RSS
RSS

Plusieurs prédéfinis attendent pour être adoptés ! Viens les découvrir. Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nayabi Seikon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nayabi Seikon
- Marchande -
Messages :
11

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Belle marchande
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Nayabi Seikon   Sam 8 Avr - 23:48



« Le regard chez une jeune femme est un interprète toujours charmant qui se charge de dire avec complaisance ce que la bouche n'ose prononcer. »


- Marivaux






←Nayabi Seikon→




Groupe : Qiang
Faction/Caste : Marchande
Métier : Joallière
Sexe : Femme
Âge : 18 ans
Taille : 1 m 70
Poids : 60 kg

Le Joueur

Ton pseudo/Prénom : Luneriane
Age : Bientôt la trentaine
Ton arrivé ici : J'ai vu des liens sur plusieurs sites (google, sawen, l'antre du rpg)
Ton avis : Un visuel très beau, clair, avec de l’interactivité dans le code. Un contenu bien expliqué et organisé.
Ta disponibilité : Ca dépend du taff, vive les 35h !


(a) Ling

Caractère


Nayabi est fille unique, ce qui a ses avantages et ses inconvénients surtout dans une famille qui ne manque de rien. Elle est habituée à être au centre de l'attention, mais quand on se détourne d'elle, elle ne s'en offusque pas... presque pas... enfin, ça c'est ce qu'elle se dit, mais elle reste un peu têtue. Elle a appris à se montrer discrète pour agir à sa guise.

Nayabi est une petite ingénue, qui aime les intrigues que ça soit pour son compte ou celui des autres. Élaborer des stratégies ou tenter de les démêler la passionne. Elle aime à s'imaginer en courtisane discrète mais redoutable. Toutefois, sa jeunesse fait son inexpérience, et elle a encore beaucoup à apprendre.

Fière de sa beauté, elle sait jouer de ses charmes sans trop en faire. Elle a une grande confiance en elle, mais ayant grandi dans un environnement "bien sous tout rapport" et très protégé, elle ne réalise pas où ses jeux de séductions peuvent la mener.

Elle prend toujours soin d'elle, de ses affaires, ou des lieux où elle se trouve. Elle est attentive au moindre détail et ne se laisse pas aller à la paresse. Coquette, elle surveille la santé de son corps avec attention. De sa tignasse rebelle à ses sous-vêtements en satin en passant par un régime alimentaire sain et sans excès régulier, elle veut que tout soit parfait.

Ce sens du détail passe souvent inaperçue, car Nayabi est souvent vue comme une personne frivole. Elle semble s'intéresser à tout et tous. Elle peut parfois sauter du coq à l'âne dans une discussion, et donne l'impression de dire tout ce qui lui passe par la tête. De son point de vue, la curiosité est nécessaire pour en apprendre plus les personnes qui l'entourent, mais elle manque encore de discernement pour repérer les informations essentielles.

Très sociale et d'un abord facile, Nayabi est est une jeune fille à qui l'on aime se confier... et elle adore ça ! Elle raffole des potins en tous genres, mais sait malgré tout garder un secret quand on le lui demande. Pensez bien à le lui spécifier tout de même sinon votre "secret" aura fait trois fois le tour de la ville avant que vous n'ailliez dit "ouf !"

Au grand damne de sa mère, Nayabi est également une grande romantique. La richesse de sa famille, qui n'est pas excessive mais suffisante pour bien vivre, lui offre tout ce qu'elle désire et elle n'est pas gourmande. Toutefois, cette opulence lui laisse un sentiment de vide qu'elle tente de combler par toutes ses frivolités. Elle sait qu'une union de raison lui serait profitable, mais elle ne cache à personne qu'elle rêve malgré tout du Grand Amour qui fera vibrer son âme.

Malgré toute cette légèreté d'esprit, Nayabi peut parfois faire preuve de détermination et d'ambition. Elle sait également se montrer patiente pour obtenir ce qu'elle veut. Elle a seulement grandi dans un cocon très confortable sans avoir trouvé aucune raison d'en sortir... Le papillon parviendra-t-il à déployer ses ailes ou se laissera-t-il emporter dès la première bourrasque ?

Il y a également une ombre à ce joli tableau de princesse. C'est un souvenir d'enfance qu'elle a préféré oublier alors qu'il l'a pourtant profondément marquée. Quand la mémoire lui reviendra parviendra-t-elle à avancer le sourire aux lèvres ?



Physique


A petits pas rapides, elle traverse les rues. D'une démarche agile et gracieuse, elle se faufile au milieu des passants. Un petit déhanché met en valeur ses formes sans paraitre trop aguicheur. Beaucoup se retournent sur son passage, certains la fixent avec méfiance ou avec convoitise. Elle est jolie, et elle le sait. Elle a de l'assurance et de la fierté dans sa démarche, mais son attitude est humble et bienséante.

Par habitude, Nayabi porte des vêtements traditionnels qiang, mais dans l'intimité de sa famille, elle préfère l'aisance et la féminité des coupes nakhta. Elle aime se faire coquette et porte souvent des voiles ou des bijoux. De par la coupe de ses vêtements et avec de nombreux accessoires, elle aime créer le mystère sur son corps et ce qui fait sa particularité : son sang-mêlé.

De par son père (lui-même sang-mêlé), elle est fille du soleil. Elle arbore une impressionnante chevelure épaisse et indisciplinée dont la couleur n'est pas sans rappeler le sable du désert. Ses boucles légères tombent dans le creux des reins et contrastent parfaitement avec son teint. Là où les qiang sont du pâleur diaphane et où les nakhti sont buriné par le soleil, Nayabi se situe entre deux eaux : un peu comme une pêche couverte d'une très fine pellicule de chocolat... De quoi ouvrir l'appétit ! Et pour couronner le tout, elle est dotée d'une charmante silhouette "en sablier", toute en courbes féminines bien rebondies et sans excès.

De par sa mère, elle est fille du ciel. Ses yeux, naturellement bleus roi, captent le moindre mouvement et la moindre variation de lumière. Bridés et en forme d'amande, ils sont bordés par de longs cils épais et disciplinés (contrairement à ses cheveux) aussi noirs que l'ébène. A la manière du pierre polie avec tendresse et patience, ses traits sont doux et harmonieux. Tout son être est fait de rondeur en passant par son nez (qu'elle trouve "boudiné"), ses lèvres sur lesquelles flottent un éternel sourire discret, ou toutes les courbes de son corps. Elle n'est d'ailleurs pas très grande, juste un peu moins que la moyenne, mais s'en accommode très bien.

Toutefois, s'il est bien quelque chose qui lui es propre, c'est son habileté avec les mains. Elle a de véritables doigts de fée et tout se qu'elle touche ce transforme en or... ou presque. Les travaux manuels comme la couture, la broderie, et plus particulièrement la joaillerie, son pêché mignon, n'ont aucun secret pour elle. Elle pourrait également faire une excellente musicienne... si elle avait le sens du rythme. Même chose également pour la danse, Nayabi a certes le pas assuré, mais si vous l'invitez à une valse, son pas se terminera assurément sur le vôtre. Eh oui, nul n'est parfait.



Récit


Akemi Seikon était une jeune femme issue d'une longue lignée de marchandes. De génération en génération les membres de cette famille ont su prospérer au sein du territoire Qiang grâce au commerce d'objets d'arts et de décoration. Toutefois, ce commerce n'était pas spécialement tourné vers les autres pays. Akemi, en marchande/aventurière/guerrière (oui c'est beau de rêver) pleine d'espoir et d'ambition, voulu changer ça.

Pour cela, elle installa un comptoir à Tadala. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds malgré son côté petite fille sage, et elle se fit rapidement une petite réputation. Elle rencontra également Semekh, un charmant joaillier qui lui fit une cour assidue avant d'obtenir sa main. Akemi était très fière d'elle, même à petite échelle, elle faisait fructifier le commerce familial et avait trouvé un homme pour transmettre son sang.

Malheureusement, les choses commencèrent à se gâter quand la jeune femme et son compagnon cherchèrent à avoir un enfant. Le devoir conjugal ne leur posait aucun problème, mais le ventre d'Akemi restait désespérément vide. Des disputes éclatèrent au sein du couple et la jeune femme suspecta son mari d'aller voir ailleurs de temps en temps. Toutefois, les tentions s'apaisèrent à la naissance de Nayabi... pour recommencer quelque temps plus tard.

Le choix du nom fut sujet à débat comme chez beaucoup de couples, mais plus encore, ce fut son éducation qui tins lieu de pomme de discorde. Akemi et Semekh étaient, tous les deux, très proches de leurs coutumes respectives. Même si le jeune homme acceptait la très forte indépendance de son épouse, il n'avait pas prévu de transmettre cette tendance-là à sa fille.

Les années passèrent... La tension était toujours présente, mais supportable. Fuzen, un cousin d'Akemi, s'était également installé pour aider à tenir leur petit comptoir. Il était le premier amour de la jeune femme et son époux la charriait régulièrement à ce sujet. De son côté, elle n'avait plus ce genre de sentiment à son égard, mais elle se demandait si son époux ne cherchait pas à détourner l'attention.

Nayabi, elle, vivait sa vie de petite fille. Elle adorait son père qui lui montrait comment réaliser des bijoux, et elle aimait un peu moins sa mère qui tenait lieu de figure d'autorité. Elle adorait courir les rues et faire des bêtises avec les enfants de son âge. Elle avait aussi de l'affection pour son "oncle" Fuzen, et jouait souvent à la marchande quand elle restait avec lui au comptoir.

Alors que Nayabi approchait son septième anniversaire, Akemi tomba à nouveau enceinte. Au début, cet évènement apporta beaucoup de bonheur à toute la famille. Malheureusement, cette grossesse se révéla plus difficile que la première. Akemi se fatiguait d'avantage, et ne pouvait accorder beaucoup d'attention à son époux et sa fille. Nayabi s'en accommodait bien, surtout que Fuzen lui avait confié pour Grande Mission de veilleur sur sa mère.

Doucement, le ventre d'Akemi s'arrondissait, et lentement, Semekh se faisait de moins en moins présent. Il passait son temps entre son atelier de joaillerie et la taverne où il retrouvait des amis à lui. Un jour, Nayabi rentra dans l'atelier de son père pour emprunter de quoi faire une petite bague pour sa mère. Il n'était pas présent, mais elle utilisa quand même ses outils pour réaliser son petit ouvrage. Quand il rentra à son tour dans l'atelier, elle se cacha bien vite de peur de se faire gronder...

Toutefois, Semekh ne fit pas du tout attention à sa fille cachée sous un établi, car il était accompagné d'une jeune femme à peine sortie de l'adolescence. Ils flirtaient presque innocemment, mais l'alcool rendait la scène un peu étrange. Nayabi ne comprenait pas pourquoi son père se comportait comme un amoureux avec cette fille. Il s'amusait à glisser ses mains sur le corps de cette fille, à tirer sur ses vêtements. C'était probablement un jeu d'adulte, mais la jeune femme n'avait pas l'air de vouloir jouer.

Son père décida de jouer à un nouveau jeu. Il fit basculer la jeune femme sur un tabouret tout en lui bloquant les bras, lui remonta la robe qu'elle portait pour dévoiler ses fesses et Nayabi ne comprit pas trop ce qui se passa ensuite. Elle avait déjà vu des chiens se monter l'un sur l'autre, mais ça n'avait pas l'air de faire mal, ça la faisait plutôt rire avec ses amis. Alors que des larmes coulaient sur les joues de la jeune femme, Nayabi se faisait aussi discrète et petite que possible dans sa cachette.

Elle ne sait pas combien de temps s'écoula, mais elle crut se transformer en pierre. Après un long moment, son père finit par lâcher un profond râle... il avait gagné le jeu. Il se rhabilla correctement avant de quitter l'atelier sans un regard pour la jeune femme. Cette dernière resta un long moment prostrée et en larme avant de se rhabiller à son tour et quitter l'atelier. Nayabi ne parvenait pas à bouger malgré le départ des adultes. Elle ne comprenait pas. C'est Fuzen qui la trouva finalement alors que le jour déclinait. Aujourd'hui, Nayabi a complètement occulté ce souvenir de sa mémoire, mais à cet instant, elle raconta dans les moindres détails tout ce qu'elle avait vu.

A partir de là, les choses se passèrent de mal en pire. Il s'avéra que Semekh n'en était pas à son galop d'essai, et ses amis de la taverne n'étaient pas en reste. Certains furent seulement exilés et exclu de la société, tandis que d'autres furent exécutés... Semekh fut de ceux-là. Akemi perdit son enfant et faillit y perdre la vie. Elle parvint néanmoins à se remettre et décida de rentrer parmi les siens à Penden. De ces évènements, Nayabi gardera le souvenir d'un père attentionné, qui a malheureusement fait de grosses bêtises, qui a été punit pour ça, qui a profondément blessé sa mère, et elle ne lui pardonnera jamais.

Une fois à Penden, Akemi concentra son attention sur Nayabi, elle voulait que sa fille devienne une marchande accomplie et une jeune femme qui ne répéterait pas les mêmes erreurs qu'elle. Nayabi fit également la connaissance de toute sa famille, qu'elle n'avait encore jamais vue puisqu'elle n'avait jamais quitté Tadala. Le voyage lui permit de découvrir de nouveaux paysages et elle se sentit naitre une âme de voyageuse intrépide.

Ses nouvelles ardeurs furent toutefois bien vite calmées par la nouvelle éducation qu'on lui donna. A Tadala, Nayabi était libre d'être une petite garçonne polie passant son temps libre à courir les rues tout en apprenant de temps en temps comment fabriquer des colliers ou tenir une échoppe. C'était la belle vie pour une enfant de son âge. A Penden, elle allait apprendre à se conduire en jeune fille de bonne famille et en marchande intraitable.

La transition ne se fit pas sans heurt, mais les récents évènements et le déménagement bouleversèrent Nayabi. Elle qui adorait son père, le détestait à présent. Elle qui était toujours entourée de "va-nu-pieds" et d'adultes formatés par une culture patriarcale, était maintenant baignée dans un matriarcat et une famille aux valeurs fortes. Un peu perdue dans tous ces changements, elle se raccrocha à la seule personne de confiance qui lui restait : sa mère.

Cette dernière, en accord avec sa famille, décidèrent d'envoyer Nayabi à l'école puis de lui faire poursuivre sa formation en participant à des groupes d'éducation. La petite savait déjà compter et avait commencé à lire, elle se retrouva donc en avance par rapport à ses petits camarades. Elle aurait pu s'ennuyer et faire des bêtises, mais ses professeurs n'étaient pas idiots et se faisaient un plaisir de lui donner des exercices plus difficiles pour l'occuper. Elle était parfois mise à contribution pour aider ses camarades moins doués, ce qui lui permit de nouer de nouvelles amitiés.

Avec son physique surprenant pour une Qiang, elle ne s'attira pas que des amis et certains tentèrent de l'intimider. Bien mal leur en prit, puisqu'elle n'avait pas sa langue dans sa poche et un caractère de cochon, même si elle s'était un peu calmé depuis son arrivée à Penden. Bon gré mal gré, Nayabi se fit autant d'amis que d'ennemis. Tout en s'assagissant un peu, elle garda néanmoins un caractère bien trempé.

A l'aube de l'adolescence, les choses se corsèrent un peu pour son entourage et de grand changement s’opérèrent. Intelligente et pleine de bonne volonté pour satisfaire sa mère, Nayabi avait conserver son avance sur ses camarades, ce qui lui permettait de consacrer son temps libre à autre chose que ses études. Elle aimait particulièrement lire. Lire pour découvrir différentes cultures et de nouvelles connaissances avec des carnets d'études et de voyages. Lire des textes sacrés pour éveiller d'avantage sa spiritualité. Et lire pour se divertir grâce à des recueils de ballades ou des récits d'aventures. Ce furent ses derniers qui entrèrent littéralement en résonance avec ses hormones en pleine effervescence.

A cette période, sa mère commençait à la mettre en garde contre les "dangers de l'amour aveugle" et de "l'inconstance des sentiments". Nayabi terminait l'école et débutait des cours privés avec d'autres jeunes filles. Elle se sentait devenir grande, indépendante, et sa relation avec sa mère commençait à l'étouffer. Avec ses nouvelles amies, elle commença à s'intéresser aux garçons et à l'aventure. Elle n'avait pas oublié le frisson qui l'avait parcouru quand elle avait quitté Tadala pour Penden. Elle se mit à rêver de voyage au bout du monde et de conquête de nouveaux marchés.

Durant cette période trouble, Nayabi parvint quand même à apprendre la géographie de Noren, quels sont les principaux flux de marchandises, à effectuer des calculs plus complexes que ce qui est enseigné à l'école... Elle développa sa maitrise des langues Nahkti, Qiang et se paya le luxe d'apprendre quelques rudiments d'Ivrian. On tenta de lui apprendre à manier une arme, mais elle se révéla très moyenne. Elle se révéla plus douée pour certains arts martiaux basés sur l'auto-défense, mais pas de quoi en faire une combattante.

En dehors de ses cours privés, Nayabi fréquentait des salons et des fêtes où se retrouvaient les jeunes gens des familles marchandes. Ses fêtes étaient l'occasion rêvée pour faire des rencontres, et la jeune fille n'était pas en reste quand il s'agissait de faire tourner les têtes. Elle n'avait pas particulièrement de préférence : grand ou petit, brun ou blond, silhouette fine ou musclée, garçon ou fille... Elle avait pour réputation de jouer avec tous ceux qu'elle rencontrait sans forcément accorder son cœur au premier venu.

Dans le cadre de ces rencontres entre jeunes gens de bonne famille, ce genre de comportement était courant. Malheureusement, sa mère s'inquiétait de par sa propre expérience, et elle se mit en tête de marier rapidement sa fille. La famille n'y était pas opposée, mais il ne fallait pas la marier à n'importe qui. Et n'importe qui ne parviendrait pas forcément à dompter la jeune fille. Commença alors un bal de prétendants de divers horizons durant lequel Nayabi oscillait entre agacement frustré et sadisme infantile.

La jeune fille ne souhaitait pas se marier, mais comprenait parfaitement l'intérêt pour sa famille. Elle se laissait courtiser, mais sans grand enthousiasme. Un jour, l'un de ses prétendants l'invita à un tournoi de Pachinko, un jeu de plateau semblable aux dames mais où les pions peuvent s'empiler pour modifier les mouvements des pièces, ce qui peut faire penser à certaines pièces d'échecs. Nayabi y fit la rencontre d'Ankyo, fils d'administratrice et champion local de Pachinko.

Les deux jeunes gens sympathisèrent rapidement autour de sujets inattendus comme l'utilisation de pierres précieuses dans les soins pour la peau ou les flux migratoires des grues bleues à houppette (croisement entre une grue et un paon). Après plusieurs mois, ils se fiancèrent et Nayabi en vint à se demander si elle n'avait pas trouvé l'homme qu'elle cherchait. Il ne faisait pas battre son cœur à toute allure, mais elle se sentait capable de passer sa vie à ses côtés.

La jeune fille ne savait pas encore ce qu'elle ferait de sa vie. Elle se dirigeait a priori sur la même voie que sa mère : le commerce de bijoux. Toutefois, elle ne se sentait pas investie par cette mission et préférerait développer de nouveaux marchés même si elle ne savait pas exactement comment. L'arrêt soudain de la guerre offrait peut-être de nouvelles possibilités, mais elle n'eut pas vraiment l'occasion d'y penser.

Peu après l'arrêt des hostilités, Ankyo tomba gravement malade, et en quelques jours, la fièvre l'emporta...


Code par Moses


Dernière édition par Nayabi Seikon le Mar 18 Avr - 22:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nayabi Seikon
- Marchande -
Messages :
11

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Belle marchande
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Nayabi Seikon   Lun 17 Avr - 17:50

Petit double post (qui pourra être supprimé par le prochain modo/admin de passage sur cette fiche^^) pour signaler que ma fiche est terminée ! :yay:


Fiche de présentation
▲ Crédit avatar : Daenerys par BV-47
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seena Cahill
- L'Ethnologue controversée -
-Indépendante -

Messages :
368

Date d'inscription :
24/10/2015


Mon personnage
Réputation: Fugueuse à surveiller.
Célébrité: Etranger
Équipement:


L'Ethnologue controversée --Indépendante
avatar

MessageSujet: Re: Nayabi Seikon   Lun 17 Avr - 18:54

Salut !

Concernant ta fiche, deux détails nous chiffonnent. Le reste est nickel :

- Ni les Naktha ni les Qiang ne sont véritablement connus pour leur blondeur. Est-ce que tu pourrais modifier un peu, rajouter, je ne sais pas, que dans une lignée de marchande, l'apport extérieur de gênes n'est pas rare, par exemple ? Juste pour que le physique soit cohérent avec l'histoire.

- Tu parles de marquage pour les connaissances du père. Hors, le marquage est une pratique exclusivement Qiang. On peut imaginer d'autres punitions pour les Naktha, comme l'exile/mise à l'écart de la société.

Voilà ! Si tu as des questions, on reste disponible ici ou via MP. Sinon, il suffit de poster à la suite quand les modifications sont faites Smile.

Bonne soirée


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://z-epidemie.forumactif.com/
Nayabi Seikon
- Marchande -
Messages :
11

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Belle marchande
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Nayabi Seikon   Lun 17 Avr - 19:11

Oups, je n'avais pas remarqué ce détail sur les sanctions ! Les vilains sont donc exilés et exclus de la société.

Pour le côté blond, j'ai noté que le père était lui même un sang-mêlé. Est-ce suffisant pour la cohérence ?


Fiche de présentation
▲ Crédit avatar : Daenerys par BV-47
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seena Cahill
- L'Ethnologue controversée -
-Indépendante -

Messages :
368

Date d'inscription :
24/10/2015


Mon personnage
Réputation: Fugueuse à surveiller.
Célébrité: Etranger
Équipement:


L'Ethnologue controversée --Indépendante
avatar

MessageSujet: Re: Nayabi Seikon   Lun 17 Avr - 19:36

Comme dis sur la CB, tout est nickel et tu es donc validée \o /

Concernant ta fiche de personnage :

- Tu es une Habitante. En ayant déménagé et en fréquentant les groupes d'éducations, tu connais quand même pas mal de monde.

- Ta relation est légèrement positive avec les Nakhta, puisque tu es familière avec leur langue, leur culture et pour tes connaissances qu'ils valorisent. Tu es également apprécié du peuple Qiang, de par ton statut. Tu es neutre avec les autres.

- Tu es connue comme étant la Belle marchande.

Si tu as des questions ou si tu veux en discuter, tu sais où nous trouver !

Au plaisir de te croiser sur Noren.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://z-epidemie.forumactif.com/
Nayabi Seikon
- Marchande -
Messages :
11

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Belle marchande
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Nayabi Seikon   Lun 17 Avr - 19:39

La "belle marchande" ? Ca me plait cheers


Fiche de présentation
▲ Crédit avatar : Daenerys par BV-47
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: Nayabi Seikon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nayabi Seikon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Administration :: Les personnages :: Les habitants de Noren-
Sauter vers: