RSS
RSS

Plusieurs prédéfinis attendent pour être adoptés ! Viens les découvrir. Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
68

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Ven 24 Fév - 22:13

Une pause bien méritée

ft. Usagi


La vie allait bon train dans l’auberge lorsque Yul y pénétra pour le déjeuner, après avoir fait un rapide tour chez les frères forgerons, Itachi et Sasuke, pour que l’ainé puisse jeter un coup d’œil à ses armes. Elle avait aussi essayé d’obtenir une audience avec sa mère, sans succès. Apparemment, cette dernière était débordée, d’autant plus depuis les mouvements suspects de l’empire Ivria, et ce fut avec un soupir que Yul s’affaissa sur le banc de sa table habituelle, dans le coin de la pièce près du feu qui donnait sur la fenêtre.
L’un des serveurs lui fit un signe de tête, s’éclipsant dans les cuisines pour aller prévenir le cuistot qu’il lui fallait envoyer un nouveau plat, ne faisant pas perdre son précieux temps à Yul dans une commande futile. Elle se promit de le remercier plus tard, avec une piécette supplémentaire.
Elle était revenue d’une mission pour un dignitaire Qiang la veille. Un simple travail de routine, avec une escorte composée d’autres mercenaires, sur quelques jours. Elle n’avait au final pas eu à croiser le fer, et elle ne savait si elle déplorait ou appréciait ce fait, mais elle était tout de même heureuse d’être de retour. Elle devait rejoindre Menos dès le lendemain, et repartir avec lui à Tadala sur un convoi, et l’idée de rencontrer de nouvelles créatures, et de pouvoir apporter les parchemins qu’elle avait récemment rassemblés à Kanako l’excitait au plus haut point.
Un instant, son regard s’attarda sur les tatouages qui recouvraient ses clavicules, ses épaules, et la plus grande partie de ses bras. Elle s’interrogea sur la prochaine pièce qu’elle pourrait ajouter à sa collection, mais fut interrompue dans ses pensées par le bruit de pas s’approchant, puis d’un tabouret qui coulisse avec un grincement sur le sol de bois poli. Elle retint une grimace en relevant les yeux.
Un masque impassible sur le visage, elle dévisagea les deux femmes en face d’elle. Il s’agissait de deux des mercenaires avec lesquelles elle avait travaillé les quelques jours précédents. Elles furent cordiales dans leur salut, même enjouées, et Yul n’eut alors pas le cœur de les repousser, quand bien même plusieurs autres tables étaient encore vacantes. Elle s’adonna ainsi à des conversations légères avec elles, n’intervenant qu’avec parcimonie et par des phrases courtes, jusqu’à ce qu’enfin son plat arrive.
Elle était plongée dans sa nourriture, yeux rivés sous son nez, lorsque la jeune femme à sa gauche lui donna un léger coup de coude et se pencha vers elle, ignorant le grognement de protestation de Yul, pour lui murmurer en pointant une autre table du doigt :
- Ce serait pas Kisho, là-bas ? Celle qui a monté sa bande de mercenaires pendant la guerre ?
Interpellée par le nom, Yul se força à plisser les yeux et observer plus attentivement la silhouette pointée par sa camarade. La femme, élancée, mangeait seule à une table, elle aussi concentrée sur son repas. Ce ne fut que lorsqu’elle tourna la tête pour s’adresser à l’un des employés que Yul put la reconnaître, et ainsi confirmer les dires de sa voisine de table.
- En effet.
- Tu la connais ? demanda l’autre, curieuse, et Yul se retint de lever les yeux au ciel.
- J’ai travaillé une fois avec elle, il y a quelques années. Un contrat court, avec pas mal de personnes, je n’ai pas eu l’occasion de lui parler plus avant. Mais je connais certaines personnes qui disent beaucoup de bien de ses méthodes.
- Je me demande ce qu’elle fait ici toute seule, renchérit l’autre, se parlant plus à elle-même qu’autre chose.
Mais la curiosité de Yul avait été piquée, se posant la même question que la jeune femme. Il était rare de voir les meneurs de groupes de mercenaires mettre pied à terre à Penden, et encore moins déjeuner seuls dans une auberge, même si cette auberge était l’une de celles les plus communément utilisées par mercenaires et commanditaires pour faire affaire et dénicher des contrats. Elle s’excusa donc envers ses compatriotes une fois son plat fini, et se dirigea vers la table de Kisho. Elle était peu rassurée, les réflexes de la soldate approchant une supérieure bien ancrés en elle, et ce fut donc avec une courbette qu’elle se présenta devant l’autre femme, usant d’un terme honorifique pour l’adresser :
- Kisho-sama. Ravie de vous rencontrer de nouveau. Je me nomme Yul La’nfan. Puis-je me joindre à vous ?


Dernière édition par Yul La'nfan le Sam 25 Fév - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Usagi Kisho
- Mercenaire -
Messages :
25

Date d'inscription :
17/02/2017


Mon personnage
Réputation: Mercenaire masquée
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Sam 25 Fév - 0:00

Quelque chose de personnel, c'était en ses termes qu'Hisao m'avait demandé si nous pouvions aller à Penden pour des raisons qui lui étaient propres, profitant de la fin de la guerre pour prendre un peu de repos et régler des affaires qui ne concernaient que lui. Du moins jusqu'à ce qu'il se décide à me raconter en détails les raisons qui le poussaient à aller à Penden : je savais qu'il était pâtissier avant la guerre et qu'il avait été marqué pour avoir apprécier un autre homme, mais par pudeur autant que par respect pour sa vie privée, ni moi ni lui n'avions voulu aller plus loin dans les explications. Chacun a ses secrets, j'ai eu un enfant d'un noble Ivrian, lui gardait jalousement les petits morceaux d'histoire qui permettaient de faire un lien entre les quelques péripéties éparses qu'il avait traversé avant que je ne le prenne avec moi.
Hisao est retourné dans le commerce familial avec l'intention de s'expliquer avec sa famille, de tenter de laver son nom et plus encore, de se réconcilier avec sa fratrie. Une bien noble intention qui même si elle n'était pas dans mes plans est passée en priorité : après tant d'années de bons et loyaux services contre vents et marais, c'était le minimum que je pouvais faire pour lui.
Aussi, avec à ma charge deux coursiers en pleine forme et du matériel de guerre pour deux, la seule chose qui me reste à faire en attendant son retour à l'auberge où nous avons pris nos chambres est de passer le reste de la journée à flâner en ville. Après avoir confier à un palefrenier nos montures, j'ai choisi de prendre avec moi notre arsenal personnel : ma hallebarde, sa lance et son épée. Bien sûr ce ne sont point des armes typiques, même chez les compagnies de mercenaire Qiang, mais la guerre face à des chevaliers en armure de plate m'a très vite appris que les armes sont souvent faites pour détruire les représentants les mieux protégés de son armée. Force est de constater qu'une armure légère Qiang en bois et en maille ne rivalise guère avec la plate et les brigandines Ivriannes.
Ce sont des petites choses qui font qu'une guerrière de vingt ans devient une guerrière de trente ans. Lorsque je passe le pas de la porte de l'auberge dans laquelle j'ai ma chambre, je dépose prestement mes biens avant d'aller dans l'aire dédiée aux repas.
Je m'installe à une table à l'écart et commande une soupe avec un bol de riz puis attaque tranquillement mon repas : autant le faire durer puisque personne ne m'attend nulle part. Je me retourne à un moment pour interpeller un serveur et lui demander une bouteille de saké : cela va faire longtemps que je ne me suis pas autorisé un spiritueux de mon pays. Le vin Ivrian au bout d'un moment finit par lasser, aussi bon soit-il.

- Kisho-sama. Ravie de vous rencontrer de nouveau. Je me nomme Yul La’nfan. Puis-je me joindre à vous ?

Je détache mon regard de ma coupelle d'alcool avant de regarder mon interlocutrice : La'nfan avait été à mes ordres, une soldate sérieuse que j'aurais sans doutes ré-embauché si l'occasion s'était présentée.

-La'nfan-San, je serais ravie de profiter de votre compagnie. Vous désirez un verre? j'écoute sa réponse avant de poursuivre, même s'il n'est pas rare de recroiser d'anciens visages, aussi tôt depuis la dernière fois est déjà plus exceptionnel. Cela fait il y a quelques temps déjà que nous ne nous étions pas vu, entre temps il y a eu cette trêve entre Ivria et nous. Je prends une gorgée de mon sake. J'espère que la diminution drastique des primes de risques et des engagements de masses n'ont trop impacté vos habitudes de vie.

Car le destin ne s'est plus montré aussi clément avec moi : finit les contrats de défenses, les sièges de consultantes en stratégie et les bandes de mercenaires sous mes ordres. Aujourd'hui j'ai dû revoir mes effectifs à la baisse et même si cela fait un léger manque à gagner, je dois avouer qu'il est légèrement agaçant de voir des zéros en moins dans mes contrats. Bien entendu c'est essentiellement une habitude prise par mon orgueil, car je ne suis pas non plus condamnée à la pauvreté. Mais lorsque l'égo biberonne une rente régulière pendant des années, lorsqu'on est sevré à froid de cette garantie perpétuelle d'avoir du travail, l'honneur peut très vite devenir un désavantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
68

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Sam 25 Fév - 15:03

Souvenirs douloureux

ft. Usagi


Kisho releva la tête pour la dévisager, et Yul fut surprise d’y voir se dessiner un léger sourire.
-La'nfan-San, je serais ravie de profiter de votre compagnie. Vous désirez un verre ?
Elle s’assit donc, déclinant la proposition d’un revers de la main. Elle n’avait jamais trop apprécié l’alcool.
Le fait que la mercenaire la reconnaisse fut là encore une surprise. Leur contrat, pendant la guerre il y a déjà plus d’un an de cela, n’avait pas duré très longtemps, et il s’était agi d’une escarmouche sans grande importance, Yul se fondant dans la masse d’autres soldates. Bien qu’elle s’était jurée, lorsqu’elle était devenue mercenaire, de s’éloigner du champ de bataille, elle avait été contrainte d’y revenir cette fois seulement, par manque de moyens. Elle en gardait le même souvenir âpre qu’à chaque rencontre avec les soldats Ivrians.
- Cela fait il y a quelques temps déjà que nous ne nous étions pas vu, entre temps il y a eu cette trêve entre Ivria et nous, enchaina Kisho. J'espère que la diminution drastique des primes de risques et des engagements de masses n'ont trop impacté vos habitudes de vie.
Yul se força à oublier les cris de ses camarades agonisantes et les images de massacre pour revenir au moment présent, serrant son poing pour cacher ses tremblements. Elle espérait que la mercenaire à ses côtés était trop occupée pour s’en être aperçue. Stabilisant son expression tout autant que sa respiration, elle répondit :
- Je m’accommode plutôt bien de cette nouvelle vie. L’escorte des convois présente des opportunités intéressantes pour quiconque est prêt à apprendre de nouvelles choses, et me permet de mettre à profit ce que j’ai appris à Kokora. J’ai des contrats réguliers avec un marchand d’animaux, je ne reste donc jamais trop sur ma faim, même s’il est vrai que ce n’est pas aussi profitable que mon activité précédente. Mais je suis tout aussi bien loin des affres de la guerre, croyez-moi.
Menos était un mentor exceptionnel, et travailler à son service et aux côtés des animaux qu’il transportait, absorber toutes les connaissances qu’il se montrait prompt à partager avait permis à Yul de s’épanouir bien plus que ses longues années sur la ligne de front ne l’avaient fait. Elle ne regrettait en rien son départ, d’autant plus lorsqu’elle se souvenait du sourire que la nouvelle avait apporté sur le visage de son père, tandis qu’il continuait de sombrer dans son état léthargique.
Kisho avait amené la conversation sur un terrain familier, et Yul en profita pour poser la question qui la turlupinait depuis qu’elle l’avait aperçue :
- Qu’en est-il de vous ? Il ne doit pas être aussi facile de s’adapter pour une chef mercenaire que pour quelqu’un comme moi. Que faites-vous donc ici, à Penden ?
Le serveur était repassé, déposant la suite de son repas devant elle après avoir remarqué que Yul s’était déplacée. Elle picora ainsi dans son plat sans véritable appétit, attendant la réponse de Kisho avec une curiosité à peine voilée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Usagi Kisho
- Mercenaire -
Messages :
25

Date d'inscription :
17/02/2017


Mon personnage
Réputation: Mercenaire masquée
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Sam 25 Fév - 17:52

Je reprends une gorgée de mon saké en écoutant la réponse de mon ancienne employée, de ce que j'entends il me semble qu'elle a réussi sa reconversion en garde. Il m'a semblé desceller une once de stress dans son regard, mais en l'absence de certitude tangible, je ne dis rien et me contente de continuer à lui sourire lorsqu'elle annonce son plaisir à être éloigner d'un champ de bataille. Chacun a vécut la guerre différemment et si je n'aie point eu trop de problèmes avec ma conscience, je comprends que d'autres puissent êtres réticents à retourner au front.
Ce qu'elle me dit me laisse pensive : travailler avec un marchand d'animaux doit être reposant si l'on met de côté la nature de son travail, mieux vaut être entourés de chevaux ou de brebis plutôt que cerner par une horde de chevalier suant la haine et la soif de sang. En somme, un peu comme je le pensais même si ses finances ont dût être revus à la baisse, toutefois son nouveau métier semble plus épanouissant.
Puis Yul me retourne la question : que m'est-il arrivé depuis le temps et quelles sont les raisons de ma présence. Après tout, la guerre est très, très loin de moi à l'heure actuelle, un comble pour une mercenaire. Après les explications qu'elle m'a donné, il serait discourtois de rester évasive, aussi je vais lui raconter en détaillant un petit peu. Car même si c'est moi qui suis interrogée, c'est mon second qui devait faire le voyage, je l'ai accompagné car c'est de mon devoir de prendre soin de ceux qui sont à mon service.

-Pour faire preuve d'honnêteté, le premier jour après l'annonce de la trêve j'ai pris mon arme et me suis rendu à mon point de rassemblement habituel avant de réaliser qu'il n'y avait plus personne, si ce n'est quelques guerrières qui n'avaient nulle part où aller. Jusqu'ici j'ai surtout vécu des économies que la guerre m'a permis de constituer et de petites escortes. Mais avec douze années d'expériences, je pense avoir mes chances si je m'essaie à la rédaction de traités de stratégie où à l'enseignement des armes.

Les livres de guerre ont toujours eu du succès en temps de paix : les gens sont toujours curieux de découvrir des choses qu'ils ne connaissent pas, et ma nation étant une nation exportant beaucoup de ses militaires, il n'est pas improbable que d'ici quelques années une autre guerre éclate avec des deux côtés des centaines de Qiang engagées pour leur expérience. Je me ressers un verre de saké.
Passons à ma venue à Penden.

-Je suis ici à Penden pour rendre service à un très bon ami : mon second a été marqué il y a quelques années déjà pour homosexualité et a directement été conscrit en tant que rameurs dans la marine de guerre. Etant donné que plus rien ne nous retenait sur la ligne de front et qu'il a exprimé le souhait de s'expliquer avec sa famille qui habite ici, je l'aie accompagné. Je prends une gorgée de ma boisson. Je profite donc de la solitude et je dois avouer que voir le nombre de guerrières ici m'a suggéré une idée cavalière : les duels sont fréquents et souvent les parieurs profitent de l'occasion pour miser leur argent. Vivre des gains de duels sur lesquels j'aurais misé sur moi-même est une idée aventureuse et sans doutes que le saké y est pour quelque chose, mais l'histoire a montré que les meilleurs combattantes du pays pouvait vivre ainsi. Mon esprit rattrape mon cœur qui commençe à partir à la dérive, loin dans les vagues de l'orgueil, en quête d'atteindre l'horizon de richesse devant lui. Excusez-moi pour mon orgueil, l'alcool me fait surestimer mes talents martiaux. L'escrime en duel et l'escrime de guerre sont deux choses bien différentes, si je me suis prouvé suffisamment forte pour sortir victorieuse des champs de bataille, je ne sais guère si je serais assez adroite pour réussir mes duels.

Hisao disait souvent que si j'étais assez douée pour tuer des chevaliers Ivrians, défaire l'une de mes compatriotes serait assez simple, mais abattre grossièrement sa hallebarde sur l'épaule de quelqu'un et le faire saigner juste assez pour qu'il admette sa défaite sont deux arts diamétralement opposés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
68

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Lun 27 Fév - 14:36

Joutons, mes bons

ft. Usagi


- Pour faire preuve d'honnêteté, le premier jour après l'annonce de la trêve j'ai pris mon arme et me suis rendue à mon point de rassemblement habituel avant de réaliser qu'il n'y avait plus personne, si ce n'est quelques guerrières qui n'avaient nulle part où aller.
Yul essaya de s’imaginer la sensation qu’elle avait pu ressentir, lorsque du jour au lendemain, le monde entier s’était effondré autour de Kisho. Sa propre transition de soldate à mercenaire s’était faite naturellement, née de son propre désir de s’éloigner des tueries tout en continuant de pratiquer l’art du combat, elle peinait donc à réaliser les sentiments que la cheftaine avait dû bercer, lors de ces événements.
Kisho, prenant des gorgées de saké de temps à autre, poursuivit :
- Jusqu'ici j'ai surtout vécu des économies que la guerre m'a permis de constituer et de petites escortes. Mais avec douze années d'expériences, je pense avoir mes chances si je m'essaie à la rédaction de traités de stratégie où à l'enseignement des armes.
Tandis que Yul grignotait son dessert, son aînée poursuivit en évoquant les raisons de sa venue. Si Yul fut un instant surprise d’apprendre qu’elle était à Penden pour aider son subordonné, cela ne détonnait pas de l’idée qu’elle s’était fait de Kisho après les récits de campagnes qui lui avaient été contés par certaines de ses collègues, et elle sourit un instant, heureuse de constater que la guerre n’était pas parvenue à drainer la bonté du cœur des bonnes âmes comme Usagi Kisho.  
Elle évoqua ensuite les combats à paris au sein de la capitale, et Yul ne put retenir un haussement de sourcil surpris. Mais avant qu’elle ne puisse élaborer, Kisho se reprit, excusant ses paroles par sa consommation d’alcool.
La plus jeune mercenaire prit le temps de réfléchir à ses propos suivanst, de peser ses mots, d’articuler sa réponse ainsi bien que faire se peut :
- Avec la guerre, Kokora n’est pas en mal de professeurs pour enseigner à nos futures guerrières, bien au contraire. Si je ne doute pas qu’avec vos exploits vous soyez considérée comme un atout de valeur, je ne suis pourtant pas sûre que ce soit la voie pour vous. A moins que vous vous essayez à l’enseignement privé, après tout, entre le métier de mercenaire et celui-ci, il n’y a qu’un pas.
Elle avait dit la dernière phrase avec un sourire se voulant doux, pour ne pas laisser l’humour dans ses paroles offenser Kisho. Elle but dans sa propre coupelle, jetant à coup d’œil à la table où elle avait précédemment résidé et croisant le regard inquisiteur de l’une des deux femmes, qu’elle lui rendit jusqu’à ce qu’elle détourne la tête. Si elles n’étaient pas assez courageuses pour venir discuter directement avec elles, elles n’avaient aucune prétention à pouvoir espionner cette conversation.
- Pour ce qui est des combats en ville, j’avoue beaucoup apprécier de les regarder. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y prendre part, autant par manque de temps que par manque de technique, mais je crois dur comme fer que toute personne, avec un peu d’entraînement, peut aspirer à gagner un combat dans les arènes. Avec votre renommée et vos capacités, Kisho-sama, je n’ai nul doute que si vous vous y mettiez sérieusement, vous seriez parfaitement capable de vous démarquer au milieu de la foule de soldates, et, qui sait, pourquoi pas gagner des prix conséquents ?
Yul repensa aux combats qu’elle apercevait, de temps à autre, et s’imagina avec son arakh à même le sable, en face à face avec une autre Qiang sans visage, attendant que les juges donnent le départ. Mais elle se savait rouillée. Bien que ses activités de mercenaire soient orientées sur la protection, et malgré ses entraînements journaliers, elle savait que sa présence seule était souvent dissuasion suffisante pour quiconque voudrait s’attaquer aux biens et personnes qu’elle protégeait, et n’avait donc que peu l’occasion de mener de vrais combats.
Observant sa vis-à-vis, une idée folle lui vint alors. Folle, mais qui fit battre son cœur un peu plus rapidement, et la poussa à poser la question.
- Kisho-sama, que diriez-vous d’aller observer l’un de ses combats, en ce début d’après-midi ? Et pourquoi pas, si vous le souhaitez, ne pas joutez toutes deux, hors de tout pari, pour le seul plaisir de pratiquer l’art martial ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Usagi Kisho
- Mercenaire -
Messages :
25

Date d'inscription :
17/02/2017


Mon personnage
Réputation: Mercenaire masquée
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Lun 27 Fév - 21:31

Demoiselle La'nfan soulève un point intéressant dans mes idées : avec la fin de la guerre bon nombre de guerrières vont essayer de se reconvertir dans l'enseignement, ce qui me ferait beaucoup de concurrence. De plus elle émet des doutes sur cette voie-la pour moi, il est vrai que la pédagogie n'est pas une de mes qualités premières. Puis elle mentionne les duels, comme quoi elle n'y a jamais participé à cause d'un manque d'expérience et d'occasions. Yul me pense toutefois capable de me distinguer de la masse de part mes talents martiaux et surtout ma réputation qui me précède. Enfin, plus que le nom, c'est surtout le masque blanc qui m'a donné un nom parmi mes soeurs militaires : les gens ont tendance à se rappeler des visages uniques, et à cette époque la peur d'être reconnue par les Ivrians m'avait poussé à enfiler le masque, à l'instar de celles qui combattent avec une écharpe autour du visage.
Je vide ma coupelle de saké.
Les combats dans les arènes sont assez aléatoires : il peut s'agir tout aussi bien d'un duel amical entre deux amies tout comme le duel peut servir à résoudre une affaire d'honneur dans le sang. Je suppose qu'avec la fin des hostilités et le nombre croissant de guerrières en manque de sensations fortes va créer une explosion du nombre de défis.
Puis, La'nfan me propose d'aller admirer quelques duels voir même de disputer une rencontre courtoise, je lui souris jusqu'aux oreilles, il est vrai qu'un duel pourrait être fort divertissant. J'ai eu maintes occasion de défaire des ennemis en armures de plates avec une hallebarde, mais faut-il encore que je me sache capable de vaincre une compatriote, plus véloce et précise qu'un paladin.

-Ce serait avec plaisir que je vous accompagnerais admirer les combats, et pourquoi pas échanger quelques passes d'armes. Finissons ce repas et allons-y.

Le temps qu'elle achève son dessert, et que je fasse disparaître le contenu de cette bouteille de saké, l'alcool Qiang est tout de même un met très agréable en bouche, même s'il me donne parfois mal à la tête. Une fois dans la rue, moi avec ma hallebarde à l'épaule, la tête d'acier enveloppée dans une house de cuir, elle avec son arme que j'avoue avoir du mal à identifier. J'ai rarement vue une lame aussi exotique et si je dois me battre face à cela, je m'interroge sur comment une épée aussi singulière pourrait réagir face au crochet de ma hallebarde.

Le chemin de l'auberge aux arènes n'est guère long et nous permet d'admirer le paysage : Penden est bien organisée et avec nos accoutrements les gens s'écartent religieusement de notre passage. Parler d'arène est assez réducteur en un certains sens : il y a de tout quand il s'agit de se mettre en compétition face à quelqu'un, les champs de tir pour les adeptes du tir à l'arc, les cercles de sables pour les combattantes, en fait même si Penden est censé être le cœur administratif du pays, je me demande parfois si même la capitale n'est pas aussi un petit champ de bataille, avec les arènes qui permettent de régler des différents, voir même d'en créer selon l'orgueil des duellistes.

-Je constate avec joie que les duels sont plus réglementés que ceux que j'ai pu voir dans les campements après une bataille. Je suppose qu'ici les médecins sont nombreux : vu l'ardeur avec laquelle nous nous battons, les guérisseurs et guérisseuses doivent mener une vie de faste et de lucre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
68

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Mar 7 Mar - 10:46

Les arènes

ft. Usagi


Entre quelques coupelles de saké, Yul remarqua que sa vis-à-vis triturait son masque de bois blanc sans vraiment y faire attention. Elle eut un sourire, en se rappelant de la guerrière féroce à la tête de ses troupes, le visage couvert, hantant probablement la nuit les rêves de nombreux soldats Ivrians.
La réaction de Kisho à la proposition de duel fut chaleureuse, ce qui ravit d’autant plus l’autre mercenaire. Elle n’avait que peu eu l’occasion de s’entraîner récemment, et ses muscles réclamaient la douleur des étirements du combat, la sensation de l’adrénaline vibrant dans ses veines. L’occasion était trop belle, et elle était donc ravie que sa camarade accepte sa demande.
Cette dernière continua à boire, et si Yul en fut surprise, notamment à la perspective de leur proche rencontre, elle n’en pipa pourtant mot. Sa supérieure devait savoir ce qu’elle faisait, et ce n’était pas sa place de faire une remarque sur les consommations de celle-ci.
Elle se leva donc une fois son repas fini, et elles prirent la route d’une des arènes improvisées, la même que celle où elle avait emmené Sety il y a de nombreux mois de cela. De temps à autres, Kisho lançait des regards interrogateurs en direction de son arakh. Amusée, mais inquiète que l’alcool ait déjà embrouillé l’esprit de sa compatriote, Yul se tourna un peu pour lui montrer son dos, et la hallebarde accrochée à celui-ci, récemment rénovée avec la technique dont l’armurière Ivrianne lui avait parlé lors de leur rencontre.
- Ne vous en faites pas, je ne vous infligerai pas le tranchant de mon arakh aujourd’hui. Je suis bien plus habile avec ma hallebarde, de toute façon.
Tandis qu’elles admiraient le paysage, le bruit des arènes commença à leur parvenir : au loin, on distinguait la clameur de la foule, et de temps à autres le clairon des lames s’entrechoquant. L’excitation parcouru le corps de Yul, mais elle se força à afficher toujours une posture stoïque. Lorsqu’enfin elles pénétrèrent dans l’enceinte du complexe, le regard de Yul fut immédiatement happé par le duel en cours : cinq guerrières échangeaient bottes après bottes, contrant puis attaquant avec une fluidité et une chorégraphie irréprochable, les personnes autour d’elles amassées pour observer la technique de ses professionnelles.
Kisho, elle, semblait plus intéressée par ce qui se passait autour du combat en lui-même. Des affiches détaillant les closes à respecter au sein des diverses arènes de Penden, ainsi que quelques officielles et médecins pouvaient être aperçues.
- Je constate avec joie que les duels sont plus réglementés que ceux que j'ai pu voir dans les campements après une bataille. Je suppose qu'ici les médecins sont nombreux : vu l'ardeur avec laquelle nous nous battons, les guérisseurs et guérisseuses doivent mener une vie de faste et de lucre.
A ces mots, Yul se concentra sur le panneau de notes de l’entrée, et relu le règlement qu’elle connaissait par cœur. Ils avaient en effet été mis en place rapidement au cours de la guerre. Les soldates en permission avaient malheureusement tendance à oublier les accords implicites qui jusque-là avaient régis ces endroits, et il avait fallu tout inscrire sur papier, pour ainsi calmer les ardeurs des plus violentes d’entre elles. Penden n’était pas la frontière, et aucune sauvagerie mal avisée ne serait ici tolérée. Même si depuis la fin de la guerre, les combats s’étaient calmés, il n’était pas rare que du sang soit verser. Dans ce cas, les règles faisaient fois, et le dédommagement était calculé en conséquence des lésions.
Des grognements sur leur gauche tirèrent Yul de sa réflexion, et elle se retourna vers le banc de sable où les silhouettes s’adonnaient toujours à leur combat. Avec une inclinaison de la tête, elle invita sa camarade à la suivre :
- Kisho-sama, si nous nous rapprochions ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Usagi Kisho
- Mercenaire -
Messages :
25

Date d'inscription :
17/02/2017


Mon personnage
Réputation: Mercenaire masquée
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Sam 11 Mar - 17:47

-Certainement La'nfan San.

Je suis ma camarade alors que nous nous trouvons un bon endroit pour voir plus en détail, puis une fois que nous avons une bonne vue nous pouvons enfin commencer à observer le combat. En prévision de l'affrontement face à elle je m'assure simplement que j'ai bien mon casque et mon masque à ma ceinture avant de concentrer mon attention sur la mêlée générale qui est en cours : des guerrières de toutes les tailles de tout les gabarits s'affrontent en espérant avoir l'ascendant sur les quatre autre. Plus une question de chance aveugle que de talent étant donné qu'il suffit que l'une d'elle attende qu'un double duel se déclenche et de frapper dans le dos pour déjà en sortir une du terrain. Quoique, je suppose que ce genre de bassesse suffit à forger une alliance temporaire entre les trois autres.
La première à se faire éliminer est une duelliste qui avait décidé de se confronter à l'aide de sa rapière et d'une dague à son extrême opposé : une géante qui manie son kanabo avec une force étonnante. L'allonge de son énorme gourdin de guerre aura suffit à avoir raison de son adversaire qui aurait eu les jambes écrasées si le duel avait été à mort. De l'autre côté de l'arène l'affaire s'est résolue assez vite : la combattante au katana s'est inclinée après plusieurs tentatives infructueuses face à une experte du fléau à deux mains. Même maîtresse des armes à chaîne qui fait ensuite mordre la poussière à une épéiste aguerrie après un échange bref mais intense de coup.
Les deux dernières se font face un bref instant avant que celle avec le gourdin ne s'élance vers sa concurrente qui fait un moulinet avec son fléau, forçant l'autre à reculer. La même routine s'effectue encore une fois avant que la géante ne trouve la bonne ouverture pour frapper de toutes ses forces dans l'arme de l'autre qui vole en éclat. La gagnante clame sa victoire et mon regard dévie vers les spectateurs et spectatrices avant de me rendre compte que plusieurs paire d'yeux sont posées sur moi : certaines intriguées, d'autres agacées de ma présence ici. Je croise même à l'occasion de la haine envers moi, quelques unes des observatrices semblent n'avoir toujours point accepté que j'ai décroché avant elle qu'elles convoitaient.

-La'fan San, l'arène semble désormais libre après cette mêlée générale. je prends ma hallebarde avant de me diriger vers le cercle de sable. Vous pardonnerez mon impatience, mais je dois m'avouer pressée de me mesurer à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
68

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   Lun 17 Avr - 14:15

Se donner en spectacle

ft. Usagi


Tandis que Yul et Kisho observaient, le combat continuait. Focalisée d’abord sur le côté gauche de l’arène, Yul s’attarda sur la guerrière au fléau, intriguée. Durant ses nombreuses années sur le champ de bataille, la mercenaire n’avait jamais encore eu l’occasion de voir l’arme en action, peu de personnes étant capables de la maîtriser, et encore moins nombreuses celles pouvant tirer avantage de celle-ci dans un combat contre les Ivrians. Elle avait entendu dire que la pratique s’était depuis étendue, mais c’était bien la première fois qu’elle pouvait l’observer de ses propres yeux.
La guerrière mit rapidement en déroute les deux femmes qui l’entouraient, l’une maniant le katana avec brio, mais incapable de s’approcher à cause des moulinets menaçants de son opposée, l’autre, une épéiste, trop pressée sans doute de s’adonner à un corps à corps pour remarquer la chaîne arrivant à grande vitesse vers elle, et qui la cueillit sans effort, l’envoyant s’écraser au sol un peu plus loin.
De l’autre côté, le combat entre la géante et sa vis-à-vis était lui aussi terminé, la femme au gourdin s’approchant alors de celle au fléau avec un sourire. Une, deux, trois passes, puis le kanabo eut raison du fléau. Les guerrières vaincues s’inclinèrent devant la gagnante, certaines à contrecœur, et la géante alla alors récupérer son prix, les parieurs et parieuses attroupés autour grognant ou s’écriant de joie, selon ce que le destin avait choisi pour eux en ce jour.
Alors, Kisho-sama invita Yul à la rejoindre au centre de l’arène. La plus jeune mercenaire obtempéra, se défaisant de son arakh et de sa besace, qu’elle laissa au comptoir. Elle sauta ensuite les quelques marches qui la séparaient de l’arène de sable, se forçant à ignorer les regards qui pesaient sur elle et Usagi. Yul n’avait jamais énormément apprécié d’être le centre d’intérêt, et si, sur le champ de bataille, personne ne prêtait attention aux milliers de corps s’entrechoquant, il n’en était pas de même ici. Il s’agissait de se donner en spectacle, et, si sa réputation ne pâtirait pas forcément d’une passe d’armes infructueuse face à une aînée reconnue pour ses capacités, elle ne pouvait pas se permettre de se montrer sous un mauvais jour non plus. Il lui faudrait tout donner.
Elle détacha ainsi sa hallebarde de son dos, réaffirmant sa prise plusieurs fois sur le corps de celle-ci, poings s’ouvrant et se fermant au rythme de sa respiration pour essayer de se calmer. Il lui faudrait maîtriser ses émotions, comme elle l’avait si bien appris il y a des années de cela. Laisser tout ce qui n’était pas le combat couler sur elle comme le ruissellement de la pluie, et simplement se focaliser sur son adversaire.
Elle avait vu Kisho combattre, plusieurs fois déjà. Elle ne la connaissait pas personnellement, et plusieurs mois s’étaient écoulés depuis leur dernière rencontre, mais elle savait qu’elle possédait un avantage face à la guerrière, puisque celle-ci n’avait pas dû prêter un intérêt détaillé au style de combat de Yul, contrairement à la mercenaire, qui avait observé et appris des gestes de son aîné. Si elle voulait avoir la moindre chance de s’en sortir victorieuse, il lui faudrait mettre à profit ne serait-ce que la plus infime information qu’elle avait pu glaner, au cours de ses missions avec Kisho-sama.
Yul redressa la tête un instant, et fixa sa vis-à-vis. Avant de se plonger complètement dans la bataille, il restait quelques détails à régler :
- Auriez-vous des règles particulières auxquelles vous souhaiteriez que nous nous pliions aujourd’hui, Kisho-sama ? Ou une récompense quelconque que la perdante devrait céder à la gagnante ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Sagesse d'une Aînée [PV Usagi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité
» La sagesse.....
» OU EST LA SAGESSE CHEZ NOS SAGES ?UN MEMBRE DU CEP DEMISSIONNE !
» Grandeur et sagesse
» La sagesse est un vilain Défaut [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Territoire Qiang :: Penden-
Sauter vers: