RSS
RSS

Plusieurs prédéfinis attendent pour être adoptés ! Viens les découvrir. Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Visite à domicile [ Lior et Ernest]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lior Aeronwen
- -
Messages :
9

Date d'inscription :
02/02/2017


Mon personnage
Réputation: Agile voleuse
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Visite à domicile [ Lior et Ernest]   Dim 5 Fév - 20:10

Par les jambes de tous les bordels de Talehe ! C'est donc à ça que ressemble Hinide ? Ces bâtiments de pierres, imposants, élégants, si droits si fiers. Je suis à peu près certaine que la moitié des gens qui vivent ici n'ont pas conscience du potentiel de leur ville.
Quand je parle de potentiel, comprenez que je parle d'opportunités pour voler et faire chier un peu du riche. En plus, ce serait faire chier de riches ivrians, mais que demande le peuple ? Bah il demande ça, que je laisse un peu de cet argent trainer dans les rues. Je me baladais donc, les mains dans les proches de ma robe, d'une boutique à une autre. De temps en temps je voyais des choses sympa alors je me dressais un petit plan pour essayer de chopper ce qui attirait mon attention.

En principe je ne "travaille" pas durant la journée, c'est nul et dangereux. C'est vrai, quand on y pense, ce serait un coup à se faire prendre par la victime et puis par la garde. Or, vous vous doutez qu'une voleuse Naidienne ne risque pas de bien s'en tirer si elle se fait pincer à voler dans la capitale du "grand empire". Je me ferais certainement jeté en prison et je
deviendrais la fille de joie d'une camarade de cellule... Nan ! Je me ferais la malle vite fait pour recommencer ! Mais qu'on soit clair, la case prison serait une perte de temps et je n'aime pas cette idée. De temps en temps aussi, je bousculais un passant, voir s'il cachait quelque chose dans sa veste.
Par contre, je ne devait pas sembler très honnête car plusieurs fois des gardes m'ont interpellé pour me demander de vider mes poches. Bon, c'est assez rigolo de les voirs se tromper et s'excuser, mais par contre on repassera sur les mains baladeuses ! Ils n'ont donc pas de femmes ou de chérie ou de vide-bourse ? Pourquoi me toucher les fesses gratuitement, comme ça ?! Mais je ne dis rien, après tout, je suis officiellement une jeune négociante en voyage d'affaire à hinide, il serait inconvenant de frapper entre les cuisses un homme de la garde.

Mais je digresse... Durant ma petite quête j'ai eu une surprise très appréciable. J'ai percuté ( volontairement) un homme portant une cape autour de lui. En le voyant, je m'étais dit qu'il y avait bien quelque chose à cacher dedans. Je crois que j'ai eu raison de me poser des questions... Lorsque je l'ai bousculé, mes mains ont touchés ce qui semblait avoir de la valeur et durant un bref instant j'ai vu une petite arbalète finement travaillée. J'ai essayée d'avoir l'air neutre, voir même un peu désolée, mais je suis certaine que j'ai laissé passer un petit sifflement admirateur en voyant l'arme. Ce n'était pas commun et bon sang, rien que son apparence semblait hurler " volez moiiii, je vous vous rendre riche !" T'inquiète pas ma belle, bientôt tu seras dans mes mains et je te vendrais très cher à une guerrière Qiang.

Je laissais l'homme prendre un peu d'avance puis j'entrepris de le suivre discrètement. A chaque fois qu'il se retournait ou qu'il cherchait quelque chose du regard, je me faisais toute petite et discrète. Je le vis entrer dans un bâtiment. Il ressemblait beaucoup à une habitation, une belle bâtise, avec quelques accès. Je restais un long moment à la regarder avant de retourner à mon auberge. Ce soir, quelqu'un aurait de la visite !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernest Miller
- Civil ivrian -
Messages :
37

Date d'inscription :
05/11/2016


Mon personnage
Réputation: Ingénieur rêveur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Visite à domicile [ Lior et Ernest]   Mer 22 Fév - 18:46


       


       Une journée banale. Ernest avait tenté d'améliorer un trébuchet le matin - non pas qu'il n'avait pas réussi, mais ce n'était pas fini. Il avait multiplié les plans des différentes parties de la machine pour trouver toutes les améliorations possibles. Le challenge était aussi de ne pas trop complexifier la machine car souvent les soldats devait les construire sur le champ de bataille, avec les matériaux disponibles et plus c'était compliqué plus ça prenait du temps à construire. Il avait principalement travaillé sur les améliorations possibles de la cage qui servait à recharger, qui était l'une des parties qui posait le plus de problème quand il fallait fabriquer sur place. Il cherchait à remplacer par autre chose plus simple.

    Après cette matinée de réflexion il prît un repas sommaire en repensant un peu à son récent voyage. C'était sympathique de se changer les idées. Il est vrai qu'il commençait presque à regretter sa solitude. Il aimait beaucoup son travail bien sur, mais cela le contentait de moins en moins. La plupart des gens avait quelqu'un avec qui partager leur vie et pas lui. Il n'était pas noble, même si son rang était juste inférieur, donc il n'y avait pas eu de mariage arrangé. Et d'ailleurs il trouvait que c'était très bien comme ça. Il préférait pouvoir choisir la personne avec qui il voulait vivre, c'était pour lui une liberté importante. Sauf qu'il n'avait jamais trouvé de personne pour ça - il n'avait surtout jamais cherché. Mais par ou commencer à chercher ? Ça il l'ignorait.

    Au début de l'après-midi, il avait rendez-vous avec des propriétaires agricoles. Son but était d'identifier leurs besoins pour faire des machines qui améliorent leur travail. Il ne fallait pas lâcher l'armement car c'était sa spécialité et de toute façon la guerre reviendrait. La guerre c'était dans la nature de tous les hommes et il y avait toujours une raison pour la faire, si infime soit-elle. La discussion se passa assez bien, il avait identifié beaucoup de travaux qu'il pourrait peut-être mécaniser et il lui faudrait étudier à nouveau ses notes. Mais il voulait se prendre une pause d'abord. Il alla donc à son établissement préféré, Le salon des arcades. Les marbrées de l'entrée avait été gelées puis coupées et était remplacées par des roses des vents d'un joli rouge profond. Il prit un verre de vin et avisa les gens qui étaient dans le salon et plaçant sur le comptoir les quelques pièces. Bien sur, était-il idiot ? Comment avait-il pu penser ne serait-ce qu'une seconde qu'une femme viendrait ici seule ? En plus, cet endroit était fréquenté par des nobles quasiment exclusivement, peu de prolétaires comme lui venaient ici. Raison de plus. Il bu donc son verre tranquillement en repensant à tout ça avant de quitter le salon pour rentrer chez lui.

       Il retournait chez lui tranquillement en pensant qu'il ne se coucherait que très tard ce soir vu le travail qu'il avait. Il fallait vite produire des machines agricoles en plus des charrettes et chariots pour faire vivre l'atelier car les commandes militaires s'amenuisaient. Alors qu'il marchait tranquillement il fut bousculé par une femme. Un joli visage fin, des yeux verts profonds, et des formes mises en valeur sous une robe sombre proche du corps. Ça n'avait pas duré longtemps, tout au plus une seconde ou deux, mais c'était de ces instants qui paraissait longs dans la mémoire. Les images se bousculait un peu, mais une chose était sûre, elle était très belle et il avait entendu le sang battre fort à ses oreilles pendant les instants suivants. Tout cela se mélangeait aussi par la confusion créé mais il avait cru entendre un sifflement d'admiration. Était-ce lui qui avait poussé ce sifflement ? Ça n'était pas impossible vu la confusion dont il était victime. De tout le reste du trajet il était perdu dans ses pensées, à ressasser cet instant, ce visage. Bah, de toute façon il n'y avait aucune chance qu'il la revoie jamais. Mais sans savoir pourquoi il ne pouvait s'empêcher de penser continuellement à cette instant. Il ne comprenait pas vraiment ce qu'il avait ressenti mais il se sentait en quelque sorte attiré par cette femme.

       Il rentra dans sa maison mitoyenne avec l'atelier, prît quatre bougies et sa bouilloire et alla dans son bureau ou il alluma la cheminée. Après avoir été remplir sa bouilloire d'eau il la mit sur le feu et installa ses papiers pour travailler. Il s’installa ensuite plus loin dans son fauteuil pour tenter de se vider l’esprit de cette rencontre. Que cherchait-il à espérer ? Il ne la reverrait jamais et en plus il y avait eu ce sifflement, qu’il avait peut-être poussé et qui était très malpoli. Mais décidément il n’arrivait pas à sortir cet instant de son esprit. Ça tournait en boucle dans sa tête. Finalement l’eau se mit a bouillir, il enleva la bouilloire du feu et mit les feuilles de thé. Il commença à travailler, mais son manque de concentration toujours du à l’événement de la rue le ferait se coucher encore plus tard que ce qui était déjà prévu.


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lior Aeronwen
- -
Messages :
9

Date d'inscription :
02/02/2017


Mon personnage
Réputation: Agile voleuse
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Visite à domicile [ Lior et Ernest]   Mer 1 Mar - 11:20

Ce n'est pas aussi difficile que ce que je croyais... une fois la nuit tomber, la ville appartient aux agiles et aux gens en noir. Les gardes eux-mêmes ne peuvent sécuriser toutes les rues et tous les espaces. C'est donc dans ma classique tenue noire et le visage caché dans une écharpe, noire aussi, j'avançais comme une ombre. Je profitais des porches, devantures et balcons pour ne pas toucher le sol. Je jubilais devant la facilité de ma progression, personne ne me voyait, personne ne savait que j'étais là et si j'avais de la chance, personne ne le saurait. Je n’eus pas trop de soucis à retrouver la demeure de l'arbalétrier.

Je voyais par les volets fermés une faible lumière qui filtrait à une fenêtre. Mais c'est qu'en plus, il me facilite la tâche le bougre ! Vu que je savais exactement où il était, je pouvais sans risque entrer par un autre accès. Je soulevais le loquet du volet à l'aide d'une lame puis je me glissais dans une pièce qui ressemblait beaucoup à une chambre. La porte était entrouverte et une lueur diffuse indiquait la position du monsieur. Je fouillais rapidement les placards, et à part des linges de corps, des vêtements et une série de portrait de femmes nues je ne vis rien de folichon. Pas de bijoux ou d'or et encore moins de traces d'arbalète. Si j'avais été un chat, j'aurais poussé un feulement de frustration et j'aurais fait mes besoins dans le lit.

Mais vu que je n'appartenais à cette race de félin, je continuais mes recherches. Visiblement, l'homme vivait seul, c'était un peu triste pour lui, mais c'était très avantageux pour moi ! La porte d'où venait la lumière était entrouverte, je voyais le pauvre gars penché sur une table de dessin. Il semblait plongé profondément dans son étude. Je devais avoir encore un bon moment pour moi avant de l'avoir sur le dos. je passais dans la salle d'eau, certes, je ne m'imaginais pas trouver des choses de valeurs là bas, mais on n'est jamais trop prudent.

Au bout d'une heure de recherche infructueuse, je du me rendre à l'évidence. Les seuls objets de valeurs étaient avec le monsieur. En principe je ne me laisse pas aller au braquage, car ça serait exactement ça, mais là il fallait absolument que je rentabilise mon voyage. Je pourrais ne pas être agressive, si je me fiais aux portraits érotiques que j'avais trouvés. Peut-être si je me la jouais sensuelle, je pourrais le convaincre de me laisser son arbalète. Un bisou, une caresse ? Je réfléchis un instant, je lançais une prière à un dieu quelconque, et pis je me lançais.
Je m'approchais lame au clair, doucement, et je posais l'acier froid contre la gorge de ma victime. Je lui susurrais avec douceur dans le creux de son oreille:

• Salut mon mignon. Ça fait longtemps que je t'observe, je crois que tu m'as tape dans l'œil. Tu ne voudrais pas qu'on aille dans ta chambre. Si, tu veux hein ?

Je le tirais de sa chaise et je l'entrainais jusque son lit. Toujours le tenant en respect, je l'obligeais à s'assoir et je le regardais, les yeux brillant.

• Je voudrais plusieurs choses de toi, ton honneur, ton argent et tes objets de valeurs. Si tu te montre coopératif, je pourrais bien te dédommager.

Pour souligner mon propos, j'ouvrais un bouton de mon corsage. Dans l'obscurité, on voyait maintenant un carré de peau blanche au milieu du cuir noir de ma tenue. Puis je m’assis sur ses genoux, toujours le visage dissimulé, pour être certains qu’il voit bien ce que j’avais à offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ernest Miller
- Civil ivrian -
Messages :
37

Date d'inscription :
05/11/2016


Mon personnage
Réputation: Ingénieur rêveur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Visite à domicile [ Lior et Ernest]   Dim 23 Avr - 11:59


       


       Alors qu'il se concentrait pour un calcul, Ernest senti un  contact effilé et froid sur sa gorge. Il ne comprit pas vraiment dans l'immédiat et on lui susurra à l'oreille :

       — Salut mon mignon. Ça fait longtemps que je t'observe, je crois que tu m'as tapé dans l'œil. Tu ne voudrais pas qu'on aille dans ta chambre. Si, tu veux hein ?

    Ce n'était pas vraiment une question. Mais c'était quand même assez étrange. Est-ce que cette femme comptait le violer ? Décidément il ne comprenait plus grand chose aux évolutions de la société. C'est sur ces réflexions qu'il était guidé vers sa propre chambre, une lame sur la gorge. Il n'osait pas parler de peur de se voir égorgé. Une fois dans la chambre en question, la femme l'assit sur le lit et lui fit face. Il eut du mal à y croire : il s'agissait de la femme qu'il avait bousculé dans la rue plus tôt ce jour là, et il était certain qu'elle était belle. Il ne pensait pas cependant que les sentiments qu'il avait nourris à son égard soit réciproques car cette femme aurait usé d'une approche différente.

    — Je voudrais plusieurs choses de toi, ton honneur, ton argent et tes objets de valeurs. Si tu te montre coopératif, je pourrais bien te dédommager.

       Effectivement c'était un peu un braquage, mais en plus de le braquer elle voulait "s'amuser" avec lui ? Elle ouvrit un peu son corsage pour appuyer son propos d'une poitrine ronde. Mais ce qui semblait étrange à Ernest c'est que sa maison n'avait aucune prétention, et que lui même n'avait pas d'économies gigantesques, même si son train de vie excédait celui de bon nombre de gens. Quoi qu'il en soit il s'annoncerait avec moins de moyens que la réalité pour ne pas se faire dépouiller mais il ne serait quand même pas loin de la vérité.

       — Je... vous êtes sûre de ne pas vous être trompée de maison ? C'est à dire que j'ai bien un peu plus de moyens que bon nombre de gens, mais je n'ai pas vraiment de grosses économies, je vis par mon travail plutôt que par un héritage, après j'ai bien les armes que je fabrique si c'est ce qui vous intéresse mais je pense qu'il vous faudrait quelque chose de sur mesure. Après comprenez que je ne suis pas contre passer un moment avec vous mais je ne suis pas sur que vous ayez fait le déplacement pour si peu.

       C'était une réponse très sincère, si ce n'est qu'il cachait un peu trop bien ses économies pour être sur qu'elle ne les trouverait pas et qu'il préférait éviter qu'elle mette la main dessus. Par contre il ne comprenait pas pourquoi elle n'avait pas cambriolé un noble plutôt que lui, ce n'était pas ça qui manquait dans cette ville.

       


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: Visite à domicile [ Lior et Ernest]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite à domicile [ Lior et Ernest]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Ernest Pierre : « La situation est pire qu'en 2004»
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Hinide :: La ville haute :: Les arcades-
Sauter vers: