l’histoire des Dieux, mais cela la fascinait aussi lorsqu’elle voyait les armes que fabriquait son père, c’est d’ailleurs lui qui lui a fait son tout premier sabre. Il l’avait équilibré pour elle, il avait choisi pour la lame un acier légèrement tendre, l’avait formé avec une grande courbure, puis avait disposé de la poudre de charbon sur le fil de la lame pour la recuire avant de la tremper dans un bain d’huile, comme les meilleures armes Qiang. C’est une arme que Mei a toujours, en plus du sabre qui lui fut donné à l’armée.

    Elle arriva au camp d’entrainement à Kokora à 14 ans, après avoir quitté Penden avec un bénédiction de sa mère, dans un collier qu’elle avait toujours autour du cou, et l’arme de son père, qu’il lui avait promit de lui reforger quand elle aurait fini ses classes. Sa détermination était très forte, et elle apprit vite. Elle profita de cette avance pour motiver et soutenir les plus jeunes ou les nouvelles du camp d’entrainement. Elle n’était pas particulièrement loquace, mais elle était efficace dans ses explications et la manière dont elle apprenait laissait transparaitre sa détermination. Elle se fit remarquer pour cette raison, mais aussi et surtout pour ses talents au combat. Elle avait donc sa petite réputation auprès des guerrières qui les formaient mais aussi auprès des autres élèves de son niveau, pour qui elle apparaissait comme un guide.

    Elle fut enfin envoyée au front, comme elle l’espérait en l’an -9. Elle combattît dans de nombreuses batailles célèbres, dont le siège du col de Sunari qui lui laissa un souvenir indélébile : alors qu’elle chargeait avec les autres guerrières Qiang pour repousser les Ivrians, un trait d’arbalète rata de peu son oeil et entailla sérieusement sa joue. Elle ne ralentit pas sa course vers l’adversaire, malgré la douleur qui lui cuisait, ne s’improvisa pas de bandage mais continua à charger jusqu’aux rangs ennemis et se batte tout du long avec cette balafre et la moitié du visage en sang, ce qui fut une image cauchemardesque pour certains Ivrians ayant survécu. Cette détermination a se battre pour sa culture la suivait et la suivrait surement toujours. À la fin de la guerre, elle fut félicitée et reçu d’une de ses supérieures un sabre de très bonne facture en récompense de ses services, bien qu’elle préfère utiliser celui que son père lui a fait sur mesure et qui est légèrement plus long que la normale car il a utilisé plus de poudre de charbon lors de la recuite de l’acier, ce qui permet de l’allonger sans perdre de la résistance. Elle vendit donc ses services de mercenaires comme nombre de ses paires, afin de continuer à se battre, mais était très attachée a sa culture et préférait donc éviter de servir des étrangers, bien qu’elle le faisait parfois.

    Un jour elle guida une armurière ivriane dans la forêt Hai avec une de ses partenaires de combat. Elle avait été réticente à ce voyage, mais le payement était important. Alors que les trois femmes avaient découvert une étrange jeune femme dont le style était totalement étranger à ce que l’on pouvait normalement voir sur Noren, un monstre les avait attaquées, forçant les deux guerrières à accomplir leur travail. Mais lorsque la bête fut terrassée, elles se rendirent vite compte que l’ivriane s’était enfuie avec l’étrange femme. Elle se doutait qu’il ne fallait pas lui faire confiance. Mei n’en resterait pas la, elle allait traquer cette ivriane pour obtenir des explications


    Code par Elia-Ls


    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateurhttp://vidar-89-05.forumactif.com/
    Messages : 308
    Date d'inscription : 24/10/2015

    Mon personnage
    Réputation: Fugueuse à surveiller.
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Lun 19 Déc - 23:59

    Aloha !

    Tout me paraît nickel, comme je te l'ai déjà dit.

    Relation :
    500/1000 avec les Nakhta, terrans et Naidiens, autrement dit parfaitement neutre.
    850/1000 avec les Qiang pour tes très bons services.
    350/1000 avec les Ivrians pour tes trop bons service pendant la guerre.

    Célébrité : Habitante, tu es connues pour tes loyaux services et ton amour de la patrie Qiang.

    Réputation : tu es l'admirable vétérane.

    Voila ! Si tu veux en parler, je reste disponible par MP.



    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum