RSS
RSS

- Forum RPG mêlant fantasy et science fiction.

AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Nous avons 4 prédéfinis recherchés ! Tu les trouveras sur la barre latérale
    Une question à nous adressez ? Pose là par ici !
    Ton compte a été supprimé lors du recensement ? Tu peux demander à le récupérer dans la partie questions. Pense à nous donner assez de détails pour prouver que c'est bien toi.

    avatar
    - Indépendantiste -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 211
    Date d'inscription : 17/02/2016

    Mon personnage
    Réputation: Sur le point de basculer
    Célébrité: Reconnu
    Équipement:
    le Lun 7 Mar - 20:08




    « Pouvoir, vouloir, savoir, trois mots qui mènent le monde »


    - Victor Hugo






    ←Adelmiro Ybaria→




    Groupe : Naidiens
    Faction : Indépendantiste
    Métier : Ministre de la Paix civile
    Sexe : Masculin
    Age : 31 ans
    Taille : 192 cm
    Poid : 75 kg

    Le Joueur

    Ton pseudo/Prénom : Yyc
    Age : 26 ans
    Ton arrivé ici : Co-fonda
    Ton avis :
    Ta disponibilité : Quotidienne


    (a) Hiliuyun

    Caractère


    Adelmiro est un pur produit du palais naidien : intelligent, ambitieux, pieux et d’une fidélité sans borne envers la couronne. Personne ne se meut avec autant d’aisance que lui dans cette cage aux fauves que peut être la cour royale. Il en connaît toutes les ficelles et en joue avec maestria.
    Convaincu que son destin est d’accéder à de hautes fonctions, il ne sera pas satisfait avant d’avoir obtenu un rang qu’il jugera digne de lui : à priori, rien de moins que Premier Ministre. Mieux vaut pour vous ne pas se trouver sur son chemin : d’une façon ou d’une autre, il saura découvrir vos faiblesses et comment les utiliser à son avantage. Il ne détruit pas pour le plaisir mais si, pour s’élever, il doit se servir de vous comme d’un marchepied, il le fera.
    Certains trouvent cette attitude très ivriane. Adelmiro s’en défend, mettant en avant sa foi toute naidienne. Celle-ci est même parfois proche de la superstition ou du mysticisme mais reste toujours inoffensive : il ne s’agit jamais que de prières, de grigris et d’offrandes généreuses aux temples.
    Mais la première qualité pour laquelle il est connu à la cour est sa fidélité envers la couronne. Peu importe qui la porte : il démontrait déjà une confiance aveugle en la parole du souverain précédent, et elle n’a pas faibli lorsque la jeune Lilz a pris la suite.

    Socialement, Adelmiro n’a pas vraiment la côte. On lui reconnaît des qualités d’administrateur et de négociateur mais ses origines étrangères et son ascension extraordinairement rapide attirent la méfiance. De plus, il s’est parfois élevé aux dépens de certains de ses collaborateurs, et cela a pu le faire passer pour un homme dénué de scrupules qui ne s’embarrasse pas d’amitiés. C'est sans doute pour cela qu'il n'a toujours pas trouvé de beau parti à épouser, malgré sa position intéressante. Pourtant, Adelmiro peut se révéler un ami agréable et attentionné – envers ceux qui sont conscients que les relations privées et professionnelles sont deux choses tout à fait distinctes.  



    Physique


    Adelmiro ne peut pas renier son sang qiang : ses yeux, sa bouche, ses joues ont quelque chose de délicat et gracieux hérité de sa mère. C’est d’elle aussi que lui viennent ses cheveux fins, d’un noir variant entre le gris et le bleu foncé selon la lumière. Son seul trait commun avec son père est la forme carrée de sa mâchoire, qui durcit un peu son visage qu’il trouve trop juvénile. De plus, le fait qu’il soit légèrement plus grand que la moyenne des hommes de son peuple et relativement musclé (sa mère lui a transmis son goût pour l’activité physique) l’aide à s’imposer.

    Au niveau vestimentaire, Adelmiro aime se distinguer de ses concitoyens en faisant tailler ses tenues selon la mode naidienne mais dans du tissu qiang. Quand on lui demande les raisons de cette excentricité, il répond qu’il aime le satiné de ces matières et leurs broderies en fil d’or. En réalité, il a plutôt décidé d’assumer pleinement ses origines étrangères, meilleur moyen selon lui de faire cesser les moqueries : il n’est pas intéressant de souligner quelque chose volontairement mis en avant.



    Récit


    Adelmiro est l’unique enfant d’un couple tout aussi unique : son père est un héritier d’une Grande Famille naidienne tandis que sa mère est une Qiang. Et l’histoire de ce mariage est elle aussi remarquable : quelques semaines après son arrivée à Taytambo et son mariage avec Dullio Ybaria, Hei X’In est enlevée chez elle et reste introuvable durant plusieurs jours. Elle réapparaît finalement un matin au milieu du forum, une étoile à huit branches tatouée sur sa main droite. Ses compatriotes n’ont pas apprécié qu’elle les quitte pour aller vivre parmi un autre peuple, ils ont fait en sorte qu’elle ne l’oublie jamais.

    Contrairement à bien des jeunes aristocrates, Adelmiro ne reçoit pas une éducation théorique exhaustive. Dès ses 8 ans, il suit son père dans les couloirs du palais. Quelques années plus tard, il devient page dans le cabinet du ministre du Commerce : une place bien en-dessous de son rang mais qui lui permet de voir les coulisses du pouvoir. Grâce à cet apprentissage sur le terrain, il gravit les échelons à une vitesse impressionnante. Les différents cabinets et départements du gouvernement se l’arrachent. Beaucoup de jaloux essaient de stopper sa progression mais se cassent les dents. À 26 ans, Adelmiro devient le plus jeune ministre de l’histoire du royaume, même s’il n’est que ministre chargé de l’Assainissement de Terre Politania (chantier nécessaire mais bien loin des priorités du royaume).

    Quatre ans plus tard, Adelmiro obtient le titre très recherché de ministre de la Paix civile. Cela fait de lui le quatrième personnage du royaume, derrière la reine, le Premier Ministre et le ministre des Relations avec l’empire Ivria. À la tête de la police et des tribunaux (deux institutions bien rodées et peu sollicitées, en ces temps où les échos de la guerre lointaine suffisent pour que les Naidiens se tiennent à carreaux), Adelmiro croit d’abord que ce poste n’est qu’une simple formalité, un passage obligé avant de devenir Premier Ministre.

    Sa situation change radicalement quelques mois plus tard, avec la fin des combats : le désarmement de l’Empire signifie l’éloignement de cette menace, et le relâchement des Naidiens. Puis les déclarations de la reine Lilz mettent le feu aux poudres, et Adelmiro se retrouve en première ligne. Sa position est délicate. Si, fin diplomate, il n’a jamais prononcé le mot d’indépendance, tout le monde sait ce qu’il a en tête quand il défend l’autonomie du royaume. Il se retrouve ainsi tiraillé entre sa fidélité envers la reine et ses convictions profondes. Pour le moment, les ordres de la reine Lilz sont clairs : ne pas faire de mal aux populations civiles, se contenter de protéger les Grandes Familles et les Ivrians qui pourraient être victimes de la vindicte populaire. Cela lui convient très bien. Mais il sait que la situation ne se réglera pas ainsi.


    Code par Elia-Ls




    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum