RSS
RSS

Si tu as des questions sur le forum ou son univers, c'est par ici ! Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre en bord de route [PV Calisto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Ven 21 Avr - 11:51





 
Au détour d'un chemin

Dalan se réveilla brusquement. Non pas qu'il eut fait un mauvais rêve ou qu'il soit spécialement inquiet, il avait juste ouvert les yeux rapidement en sentant le soleil lécher ses paupières. D'après l'inclinaison des rayons à travers la fenêtre, la matinée était bien engagée. Le jeune homme, qui venait d'avoir vingt-trois ans, n'aimait pas dormir trop longtemps. Il se redressa sur le lit. Dos à la fenêtre qui le surplombait, il tentait de discerner les formes de la chambre. Ses yeux finirent de s'habituer à l'éclairage et il distingua les quelques meubles au bois gonflé d'humidité qui ornaient cette pièce, ou plutôt ce grand placard. Les images de la soirée revenaient progressivement : Dalan avait erré dans les rues de Talehe en fin de journée avant d'aller danser et boire avec une troupe de musiciens. La fête avait continué assez tard et il ne s'était pas assez reposé, enivré qu'il était. Dalan se leva complètement de son lit, fit quelques étirements, s'habilla et sortit de l'auberge.

Naïdii a l'avantage d'être une des régions les plus chaudes, même en période hivernale. Rien à voir bien sûr avec le désert de Tadala et ses journées à 40°C, mais c'était toujours mieux que le climat de Bluire. Toute l'ironie de l'histoire était là : Dalan se dirigeait en plein milieu de la grande plaine, vers le village d'Hyer. Qui croirait encore qu'il n'aimait pas le froid ? On lui avait dit que la région était devenue l'une des plus prospères de l'empire grâce à ce seul village. Et puis c'était aussi la seule route vers Muvaï et les montagnes. Dalan commençait à regretter sa sortie de la veille. Il avait été prévoyant cependant, achetant hier tout ce dont il aurait besoin pour ce voyage. Cartes, provisions et surtout habits adaptés : une grande veste sombre avec col en fourrure, un pantalon épais et des bottes suffisamment robustes pour la neige.

Il traversait la ville d'un pas décidé, un peu groggy mais le soleil se chargeait de finir de le réveiller. La nouvelle capitale Naïdienne était en effervescence. Les gens s'agitaient rapidement, affairés à leur vie quotidienne. Dalan descendit quelques marches et pris le pont enjambant le fleuve Chielso, profitant de cette matinée idéale pour flâner. Il perdit un peu de temps à regarder l'eau suivre mollement le lit de la rivière avant de se jeter brusquement dans de hautes cascades. Le paysage du royaume Naïdii était décidemment unique. Il reprit son chemin vers la sortie Est de la ville. Une fois hors de la cité, il devrait suivre la grand'route et ne la quitterait plus jusqu'au grand monastère. N'étant pas parti assez tôt, il lui faudrait dormir dans une auberge à la nuit tombée pour éviter de se faire détrousser du peu qu'il possédait. A faire son plan de route dans sa tête, le voyageur n'avait pas prêté attention à la ville qu'il connaissait par coeur et se retrouva surpris d'en être sorti.

Dalan s'était arrêté pour manger et se reposer quelques heures après avoir emprunté la Route de l'Est. Sa tête lui tournait, il avait légèrement la nausée. Il ne supportait décidemment pas l'alcool. Il griffonna quelque dessin du paysage marécageux qu'il avait devant lui dans son carnet et prit quelques notes sur le début de son voyage, n'omettant pas de se déconseiller la boisson en veille de départ. Ce n'était bien sûr pas la première fois, mais pourquoi pas la dernière ? Il n'y croyait qu'à moitié. Il sauta sur ses jambes -trop vite- et repartit avec le soleil dans son dos.

Alors qu'il n'avait pas encore quitté la terre Politania, l'oeil du voyageur fut capté par une association de couleurs singulière. Un jeune homme aux cheveux roux se tenait sur le bord de la route. Dalan l'analysa rapidement. Ses cheveux créaient un contraste avec ses habits en teintes de bleu, couleurs typiquement Naïdiennes. Il semblait un peu négligé mais il y avait quelque chose dans sa pose qui trahissait une certaine confiance. Emporté par sa curiosité, le voyageur ne se rendit pas compte qu'il s'était arrêté lui aussi, au bord de la route, sans raison apparente. Si le Naïdien le remarquait, il n'aurait pas de justification et Dalan senti la gêne l'atteindre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Dim 23 Avr - 14:52


       

Rencontre en bord de route

       Dalan & Calisto


       


      Comme la veille, Calisto s’était levé de bonne heure pour reprendre la route. Ce n’était pas qu’il était attendu ou qu’il fuyait quelque chose à part des souvenirs. Simplement, il aimait l’idée d’avoir une longue journée de marche devant lui. Cela faisait déjà un bon moment, plusieurs semaines, qu’il avait quitté Taytambo pour partir à la découverte du monde et il se trouvait à présent sur le continent, quelque part en terre Politania, pas très loin de Talehe. La nouvelle capitale Naidienne. Ça l'amusait beaucoup, même s'il avait soigneusement évité la ville pour ne pas risquer de croiser ses parents. Certes, avec la nouvelle partition de la cité, il y aurait eu très peu de chances pour que cela arrive, mais quand même. De toute manière, le simple fait de les savoir en vie et respirant le même air que lui suffisait à le rendre maussade.

En quittant Taytambo, pour la première fois avec l'intention d'aller aussi loin que le porteraient ses pas, il était triste de laisser derrière lui la ville où il avait grandi, la ville qui avait vu naitre, vivre et mourir son frère. Il laissait Anya aussi, ce qui avait été la chose la plus difficile à faire. Mais la jeune femme était parfaitement à même de s'en sortir et elle avait son amant avec elle pour veiller sur elle. Alors Calisto était parti, résolu, sur la promesse de revenir. Un jour.

A l'idée de prendre enfin son envol, de gagner sa liberté, le jeune homme sentit la bouffée d'appréhension qu'il commençait à connaitre l'envahir, accompagnée de l'adrénaline qui venait presque toujours avec. C'était à la fois effrayant d'avoir le monde à sa portée, et aussi terriblement excitant. Il se sentait terriblement puissant, comme... invincible. Et ça lui donnait envie de rire, de chanter ou de danser.

      - Tu te rends compte, Marco ? Taytambo est derrière nous. Noren nous attend !

Il sourit en serrant dans sa main le coquillage en pendentif qui lui restait de son frère, avant d'effectuer quelques pas de danse, ne cherchant pas à dissimuler la joie sauvage qui coulait dans ses veines. Il rêvait de découvrir les sables du désert, ces immenses étendues à perte de vue, mais n'était pas pressé pour autant. A seulement vingt-sept ans, il avait encore tellement de temps devant lui !
Au diapason de ses pensées, la journée était encore jeune, et la route semblait ne pas avoir de fin et dérouler inlassablement ses méandres poussiéreux devant lui.

      - Heureusement que j'ai des bottes solides...

Son commentaire était pourtant dépourvu de sarcasme et il continua son chemin en imaginant déjà les aventures qu'il allait vivre. Il se voyait combattant des bandits pour sauver de pauvres innocents ou, au contraire, détroussant des nobles naidiens qui n'avaient pas besoin d'aller grossir le trésor Ivrian avec leur monnaie sonnante et trébuchante. Il imaginait aussi les nuits à la belle étoile, avec seulement le ciel au-dessus de lui, ou bien les soirées dans des auberges, plus ou moins animées, l'alcool et la bonne compagnie pour la nuit, bien qu'il doute de rencontrer ce qu'il désirait tant qu'il se trouvait sur le territoire impérial.

Perdu dans ses pensées, il parcourut une distance appréciable et finit par s'arrêter lorsque la faim se fit sentir. Avisant sur le bord de la route quelques arbres fruitiers, il s'enfonça en sous-bois pour cueillir de quoi agrémenter plaisamment son déjeuner constitué de pain bis et de viande fumée.  Cela ne lui fut guère difficile et il revint sur ses pas mais s'immobilisa en entendant des pas. Bien qu'il se sache hors de danger, on n'effaçait pas d'un claquement de doigts des années de méfiance due à des activités plus ou moins illicites. Toutefois, la personne qui lui apparut au détour du chemin n'avait rien de menaçant et ne l'avait même probablement pas encore vu. C'était un homme assez jeune - plus que lui en tout cas - qui avançait bon train sur la route, ses longs cheveux bruns flottant doucement autour de son visage plutôt charmant. Calisto était curieux de nature et il avait envie d'échanger quelques mots, aussi décida-t-il d'aborder l'étranger.

      - Qu'en penses-tu Marco ? chuchota-t-il à voix basse. Peut-être vais-je me faire un ami !

Bien évidemment, il ne reçut pas de réponse mais n'en attendait pas, et il se glissa souplement dans les bois pour se diriger vers le tournant aperçu un peu plus loin sur la route, histoire de ne pas effrayer le voyageur.
Il l'attendait, planté sur le bord de la piste lorsque ce dernier le vit et se figea.

      - Bien le bonjour, voyageur ! s'exclama Calisto en s'inclinant un peu moqueusement, un grand sourire aux lèvres.

   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 25 Avr - 11:43





Un bandit bien étrange

Il l'avait vu. Le jeune Naïdien avait remarqué son arrêt et allait sûrement réagir d'une façon ou d'une autre. Si sa peau avait été plus pâle, Dalan aurait certainement rougit mais son enfance dans le désert et ses longs séjours à Naïdii lui avaient conférés une peau plus bronzée que la plupart des Ivrians. Peut-être que cet homme le confondrait avec un Naïdien ? Il se prépara mentalement à parler, essayant de masquer le peu d'accent qui lui restait encore.

Il y avait quelque chose d'atypique chez cet individu. Il était solidement bâti, comme s'il avait l'habitude de travailler ou de se battre pour sa survie. Ce n'était pas un noble, même si, en se rapprochant, on pouvait lui distinguer des boucles d'oreilles ou un collier, ce qui représentait un symbole de richesse certain. C'était probablement un bandit et, vu leur forme respective, Dalan ne le battrait ni à la course ni en combat. Il allait falloir la jouer fine. Il s'avança donc, ne voulant pas lui parler de trop loin : cette attitude trahirait sa méfiance et empêcherait cet effet de sympathie que l'on associe à quelqu'un qui n'hésite pas à s'approcher.

- Bien le bonjour, voyageur !

Dalan se sentit pris de court par cette interpellation. Il y avait quelque chose de légèrement moqueur dans ce salut, contrasté par la courbette qui l'accompagnait. Il se moque de moi, là ? Il ne put contenir un léger rire, ravalant son égo, ce qui eut aussi pour effet de le détendre. Il l'avait aussi appelé "Voyageur" mais il ne s'agissait sûrement que d'une coïncidence. Dalan rendit gracieusement ce salut et, en penchant lui aussi un peu la tête, entama la conversation.

- Bonjour... Voyageur ?

Il marqua une pause. Son accent avait été acceptable. Un vrai citoyen Naïdien pour un Ivrian... mais sûrement un étranger pour un Naïdien. Tant pis, il ne souhaitait pas non plus se faire passer pour quelqu'un d'autre alors il s'en conviendrait. Il s'agissait maintenant d'en savoir plus sur les intentions de son interlocuteur. Cela lui faisait bizarre d'utiliser le mot voyageur autrement que pour se désigner. Les vrais errants étaient plutôt rares sur Noren. Il y avait bien sûr les marchands qui quadrillaient le continent, mais ce n'était pas comparable.

- Qu'est-ce qui vous amène sur cette route ?

N'ayant pas encore atteint la Grand'route, ce chemin n'était au final qu'un de ceux que l'on pouvait emprunter pour atteindre ce grand axe par lequel passaient tant de marchands. Plus il y réfléchissait, moins cet homme était crédible en tant que bandit. Il ne pourrait guère détrousser plus que quelques voyageurs sans le sou, ça ne valait pas le risque. Dalan pouvait bien prendre quelques minutes pour discuter avec le Naïdien. Que ferait un marchand à cet endroit ? Non, il n'a même pas de marchandises. Le Voyageur se sentait vraiment intrigué et son intérêt pour le personnage ne faisait que croître de seconde en seconde. Quelle tare que cette trop grande curiosité !


 



Dernière édition par Dalan Arigh le Mar 25 Avr - 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 25 Avr - 14:25


       

Le voyageur aux yeux d'or

       Dalan & Calisto


    Avec une certaine surprise, Calisto crut remarquer que le terme "voyageur" perturbait l'homme face à lui. Mais l'expression sur son visage avait été trop fugitive pour qu'il puisse en être réellement certain. Surtout à cette distance, avec le soleil, ses cheveux qui voletaient autour de sa tête... Et, après tout, qui le blâmerait d'être méfiant ? Quand on avait l'habitude de marcher et de sillonner les routes comme Calisto pariait que c'était le cas, on devait probablement être habitué à croiser des gens plus ou moins malintentionné. Et par conséquent, on gagnait en prudence.

Ouvrant les mains pour montrer qu'il ne tenait pas d'arme, Calisto lui adressa le sourire le plus engageant qu'il possédait dans tout son répertoire de sourires et fit quelques pas dans sa direction, descendant le petit talus herbeux en priant pour ne pas tomber. Voilà qui ferait une formidable première impression que de dégringoler sur les fesses jusqu'aux pieds de l'inconnu. Surtout qu'avec sa chance habituelle, il était fichu de se retrouver les fesses à l'air.

Le bel inconnu, ajouta-t-il en son for intérieur parce que, à présent qu'il était plus proche de lui, il pouvait distinguer ses yeux, sertis au creux de son visage comme des pierres précieuses au coeur d'un bijou. Le jeune homme face à lui avait sans conteste le regard le plus magnifique que Calisto ait croisé durant toute sa vie, que ce soit à Talehe ou ailleurs. Ses iris étaient dorés, entre la couleur du sable sous le soleil d'été quand la mer se retirait et celle - plus riche - des pièces qui sonnaient dans sa poche. Ils étaient pailletés d'or, comme le bois clair d'un bateau quand le soleil jouait à cache cache avec les feuilles dessus et...

- Bonjour... voyageur ?

La voix de l'inconnu ramena Calisto à un semblant de réalité et il reprit son sourire en faisant de son mieux pour ignorer le fait qu'il était probablement écarlate. Une véritable pucelle ! Malgré tout amusé par sa réaction, il se reprit alors que la voix de l'inconnu s'élevait encore, assez peu assurée et indéniablement méfiante.

- Qu'est-ce qui vous amène sur cette route ?

Il sembla à Calisto qu'il avait un vague accent, mais du diable s'il le reconnaissait ! Sans doute était-ce là la marque d'appartenance à un pays quitté depuis longtemps pour parcourir les routes, ou bien un accent dilué après des générations... Mais peu lui importait, il n'était pas du genre à refuser une conversation pour une origine, que l'inconnu soit Ivrian, Naidien, Nakhta ou que savait-il encore...

- Eh bien, je marche, voyez-vous.

Et comme il se sentait d'humeur bavarde et partait du principe que s'il voulait engager une conversation il pouvait tout aussi bien la commencer lui-même, il passa une main dans ses cheveux, délogeant son bandeau qui libéra ses mèches rousses. Non pas qu'il veuille charmer le voyageur - il ne se permettrait pas une telle fantaisie au sein de l'empire, craignant trop de s'attirer encore plus d'ennuis - mais parce la pièce d'étoffe azur commençait à glisser et que ses cheveux tentaient de reprendre leur indépendance. Quelques secondes plus tard, le bandeau était à nouveau à sa place, dégageant son front, la petite breloque pendant contre son oreille et il sourit encore plus.

- En fait, je suis parti de Talehe il y a quelques temps, en vue de parcourir le monde. J'ai laissé ma soeur derrière moi en compagnie de son fiancé et comme plus rien ne me retenait là-bas, j'ai cédé à ce désir dévorant de prendre la route. Après tout, j'ai encore de belles années devant moi pour découvrir tout ce que Noren me réserve... Et vous ?

Puis il se rappela qu'il s'était peut-être montré un peu trop direct en abordant le voyageur et en le questionnant ainsi, et il se reprit, rajoutant quelques mots d'une voix légèrement penaude en évitant le magnifique regard doré pour regarder ses pieds chaussés de bottes poussiéreuses.

- Si ça n'est pas indiscret, évidemment...

Intérieurement, il se morigéna d'avoir été encore une fois très direct. Mais avec lui c'était souvent ça, sa langue prenait parfois le pas sur son cerveau et il parlait sans réellement réfléchir. S'il n'avait pas été aussi éloquent, il aurait même récolté pas mal d'ennuis mais jusque là, son aisance à manier les mots avait résolu la plus grande partie des ennuis qu'elle lui avait apportés.

Et comme il n'aimait pas paraitre en faute très longtemps, il releva la tête, observant le visage de son vis-à-vis en attendant sa réponse, essayant de deviner les raisons qui le poussaient ainsi sur les routes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 25 Avr - 16:39





 
Une autre âme errante !

   

Le rouquin descendit rapidement la butte d'où il se tenait, un -trop ?- grand sourire aux lèvres. Est-ce qu'il fait ça pour être avenant ou pour cacher quelque chose ?  Mais à la façon dont il dévalait la pente, clairement concentré sur ses pieds pour éviter de glisser, Dalan se dit qu'il ne pouvait pas être bien dangereux. C'était même un spectacle amusant et le Voyageur abandonna ce qui lui restait méfiance.

Maintenant qu'ils étaient plus proches l'un de l'autre, les traits fins de ce drôle de personnage apparaissaient plus clairement. Ses cheveux roux délimitaient délicatement la forme de son visage, ses pomettes hissées par un sourire toujours aussi amical. Il avait l'air globalement heureux, ou tout du moins enjoué par cette rencontre et sa joie était communicative : le visage de Dalan s'était lui aussi éclairci d'un sourire léger.

- Eh bien, je marche, voyez-vous.

Je ne pensais pas qu'un Naïdien pouvait devenir si rouge !  Leurs regards s'étaient croisés et Dalan avait plongé -métaphoriquement- dans les yeux de son partenaire de fortune. "Les yeux sont le reflets de l'âme" comme il se disait. Certainement une des expressions les plus réalistes, bien qu'elle ne soit fondée sur aucun principe vérifié. Se perdre dans ces pupilles bleu-vert était comme se perdre en haute mer, à nager pour se maintenir à la surface dans l'attente d'un bateau qui n'arriverait peut-être jamais. Le personnage prit immédiatement plus de profondeur. Mais il détourna les yeux avant que Dalan put atteindre la fin de son raisonnement, ajustant nonchalamment son bandeau. Il reprit :

- En fait, je suis parti de Talehe il y a quelques temps, en vue de parcourir le monde. J'ai laissé ma soeur derrière moi en compagnie de son fiancé et comme plus rien ne me retenait là-bas, j'ai cédé à ce désir dévorant de prendre la route. Après tout, j'ai encore de belles années devant moi pour découvrir tout ce que Noren me réserve... Et vous ?

Il y avait un mélange de confiance en soi et de timidité, de courage et de crainte chez le Naïdien. Il semblait osciller entre cette envie de discuter ouvertement, comme si les deux hommes se connaissaient depuis de nombreuses années, et de brusques retours à la réalité dans laquelle il jouait un rôle plus discret. Il y avait quelque chose de plaisant à le voir ainsi ne savoir sur quel pied danser. Il ajouta enfin :

- Si ça n'est pas indiscret, évidemment...

Il y avait bien une histoire complexe derrière ce sourire. Il avait mentionné une soeur mais pas ses parents. Un orphelin peut-être ? Ou des problèmes familiaux ? Il n'avait pas l'air d'avoir grandi dans le manque aussi Dalan opta pour la seconde option. Il avait appris de ses voyages que les familles les plus modestes se séparaient moins souvent de cette façon et que les rêves de voyage des enfants n'avaient souvent pas de place pour se développer. Certainement un jeune homme au passé riche donc, un noble Naïdien probablement. Il était proche de son point de départ mais pourtant disait être parti "il y a quelques temps". Etait-il en train d'y retourner ? Dalan réalisa brusquement qu'il n'avait pas répondu à la question de son interlocuteur et ouvrit la bouche avant que le silence ne devienne trop gênant.

- Mon histoire serait longue à raconter mais pour la résumer, je suis un voyageur qui arpente le monde à la recherche d'expériences et de découvertes... Je ne sais pas si vous êtes familier au concept d'Ulwazi. Je suis parti du marché de Tadala, il y a environ sept ans et me dirige maintenant vers la plaine de Bluire.

Cette réponse était trop peu ouverte, presque comme récitée. Elle ne lui plaisait pas. Il avait envie de connaître le reste de l'histoire qu'il avait imaginée. Trop heureux d'avoir rencontré un autre voyageur, Dalan ne voulait pas laisser passer une occasion de discuter. Il s'imaginait toutes les histoires qu'ils pourraient échanger, comme des avants goûts des provinces qu'il n'avaient pas encore atteintes. Voulant préciser ses déductions, il poursuivit :

- Je dois avouer que je suis assez heureux de rencontrer un autre voyageur. Mais où vous dirigez-vous actuellement ? Vous êtes à moins d'une journée de marche de Talehe, dont vous êtes parti... Vous y rentriez ?


Dernière édition par Dalan Arigh le Mer 26 Avr - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 25 Avr - 20:27


       

Premiers mots

       Dalan & Calisto


    Avec amusement, Calisto constata que son bel inconnu le dévisageait à son tour et il se retint de justesse avant d'en jouer, ne voulant pas se montrer déplacé ou maladroit. Gardant son attitude nonchalante habituelle, il attendit avec un léger sourire sa réponse, tâchant de deviner à ses vêtements d'où il pouvait venir. Mais ça ne voudrait pas forcément dire grand-chose, il avait eu le temps de se changer plusieurs fois et avait peut-être acheté des vêtements dans chaque pays visité.

- Mon histoire serait un peu trop longue à raconter...

Oui, Calisto s'en doutait un peu. Contrairement à lui, le brun avait l'air d'être du genre à avoir déjà beaucoup marché au travers de Noren, ses chaussures avaient sans doute dû manger de la poussière de centaines de chemins et de routes, ses yeux magnifiques - avait-il déjà dit qu'il les trouvait splendides ? - devaient s'être posé sur des paysages merveilleux, depuis le désert de sable jusqu'au territoire Qiang, en passant par les forêts et vallées que l'on pouvait trouver dans l'empire ou dans le royaume Naidii.

- Je ne sais pas si vous êtes familier au concept d'Ulwazi. Je suis parti du marché de Tadala, il y a environ sept ans et je me dirige maintenant vers la plaine de Bruire.

Sept ans. Ça lui paraissait un temps si immensément long ! Et cela poussa Calisto à dévisager un peu plus attentivement son bel inconnu. Il semblait jeune, ce qui l'amena à penser qu'il avait dû quitter Tadala alors qu'il n'était qu'un adolescent. Chassant cette image pour éviter de se poser des questions quant à ce que cela lui évoquait, Calisto se concentra sur le reste de sa phrase. Le concept d'Ulwazi... Oui, ça lui disait vaguement quelque chose, mais c'était bien trop diffus pour qu'il détermine ce dont il s'agissait. Quelque chose qu'il avait probablement appris dans son enfance.

- Euh... non, je ne suis pas familier avec le concept d'Ulwazi...

Il ne savait pas trop si c'était une bonne chose ou non de l'avouer, mais il ne voyait pas de raison de s'en cacher. Face à lui, l'inconnu sembla hésiter un instant, le faisant pencher pour l'hypothèse selon laquelle ce n'était pas une bonne chose, mais ce fut pour rajouter quelques mots, des mots qui semblèrent plus chaleureux à Calisto que les précédents.

- Je dois avouer que je suis assez heureux de rencontrer un autre voyageur. Mais où vous dirigez-vous actuellement ? Vous êtes à moins d'une journée de marche de Talehe, dont vous êtes partis... Vous y rentriez ?

Ah. Calisto se retrouvait donc face à sa propre erreur et cette satané faculté qu'il avait à se disperser. Effectivement, ils étaient proches de Talehe et, s'il n'avait pas beaucoup avancé, c'était entièrement de sa faute, parce qu'il n'était pas capable de résister à l'attrait des bas-côtés, au miroitement d'un point d'eau apparaissant entre les arbres... Il était quitte pour quelques explications.

- J'ai quitté Talehe il y a à peine une semaine, en fait. Mais comme c'est véritablement la première fois que je mets les pieds hors de la ville dans la volonté d'aller... ailleurs, j'ai pris mon temps et je pense que j'ai peut-être un peu trop marché dans les sentiers en bord de route. Je ne suis pas habitué à marcher... Et je ne me dirige pas vraiment dans une direction précise. Mais je ne veux certainement pas retourner à Talehe, pas de sitôt, pas alors que je viens d'enfin me décider à en partir ! Pour l'instant, il me semble que mes pas me mènent dans le même sens que vous.

Ça aussi c'était une phrase un peu maladroite, mais c'était tout autant une preuve supplémentaire de cette capacité qu'avait Calisto à parler sans réfléchir. Un peu ennuyé par sa franchise, il fit tourner la breloque de son bandeau autour de son doigt, avant d'adresser un sourire franc à son vis-à-vis aux yeux d'or. Après tout, il n'avait pas l'air méchant et ce n'étaient pas quelques mots qui allaient changer cette donne.

- Je m'appelle Calisto.

Avec un peu de chance, l'inconnu lui donnerait aussi son nom et contenterait un peu de la curiosité qui lui mordait l'esprit. Son nom lui donnerait peut-être une indication sur le pays dont il était originaire, ou alors pas. Mais en tout cas, ça ferait une sorte de lien un peu plus tangible que quelques mots échangés en bord de route. Non pas que Calisto croie en ces âneries parlant d'amitié née du premier regard ou de coups de foudre, mais il n'y avait aucune raison pour qu'une belle amitié ne naisse pas s'ils se trouvaient à faire quelques pas ensemble, dans une direction ou une autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mer 26 Avr - 16:49




En route vers l'Est ?

Les deux voyageurs s'étaient ainsi lancés dans une discussion sur les origines de leurs départs. Le Naïdien semblait boire les paroles de Dalan, essayant de se représenter le voyage accompli. Lorsque Dalan lui demanda s'il connaissait l'Ulwazi, il lui répondit négativement. Rien d'étonnant à ça. Ce concept était étranger à la culture Naïdienne qui possédait sa propre religion. Ce n'était peut-être même enseigné que comme anecdote, trait de la culture Nakhta.  Je devrais m'intéresser à l'enseignement à Naidii...

Le désert semblait bien loin au Voyageur. Les marécages qui l'entouraient étaient la région la plus humide où il eut jamais mis les pieds. Il s'y était bien sûr habitué : il avait vécu deux ans à Talehe plus tôt dans sa vie et son corps avait pris l'habitude du climat. Ce qui lui manquait vraiment étaient les vents chauds et secs qui s'engouffraient dans le marché de Tadala. Il reconnaissait ce mal du pays, signe qu'il était temps pour lui de visiter d'autres horizons. Il avait après-tout encore passé une paire d'années dans le royaume Naïdii, entre Quenda et Taytambo.

Dalan avait peur d'avoir été trop intrusif en demandant à son interlocuteur pourquoi il était encore si proche de son point de départ. Il lui avait laissé entrevoir sa réflexion et ne voulait pas qu'il se vexe ou se méfie de lui. Le Voyageur ne pouvait plus entendre de récit sans le poursuivre seul dans sa tête : il était trop curieux et son imagination s'était nourrie de ses expériences.

- J'ai quitté Talehe il y a à peine une semaine, en fait. Mais comme c'est véritablement la première fois que je mets les pieds hors de la ville dans la volonté d'aller... ailleurs, j'ai pris mon temps et je pense que j'ai peut-être un peu trop marché dans les sentiers en bord de route. Je ne suis pas habitué à marcher... Et je ne me dirige pas vraiment dans une direction précise. Mais je ne veux certainement pas retourner à Talehe, pas de sitôt, pas alors que je viens d'enfin me décider à en partir ! Pour l'instant, il me semble que mes pas me mènent dans le même sens que vous.

Il avait passé une semaine à errer autour de son point de départ ! Dalan eut peur que ce fut un mensonge mais il se ravisa. Si Tadala n'était pas en plein désert, il aurait fait la même chose. Ne pas savoir où commencer, quelle route suivre, profiter de la saison, ... Il eut un élan de compassion pour ce jeune voyageur mais il l'envia aussi d'avoir plus à découvrir que lui. Je pense déjà comme un vieil homme ! Il eut envie de rire, cette pensée se mélangeant à la candeur de la dernière phrase du Naïdien. Bien qu'il semblait plus âgé que Dalan, il s'exprimait avec une certaine franchise couplée à une timidité de façade, ce qui le rendait presque "mignon". Encore un contraste avec ses airs de bandit !

- Je m'appelle Calisto.

Calisto, un nom qui sonnait on ne peut plus Naïdien. Heureux de voir la confiance que cet homme lui portait, mais aussi secrètement fier de voir son hypothèse se confirmer, son sourire s'agrandit encore un peu plus. Il tendit la main pour serrer celle de Calisto, s'il la lui donnait, comme il se faisait dans la plupart des régions de Noren. On voyait parfois quelques façons plus exotiques de se saluer mais il se contenterait de la classique pour cette fois. Tout en se faisant, il se présenta à son tour.

- Les gens m'appellent Voyageur, je n'ai pas vraiment d'autre nom...

Il ne lui avait pas donné son nom. Cette attitude pouvait sembler grossière ou impolie mais Dalan avait pris l'habitude de ne plus communiquer son nom qu'aux rares personnes avec lesquelles il tissait un lien. Il réalisa que seules trois personnes devaient encore connaître son prénom. Ses parents, bien sûr, et Adelmiro. Il eut une pensée pour le ministre, se demandant quand ils échangeraient à nouveau.

- Mais puisque vous n'avez pas de but précis et que vos pas vous mènent dans "le même sens que moi", pourquoi ne pas m'accompagner vers l'Est ? Nous pourrons poursuivre cette discussion en marchant. Et les voyages sont plus agréables en bonne compagnie.

Dalan, ne voulant pas que sa nouvelle connaissance ne se vexe, tenta de compenser son impolitesse par une gestuelle plus engageante, essayant de montrer qu'il n'était pas du tout fermé à ce personnage et qu'il n'avait qu'une envie : poursuivre cette rencontre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mer 26 Avr - 18:31


       

Méfiance... ?

       Dalan & Calisto


    Voyageur... Voilà une appellation pour le moins singulière. Ce n'était probablement pas le véritable nom de son bel inconnu, mais Calisto supposait qu'il devait y avoir une raison derrière celui qu'il se donnait. Parce qu'il imaginait assez mal un enfant baptisé de la sorte à la naissance. Peut-être que ses parents étaient morts alors qu'il était enfant et qu'il n'avait jamais eu d'autre nom. Ou bien le sien avait été oublié depuis longtemps. Ou alors il avait une bonne raison de le cacher. Mais peu importait, Calisto se plierait à l'appeler "Voyageur" si tel était son souhait. Si tant était qu'ils aient du chemin à parcourir ensemble. Cette hypothèse se confirma juste après, pour son plus grand bonheur.

- Mais puisque vous n'avez pas de but précis et que vos pas vous mènent dans "le même sens que moi", pourquoi ne pas m'accompagner vers l'Est ? Nous pourrons poursuivre cette discussion en marchant. Et les voyages sont plus agréables en bonne compagnie.

Alors là. Calisto ne s'était absolument pas attendu à une proposition de ce genre. Enfin... une proposition de faire route ensemble, peut-être. Mais formulée ainsi, non, pas du tout. Se dépêchant de ramasser sa mâchoire tombée au sol, il se recomposa une mine souriante, cherchant à ne pas laisser voir sa surprise et le rougissement de ses pommettes face à ce charme pourtant innocent. Il ne devait pas voir le côté séduisant de... Voyageur, pas ici et pas alors qu'ils allaient peut-être faire un bout de chemin en compagnie. "bonne compagnie" avait-il dit.

Et puis... il avait réussi le tour de force à retourner ses propres mots contre lui, avec un sourire désarmant, ce qui accentuait encore la surprise de Calisto. Décidément, cet inconnu était plein d'inattendu et rendait la perspective de la route encore plus attrayante, si tant est que cela soit possible. Pour cacher son trouble, le rouquin bomba un peu le torse et se lança dans les rodomontades dont il avait le secret.

- Voilà une proposition fort alléchante ! Je serai fort enchanté de mêler mes pas aux vôtres sur ce chemin. J'ignore si je ferai un bon compagnon de route ou, tout du moins, un compagnon appréciable et à votre goût, mais je pense être capable de bien me tenir afin de vous faire paraître la route moins longue. Je n'aimerais pas que vous soyez encombré de moi au point de tenter de me perdre en plein milieu d'une zone que je ne connais point.

Bon, c'était probablement beaucoup de bruit pour rien, mais Calisto adorait parler (et sans doute un peu s'écouter parler aussi, même s'il ne l'avouerait jamais). De plus, il n'aimait guère faire des phrases courtes quand une phrase longue pleine de circonlocutions pouvait très bien faire l'affaire. D'aucun pourraient considérer cela comme une perte de temps, lui voyait ça plutôt comme de l'orfèvrerie verbale.

Se sortant de ses réflexions rhétoriques, il constata que Voyageur (ça lui faisait un peu bizarre de l'appeler ainsi mais comme il n'avait pas mieux et que "bel inconnu" risquait de lui valoir des ennuis si sa langue précédait une fois de plus sa raison, il allait bien devoir s'y résoudre) semblait une fois de plus comme en décalage. Un peu comme si lui aussi avait du mal à concilier ses mots et sa pensées. Calisto ne pouvait pas l'en blâmer, même si cela piquait d'autant plus sa curiosité. Voyageur paraissait ne pas savoir sur quel pied danser avec lui et Calisto tâcha de le rassurer.

- Si vous vous méfiez à mon sujet, je tiens à vous dire que je ne nourris pas de mauvaise intention à votre encontre, Voyageur. Si vous avez un quelconque passé dont vous n'êtes pas fier, n'ayez crainte, c'est aussi mon cas et je ne chercherai pas à vous créer d'ennui. Si vous craignez de ma part quelque fourberie ou arnaque, sachez que je suis probablement trop franc pour une telle chose. Et s'il est davantage question en votre esprit de protocole à respecter, alors je vous rassure immédiatement ! Mon beau-parler peut intimider mais peu m'importe la façon de s'exprimer des autres, j'aimerais que vous sachiez que vous pouvez avoir confiance en moi.

Il espérait que ça suffirait à effacer l'ombre de tension dans les merveilleux yeux d'or. L'idée que quelqu'un puisse avoir peur de lui effrayait Calisto, il n'aimait pas provoquer la peur ou la méfiance chez les gens, étant bien trop honnête et pétri d'un vieux sens de l'honneur abscons pour oser poignarder quelqu'un dans le dos. Il ne demandait pas à ce que son bel incon... Voyageur lui fasse immédiatement confiance et se repose entièrement sur lui, mais simplement qu'il se détende et n'ait pas à veiller le moindre de ses mots ou de ses gestes. Le voyage serait tellement plus agréable dans ce cas...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 2 Mai - 10:55





   Le Voyageur amusé

   Calisto & Dalan
 

 
 

Calisto rougissait rapidement, la proposition de Dalan avait fait son effet. Le Naïdien se débattait pour cacher sa surprise et Dalan ne put contenir un gloussement et mit sa main devant sa bouche, un peu gêné par toutes ces manières : il avait tendance à chercher une conversation naturelle, directe. Il manquait parfois un peu de tact. Il reprit sa contenance en même temps que son futur partenaire de voyage qui bombait le torse.

- Voilà une proposition fort alléchante ! Je serai fort enchanté de mêler mes pas aux vôtres sur ce chemin. J'ignore si je ferai un bon compagnon de route ou, tout du moins, un compagnon appréciable et à votre goût, mais je pense être capable de bien me tenir afin de vous faire paraître la route moins longue. Je n'aimerais pas que vous soyez encombré de moi au point de tenter de me perdre en plein milieu d'une zone que je ne connais point.

Dalan n'allait pas pouvoir se retenir de rire bien longtemps. Sa proposition avait été acceptée avec tellement de formes et de manières, on aurait dit que Calisto se mettait à sa disposition. Il y avait quelque chose de comique à voir ainsi ce Naïdien bien plus âgé que lui lui faire des ronds de jambe. Dalan comptait bien faire redescendre cette pression vers un échange bien plus simple et humain.

- Si vous vous méfiez à mon sujet, je tiens à vous dire que je ne nourris pas de mauvaise intention à votre encontre, Voyageur. Si vous avez un quelconque passé dont vous n'êtes pas fier, n'ayez crainte, c'est aussi mon cas et je ne chercherai pas à vous créer d'ennui. Si vous craignez de ma part quelque fourberie ou arnaque, sachez que je suis probablement trop franc pour une telle chose. Et s'il est davantage question en votre esprit de protocole à respecter, alors je vous rassure immédiatement ! Mon beau-parler peut intimider mais peu m'importe la façon de s'exprimer des autres, j'aimerais que vous sachiez que vous pouvez avoir confiance en moi.

C'en était trop. Le Voyageur se mit à rire, espérant que son vis-à-vis ne le prendrait pas comme un affront. C'était sans doute le mot "protocole" qui avait déclenché cette réaction, ou les répétitions de "fort", ou même le fait qu'il reconnaisse son beau-parler. C'était un mélange de tout ça. Cette façon de s'exprimer, couplée à l'attention que Calisto lui portait était trop à supporter pour notre Voyageur encore jeune. Dalan reprit consistence en quelques secondes, conscient de son attitude irrespectueuse.

- Je suis vraiment désolé pour ça, ne le prenez pas mal. Je dois avouer que je n'ai plus l'habitude de discuter avec des personnes si jeunes et si bien éduquées. Je suis un peu fatigué aussi et ces manières m'ont surpris. Si cela vous convient, je préfèrerais que nous échangions de manière plus naturelle, j'ai l'impression de parler à un ministre...

A ces mots, Dalan fit un clin d'oeil rapide au Naïdien. Moi aussi je peux jouer au charmeur ! Calisto ne générait maintenant plus aucune méfiance chez le Nakhta qui décida de le rassurer sur ce point.

- Je ne doute pas que votre compagnie sera appréciable, je m'amuse déjà beaucoup. Je ne me méfie pas à votre sujet, vous me semblez honnête sur vos intentions et curieux de découvrir le monde. Il marqua une pause puis repris, amusé : Et il n'y a pas de "protocole" à suivre, je vous rassure !

Décidément, ce voyage allait être intéressant ! Les deux protagonistes semblaient faire la paire, sans être trop différents pour ne pas s'entendre. Dalan se sentait vraiment heureux de ne pas faire route seul pour une fois, d'autant que celle-ci était réputée dangereuse à cause de sa proximité avec Cairne. Ils ne seraient pas trop de deux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 2 Mai - 18:04


       

Le charmeur charmé

       Dalan & Calisto


    En voyant Voyageur porter une main à ses lèvres pour dissimuler son rire, Calisto crut que ses oreilles lui jouaient des tours lorsqu'il entendit un petit son étranglé qui ressemblait BEAUCOUP à un gloussement. Oh Dieu ! Cela ne faisait même pas un quart d'heure qu'il avait croisé la route du voyageur aux yeux d'or et ce dernier menaçait déjà de lui faire perdre tout sens commun. Cheminer en sa compagnie promettait d'être aussi intéressant et agréable que perturbant et inattendu.

Et puis, subitement, à peine avait-il terminé sa dernière phrase dans une tentative pour le mettre à l'aise que le mystérieux voyageur aux yeux d'or se mit à rire. Visiblement, il tentait de se retenir mais ce qui était au départ un petit ricanement discret devint bien vite un éclat vif, sa voix s'envolant haut et clair avant qu'il ne parvienne à se reprendre, laissant Calisto émerveillé par le son de ce rire. Tout à coup, il en vint à se demander si le voyageur chantait, n'ayant que peu de mal à l'imaginer chantonner tout en marchant, un sourire dans la voix.

- Si cela vous convient, je préférerais que nous échangions de manière plus naturelle, j'ai l'impression de parler à un ministre...

Un ministre ?! Choqué, Calisto resta un instant figé, incapable de prononcer le moindre mot, cherchant une répartie mais, alors qu'il ouvrait la bouche, Voyageur lui adressa un clin d'oeil, lui coupant une nouvelle fois la parole. Nom de Dieu, c'était quoi ce petit signe complètement... craquant ? Se forçant à se reprendre, Calisto tenta désespérément de garder contenance alors que son interlocuteur reprenait la parole en souriant.

- Je ne doute pas que votre compagnie sera appréciable, je m'amuse déjà beaucoup. Je ne me méfie pas à votre sujet, vous me semblez honnête sur vos intentions et curieux de découvrir le monde. Et il n'y a pas de "protocole" à suivre, je vous rassure !

Calisto ne savait pas trop si ça le rassurait mais il sourit, comprenant le message entre les lignes. Il ne fallait pas en faire trop et son grand jeu de charme amusait le voyageur aux yeux d'or plus qu'autre chose. Qu'à cela ne tienne ! Si le jeune homme préférait le voir parler plus simplement, il le ferait. Du moins, il essaierait de ne pas trop parler et d'éviter de se perdre en circonlocutions aussi superflues qu'inutiles à l'impressionner.

Un peu honteux de s'être si bien fait attraper par ce jeune homme qui était encore bien plus malin qu'il ne l'avait cru. Si en plus d'un regard incroyable et d'un sourire malicieux le mystérieux Voyageur jouait lui aussi avec les mots, Calisto était un homme mort. Passant une main sur sa nuque, il laissa son petit doigt suivre le bord de son bandeau alors qu'il cherchait une phrase intelligente à prononcer.

- Hum... Eh bien...

Oh-là ! Il y avait bien longtemps qu'il ne s'était pas retrouvé à bégayer de la sorte, incapable de faire une phrase correcte. Décidément, cet inconnu était une agréable source d'imprévus. Se raclant la gorge, Calisto reprit la parole d'une voix aussi assurée que possible, retrouvant son sourire

- Dans ce cas, si ma compagnie vous sied, que diriez-vous de nous mettre en route ? Certes, la nuit ne menace pas encore - et peut-être même que vous ne craignez pas de marcher sous la voûte étoilée - mais nous irons toujours plus loin en marchant qu'en restant en bord de route, non ?

Tout en parlant, il acheva de descendre de son talus, manqua bien évidemment de tomber parce qu'il ne regardait pas où il mettait les pieds alors qu'il n'y avait pas deux pas à faire. L'air de rien, il se rattrapa d'une pirouette et s'inclina une nouvelle fois, plus moqueusement, dès qu'il se trouva auprès de son nouveau compagnon de route. Ce dernier était un peu plus petit que lui, ses mèches châtain foncé formant une couronne autour de son visage presque au niveau des yeux de Calisto qui attendit en souriant la réponse du Voyageur aux yeux d'or.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Jeu 4 Mai - 11:31




En avant !

La gêne que ressentait Dalan suite à son éclat de rire de tantôt fut vite dissipée. Calisto était en effet bien plus décontenancé que vexé. Ce drôle de personnage était maintenant complètement perdu, son visage hésitant entre sourire et surprise transmettait une impression d'admiration. Dalan gagna à nouveau en confiance, sentant l'efficacité de son petit jeu de séduction. Il n'avait pas particulièrement d'intention romantique à l'égard du Naïdien mais usait de son charme naturel pour son amusement.

- Hum... Eh bien...

Il bégayait ! Quelle ironie de le voir ainsi désarmé par quelques passes d'éloquence, lui qui était encore un bandit aux yeux de Dalan quelques minutes plus tôt ! La parole était décidemment une arme aussi efficace qu'une lame comme celles que transportait Calisto. Ce dernier frotta sa nuque d'une de ses mains, confirmant son air embarassé, puis reprit la parole et sa contenance.

Ce fut Dalan qui, cette fois, se sentit pris de court. Calisto avait récupéré toute son assurance et se relançait dans ce combat implicite qu'ils se livraient depuis une quinzaine de minutes, visant à déterminer qui avait l'ascendant sur qui. Pas dans un sens hiérarchique bien sûr mais plutôt pour savoir qui charmait qui. Cette lutte allait certainement se poursuivre pendant tout le trajet !

- Dans ce cas, si ma compagnie vous sied, que diriez-vous de nous mettre en route ? Certes, la nuit ne menace pas encore - et peut-être même que vous ne craignez pas de marcher sous la voûte étoilée - mais nous irons toujours plus loin en marchant qu'en restant en bord de route, non ?

Le principal ennemi du Naïdien, habitué au dénivelé inexistant du royaume Naïdii, semblait être une pente de plus de 10 degrés. Cela faisait deux fois qu'il manquait la chute en quelques mètres. Il se rattrappa habilement et s'inclina d'une façon pleine d'humour à quelques centimètres de Dalan. C'est quand il se redressa que le Voyageur put constater leur différence de taille. Il put aussi détailler plus précisément les trais du rouquin et constater qu'il n'avait de négligé que l'attitude.

Calisto avait un point cependant. Il allait falloir que les deux personnages se mettent en route. Dalan n'était pas pressé de quitter Naïdii mais il ne pouvait pas non plus perdre trop de temps sur ce bord de route : il fallait éviter la nuit.

- Vous avez raison, il va falloir que nous avancions avant la nuit. Je préfère marcher une partie de la nuit en temps normal mais cette route et dangereuse... Et il va commencer à faire froid en sortant de Politania. Il inspecta les vêtements de Calisto. J'espère que vous êtes préparé à de très basses températures, le climat n'est pas aussi accueillant que dans le royaume.

Ils allaient devoir faire un arrêt sur la route. Même si Dalan se doutait que Calisto lui dirait quelque chose comme "mais non, ça va aller" ou "mais non, je ne crains pas le froid", le Voyageur savait à quel point les températures sont différentes entre Bluire et Politania. Alors pour un Naïdien n'étant jamais sorti de ce climat maritime doux, le choc allait être brutal.

- Je pense qu'il faudra nous arrêter en début de soirée afin de vous trouver quelque chose de plus adapté au froid. Le printemps arrive progressivement mais les nuits seront dures.

En disant ces mots, Dalan fit signe avec ses mains d'avancer, se mettant lui-même à marcher avec Calisto. Peut-être était-ce le début d'une grande aventure ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Jeu 4 Mai - 22:38


       

Le départ ?

       Dalan & Calisto

En voyant le sourire s'étendre sur les douces lèvres du Voyageur, Calisto n'eut aucun mal à réaliser que ses pirouettes plus ou moins volontaires sur le talus l'amusaient. Et si ça pouvait continuer à le faire sourire, alors il allait faire le pitre pendant encore un moment. C'était rafraîchissant de rencontrer quelqu'un qui soit suffisamment détendu pour accepter son caractère de trublion tel quel, sans s'en offusquer, s'en vexer ou même s'en moquer comme s'il n'était qu'un enfant ou un simple d'esprit. Et il ne parlait même pas du charme à la fois innocent et moqueur dont jouait son bel inconnu. Rencontrer quelqu'un comme lui était une agréable surprise et il comptait bien en profiter, vivre cette amitié qui se dessinait jusqu'au bout, jusqu'à ce que leurs routes se séparent ou qu'ils arrivent à la fin de ce qui commençait à les lier.

- Vous avez raison, il va falloir que nous avancions avant la nuit. Je préfère marcher une partie de la nuit en temps normal mais cette route est dangereuse...

Ah. Calisto avait raison. C'était quelque chose qu'il aimait entendre, mais avant de flatter son ego, il écouta la fin de la phrase du Voyageur, qui le ramena efficacement à la réalité... et sa propre incapacité. Ou était-ce de l'inconscience ?

- Et il va commencer à faire froid en sortant de Politania. J'espère que vous êtes préparé à de très basses températures. Le climat n'est pas aussi accueillant que dans le royaume.

Encore une preuve de son manque de jugement. Persuadé que le monde lui appartenait déjà, qu'il lui suffisait de partir par la première route qui se présentait à lui, Calisto s'était contenté d'emmener avec lui le strict nécessaire, à savoir sa rapière, ses armes fétiches, une ou deux tuniques de rechange et quelques autres trucs qu'il avait fourrés dans le premier sac en toile qu'il avait trouvé. Lequel sac se trouvait d'ailleurs toujours là où il l'avait laissé, à savoir dans les fourrés, de l'autre côté de ce satané talus qui voulait sa mort.

- Eh bien... Il se trouve que non, je n'ai pas pris de quoi affronter le rude climat qui se trouve après Politania. A vrai dire, je n'avais pas encore décidé d'une direction où mener mes pas. Lier mon voyage au vôtre me donne une raison appréciable de cheminer, cependant je vais être dans l'obligation d'adapter mon faible équipement au périple qui m'attend à vos côtés. D'ailleurs, si vous me le permettez, je file récupérer mon sac et je suis à vous !

Du mieux qu'il put, il remonta en vitesse le talus, faisant de son mieux pour éviter de se ridiculiser une fois de plus, et il attrapa son sac au vol pour le lancer sur son épaule avant de redescendre et se planter devant son Voyageur aux yeux dorés, en effectuant une parodie de salut militaire qui déparait avec le grand sourire sur ses lèvres.

- Je pense qu'il faudra nous arrêter en début de soirée afin de vous trouver quelque chose de plus adapté au froid. Le printemps arrive progressivement mais les nuits seront dures.

Calisto lui fut reconnaissant de lui accorder un arrêt pour se pourvoir en vêtements adaptés au voyage qui les attendait. Et rien qu'à imaginer les jours à venir, en compagnie d'un compagnon avec qui converser, rire, chanter... Calisto se sentait heureux, comme il l'était il y a bien longtemps, lorsqu'il descendait en courant les escaliers, son épée de bois à la main, poursuivant Marco en riant. Assujettissant au mieux la bretelle de son sac sur son épaule, il cala son pas sur celui du Voyageur qui s'était tranquillement mis à marcher. Il fallut environ trente secondes avant que le rouquin n'ouvre une nouvelle fois la bouche.

- Pardonnez-moi mais je suis curieux. Vous connaissez bien la route sur laquelle nous nous trouvons ? Vous y êtes déjà passé ? Et vous avez une destination particulière en vue ?

Pour lui qui n'avait encore jamais quitté Talehe, cette perspective d'arpenter la poussière des chemins aux côtés de quelqu'un les connaissant, quelqu'un qui pourrait lui parler de ce qu'ils découvraient sur les bords de la route, quelqu'un qui le régalerait de centaines d'anecdotes au sujet de ses précédents voyages, qui saurait parfaitement lui indiquer les endroits où se rendre, c'était une opportunité fascinante et une occasion merveilleuse. Il avait hâte de voir de quoi demain allait être fait...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mer 10 Mai - 16:43




Intentions

 
- Eh bien... Il se trouve que non, je n'ai pas pris de quoi affronter le rude climat qui se trouve après Politania. A vrai dire, je n'avais pas encore décidé d'une direction où mener mes pas. Lier mon voyage au vôtre me donne une raison appréciable de cheminer, cependant je vais être dans l'obligation d'adapter mon faible équipement au périple qui m'attend à vos côtés. D'ailleurs, si vous me le permettez, je file récupérer mon sac et je suis à vous !

Comme Dalan l'avait supposé, Calisto n'était pas préparé à ce voyage. A sa défense, il disait ne pas encore avoir décidé d'une destination. S'il comptait aller vers le désert, il n'aurait en effet pas besoin de beaucoup plus d'affaires, sinon des vêtements plus légers. Ils auraient de multiples occasions de s'équiper avant même de sortir des marécages, il n'y avait pas à s'inquiéter. Même si le climat était rude, Dalan ne voyait pas ce voyage comme un "périple" (le mot l'avait fait sourire). Le vrai périple serait après la plaine de Bluire, dans la suite de sa route. Est-ce que Calisto le suivrait encore à ce moment là ?

Voir ainsi le Naïdien monter la bute d'un pas assuré, le voir ne pas se poser trop de questions quant à la nature de son voyage renforçait l'impression de confiance, de témérité qu'il renvoyait. Il dévala la pente en sens inverse et se planta dans un salut militaire devant le Voyageur qui lui rendit son sourire. Il était revenu avec un grand sac en toile contenant certainement ses vêtements et d'autres armes au vu des cliquetements qu'il produisait.

C'est ainsi que les deux jeunes explorateurs s'étaient mis en route, marchant côte à côte vers l'Est du continent. Il ne fallut pas deux minutes pour que le rouquin reprenne la parole.

- Pardonnez-moi mais je suis curieux. Vous connaissez bien la route sur laquelle nous nous trouvons ? Vous y êtes déjà passé ? Et vous avez une destination particulière en vue ?

Dalan n'avait pas encore eut l'occasion d'aller sur ce pan de Noren. Il avait déjà vécu de nombreuses aventures en n'ayant parcouru qu'un tiers du monde connu, et il lui restait encore tant à voir ! Le Nakhta était impatient d'atteindre les chaînes de montagnes d'Irsh'Allai.

- A vrai dire, pas vraiment. Je connais le début de la route mais je l'avais autrefois parcourue vers le Nord, vers la capitale d'Ivria. L'Est est encore une terre inconnue pour moi. Pour la destination, à court terme, je vais essayer d'atteindre le village d'Hyer pour étudier la région. Après cet arrêt cependant, je compte bien aller toucher du doigt ce qu'il y a au delà des grandes montagnes de l'Est.

Il marqua une pause, comme s'il cherchait ses mots. Il ne serait certainement pas possible de franchir la barrière. Dalan n'était pas équipé pour et ne comptait pas terminer sa vie à plat ventre dans la neige, quelque part entre deux cols. Il frissonna légèrement puis repris :

- Je suppose que vous avez entendu parler du village d'Hyer ? De la taille d'un hameau, entouré uniquement de champs, dans une région paisible... Et pourtant extrêmement riche. Je veux essayer de comprendre les raisons de cette situation, puis, lorsque les températures seront plus supportables, poursuivre mon voyage vers le Nord-Est.

Dalan avait été clair sur ses intentions et cherchait ici à voir quelles étaient celles de Calisto : allaient-ils se séparer à leur arrivée en Hyer ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mer 10 Mai - 17:39


       

Des questions, encore des questions

       Dalan & Calisto

Tout en marchant, accordant sa foulée à celle du Voyageur, Calisto l'écouta parler, curieux d'en apprendre davantage sur son charmant compagnon. Il était surpris de découvrir qu'il n'avait encore jamais atteint l'extrémité de la voie sur laquelle ils étaient engagés, même si après tout, en suivant une route jusqu'au bout, on n'arrivait jamais... Savoir qu'ils découvriraient tous les deux de nouveaux endroits avait quelque chose de presque excitant et le roux sentit un délicieux frisson d'anticipation le parcourir, mêlé à une bouffée d'adrénaline. Vraiment, il aurait dû se mettre en chemin pour l'aventure bien plus tôt, mais alors il aurait manqué cette rencontre qui promettait tant.

- Après cet arrêt cependant, je compte bien aller toucher du doigt ce qu'il y a au-delà des grandes montagnes de l'Est.

Ces mots figèrent imperceptiblement Calisto. Les montagnes de l'Est, ça ne pouvait que désigner la chaine d'Irsh-Allai, celles qui délimitaient le monde divin du monde mortel. La partie profondément religieuse de lui, celle qui lui murmurait sans cesse que son frère était mort pour donner la vie à sa sœur, s'offusquait de cette prétention impudente et inconsciente. On ne bravait pas impunément le courroux divin ! Mais, d'un autre côté, il y avait une autre voix qui lui soufflait que ce serait une magnifique aventure que de découvrir ce qu'il en était réellement. Enfin, ils n'en étaient pas encore là, il était inutile de se poser la question de savoir s'il y accompagnerait son nouveau compagnon ou non alors qu'ils ne se trouvaient que sur la route traversant la plaine de Bruire.

- Je suppose que vous avez entendu parler du village d'Hiyer ? De la taille d'un hameau, entouré uniquement de champs, dans une région paisible... Et pourtant extrêmement riche. Je veux essayer de comprendre les raisons de cette situation, puis, lorsque les températures seront plus supportables, poursuivre mon voyage vers le Nord-Est.

Oui, le village d'Hiyer, il en avait entendu parler, effectivement. Un bout de village, niché dans son écrin de verdure et de champ, aussi riche qu'il était minuscule.

- Je connais cet endroit, en effet. Toutefois, je n'y ai encore jamais mis les pieds. Cela fera sans aucun doute un agréable prologue à notre voyage, et d'ici là, vous aurez amplement le temps de décider si je vous plais ou non, si vous allez m'y abandonner et partir en pleine nuit afin de vous assurer que je ne vous suive pas, ou bien si vous allez parvenir à me supporter encore quelques temps, malgré tout. Sachez que je ne vous en tiendrai pas rigueur si vous estimez que ma compagnie vous est trop pesante. Et, je vous en prie, ne prenez pas la peine de me fuir de nuit, je comprendrai tout à fait si vous me dites "cela suffit, nos chemins se séparent ici".

Déjà, s'il parvenait à le côtoyer jusqu'à Hiyer, cela prouverait que ce Voyageur était de solide constitution. Non pas que Calisto soit désagréable, simplement il n'était pas la personne idéale avec qui voyager si l'on aimait le calme et la solitude. Il était bien trop présent et bavard pour ça. Il savait que ça cachait une peur plus profonde, celle de se retrouver une nouvelle fois abandonné, et quelque part, il cherchait inconsciemment à ce que les gens ne s'attachent pas trop à lui. Qu'ils l'apprécient, mais sans plus. C'était toujours moins douloureux lorsque venait le moment de se séparer.

- Pensez-vous que je pourrais trouver à m'équiper à Hiyer ? Le village est-il suffisamment grand pour que j'y trouve quelqu'un à qui acheter quelques affaires de rechange ou me faudra-t-il attendre jusqu'à notre prochaine étape, si prochaine étape il y a ?

Ces questions étaient assez importantes à ses yeux, puisqu'il n'avait pas la moindre envie de se retrouver grelottant et transi. Le froid avait sur son organisme des effets qu'il n'appréciait guère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Ven 12 Mai - 15:42





 
 
Quelle inquiétude !

 
 
- Je connais cet endroit, en effet. Toutefois, je n'y ai encore jamais mis les pieds. Cela fera sans aucun doute un agréable prologue à notre voyage, et d'ici là, vous aurez amplement le temps de décider si je vous plais ou non, si vous allez m'y abandonner et partir en pleine nuit afin de vous assurer que je ne vous suive pas, ou bien si vous allez parvenir à me supporter encore quelques temps, malgré tout. Sachez que je ne vous en tiendrai pas rigueur si vous estimez que ma compagnie vous est trop pesante. Et, je vous en prie, ne prenez pas la peine de me fuir de nuit, je comprendrai tout à fait si vous me dites "cela suffit, nos chemins se séparent ici".

Une chose était sûre, Calisto ne tenait vraiment pas à imposer sa présence. Il sagissait peut-être de la troisième ou quatrième fois qu'il rappelait ne pas avoir peur de marcher seul et qu'il ne voulait pas déranger. Il semblait avoir peur d'être abandonné. Est-ce qu'il lui est arrivé quelque chose dans sa vie qui lui aurait donné cette peur ? Dalan ne pouvait pas poser la question ouvertement, ce serait impoli et indiscret. Tant pis, il allait devoir faire taire sa curiosité. Il décida de le rassurer du mieux qu'il pouvait.

- Ne vous en faites pas, je ne suis pas du genre à m'enfuir en pleine nuit. Je n'hésiterai pas à vous le dire si le courant ne passe pas, et j'attends que vous fassiez de même ! Ceci-dit, il n'est pas nécessaire de se poser autant de questions, je n'ai aucun doute quant à notre entente sur ce voyage.

Dalan espérait que ce serait suffisant pour calmer les inquiétudes de son partenaire de voyage. Il souriait sincèrement, essayant de montrer qu'il était réellement heureux de partager cette route avec le Naïdien.

- Pensez-vous que je pourrais trouver à m'équiper à Hiyer ? Le village est-il suffisamment grand pour que j'y trouve quelqu'un à qui acheter quelques affaires de rechange ou me faudra-t-il attendre jusqu'à notre prochaine étape, si prochaine étape il y a ?

Ce qui inquiétait le Voyageur était que le froid n'allait pas attendre qu'ils soient arrivés pour les attaquer. Il faudrait trouver des vêtements plus tôt que ça. La tâche ne devrait pas trop être difficile étant donné la situation économique de la Grande Plaine.

- Je pense, j'espère même, que nous trouverons de quoi vous équiper avant le village ! Des marchands seront sûrement installés plus tôt sur la route : les marchands d'Hiyer profitent de la prospérité de la région pour faire grimper les prix, ce qui encourage la concurrence à baisser les leurs. Nous devrions les trouver à la "frontière" entre Politania et Bluire.

Il y avait bien des avantages à avoir grandi à Tadala. Le grand marché transformait n'importe quel Homme en fin négociateur. Ajoutez à cela des parents eux-mêmes marchands et vous créez en un jeune homme une forte connaissance économique. C'était cet avantage qui avait permis à Dalan de s'en sortir aussi bien, lui qui était parti sans le sou il y a de ça bien longtemps. Il se sentit emprit d'amour pour ses parents qu'il n'avait pas vu depuis deux ans.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Mar 16 Mai - 21:58


       

Une petite pause ?

       Dalan & Calisto

- Ne vous en faites pas, je ne suis pas du genre à m'enfuir en pleine nuit. Je n'hésiterai pas à vous le dire si le courant ne passe pas, et j'attends que vous fassiez de même ! Ceci-dit, il n'est pas nécessaire de se poser autant de questions, je n'ai aucun doute quant à notre entente sur ce voyage.

En grande partie rassuré sur le fait qu'il ne se réveillerait pas un matin pour se retrouver subitement seul, Calisto se détendit, prenant conscience du vague poids qui avait pesé sur ses épaules. En revanche, le fait de devoir trouver des vêtements chauds bien avant d'approcher du village d'Hiyer n'était pas pour le tranquilliser. Mais il avait au moins l'assurance de la présence du Voyageur aux yeux d'or à ses côtés, ce qui lui permettrait probablement de s'en sortir dans les transactions, parce que négocier n'avait jamais été son fort. D'un haussement d'épaules, il repoussa au loin ses soucis et se concentra davantage sur le rythme de la marche, tout en engageant la conversation avec son nouveau compagnon de voyage. Compagnon de voyage qu'il appréciait d'ailleurs de plus en plus au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Même s'il restait quelqu'un de mystérieux, Calisto découvrait qu'en plus de ses yeux magnifique, il avait aussi un sourire parfaitement charmant et qu'il avait de l'esprit, ce qui faisait de lui quelqu'un de parfaitement agréable pour faire un bon bout de chemin.
Maitrisant sa curiosité, le rebelle naidien ne lui posa pas trop de questions personnelles, ne désirant pas se montrer intrusif par rapport à sa vie privé. Mais en revanche, il ne se retint pas de l'interroger sur ses voyages, sur les endroits qu'il avait visités, appréciés, ce qu'il lui conseillait ou, au contraire, déconseillait.

Tant et si bien que la journée fila son train au rythme de leurs pas sur la route poussiéreuse, le soleil traçant sa courbe dans le ciel pour descendre progressivement vers l'horizon. Plusieurs fois, ils avaient croisé du monde, mais la circulation restait quand même encore assez erratique dans cette partie de la Grand'Route de l'Est. Les ombres s'allongeaient de plus en plus, s'étirant sur le sol en leur dessinant des silhouette fantasmagoriques alors que les cieux se paraient de couleurs enflammées, orange et rose, tirant sur un rouge vif alors que le soleil devenait disque enflammé basculant au bout du monde.

- Hum... Excusez cette question peut-être un brin timorée, mais... la nuit tombe. Comptez-vous continuer encore, ou bien est-il temps de chercher quelque abri pour se reposer ? Non pas que je sois épuisé, hein, ne vous méprenez pas, j'ai encore de l'énergie. Cependant, je dois bien reconnaitre que mes orteils commencent à se plaindre du traitement que je leur inflige en marchant ainsi sans interruption aucune depuis ce matin. Je crois que mes bottes et mes pieds sont à la limite du conflit armé...

La douleur était plutôt un simple inconfort qu'une véritable souffrance, mais il était certain que Calisto commençait à désirer trouver un ruisseau pour se rincer un peu de la poussière qui le recouvrait. Et, au final, une pause nocturne n'était pas de refus, surtout que, dans le ciel s'assombrissant, les étoiles commençaient à s'allumer, et il avait envie de passer un peu de temps à les admirer. En espérant que son Voyageur accepterait de s'arrêter...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dalan Arigh
- Sédentaire -
Messages :
16

Date d'inscription :
12/04/2017


Mon personnage
Réputation: Voyageur
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Lun 12 Juin - 17:14





Premier arrêt

Après leur dernier échange, le voyage s'était poursuivi sur le même rythme. Les deux voyageurs apprenaient à se connaître, petit à petit, pas après pas. Dalan, comme à son habitude, faisait et refaisait mentalement son plan de route, s'assurant de ne manquer aucune des étapes importantes qu'il avait établi. Il n'était pas du genre à trop prévoir à l'avance, préférant se laisser porter par les rencontres et autres imprévus. Quel amusement y aurait-il à suivre un sentier balisé ?

Après une courte pause, la conversation repris. Echangeant sur tout et sur rien, sur le voyage et leur passé, les deux hommes ne voyaient pas le temps passer. Dalan raconta ses anecdotes de voyage, mêlant les plus populaires qu'il avait l'habitude de raconter à des plus simples, plus récentes. Il en apprenait aussi de plus en plus sur son compagnon de route dont l'histoire l'intriguait. Une relation profonde et durable semblait lentement se tisser entre eux.

Le Soleil, comme eux, suivait sa course vers l'horizon. Mais il était bien plus rapide et la luminosité chutait avec lui. Bien qu'ils ne soient pas encore officiellement sortis de Politania, l'environnement se faisait de plus en plus sec, les arbres se tournaient maintenant vers le ciel au lieu de retomber mollement au sol. Cette transition ferait un parfait fond pour un croquis. Dalan songeait à s'arrêter, mais ce fut Calisto qui fut le plus prompt.

- Hum... Excusez cette question peut-être un brin timorée, mais... la nuit tombe. Comptez-vous continuer encore, ou bien est-il temps de chercher quelque abri pour se reposer ? Non pas que je sois épuisé, hein, ne vous méprenez pas, j'ai encore de l'énergie. Cependant, je dois bien reconnaitre que mes orteils commencent à se plaindre du traitement que je leur inflige en marchant ainsi sans interruption aucune depuis ce matin. Je crois que mes bottes et mes pieds sont à la limite du conflit armé...
- Vous avez raison. Je commence aussi à fatiguer. Laissez moi vérifier notre emplacement...

Le Voyageur plongea sa main dans son sac et en sortit une carte qu'il déroula. Il se plaça de façon à la montrer à Calisto. La carte représentait la région de Politania dans laquelle ils se trouvaient et s'arrêtait au début de la Grande Plaine.

- La carte est un peu simple, je l'ai achetée pour une misère à des marchands itinérants. Nous avons marché une demi-journée, nous devrions donc être... Ici. Nous sommes sortis du royaume Naidii mais encore en Politania.

La carte était grossièrement dessinée et il était dur de s'y repérer. Talehe était représentée par une vague tâche brûnatre que l'on aurait pu confondre avec celle d'une boisson renversée. Elle suffisait cependant à Dalan pour son objectif : vérifier leur position relative à Cairne. Il inspecta rapidement les alentours, cherchant un quelconque signe de passage, puis repris.

- Donnons un repos bien mérité à nos jambes ! Eloignons-nous quelque peu de la route cependant. Nous devrons dormir à la belle étoile ce soir, autant éviter de le faire au milieu du chemin.

Après avoir attendu que Calisto ne regarde plus la carte, il la roula à nouveau et la rangea. Il fit signe à son compagnon de voyage de le suivre alors qu'il s'aventurait sur le bord du chemin, à la recherche d'un endroit dégagé. Ils trouvèrent assez rapidement un espace assez plat et éloigné des arbres comme de la route. Dalan proposa au rouquin de l'aider à faire un feu : la nuit commençait à s'imposer et il deviendrait bientôt impossible pour eux de distinguer leur interlocuteur dans la pénombre. Et le Voyageur n'avait pas abandonné son projet de dessin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
24

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   Lun 12 Juin - 22:23


       

Nuit étoilée

       Dalan & Calisto

A vrai dire, Calisto fut un peu surpris de voir le Voyageur céder si aisément à sa requête. Au fil de la journée, il en était venu à le voir comme quelqu'un d'infatigable, capable de marcher des jours entiers sans jamais s'arrêter, mais il devait bien avouer qu'il était soulagé de le découvrir comme humainement constitué. Une fois arrêté, le Voyageur attrapa son sac pour y quérir une carte sur laquelle se repérer.

- La carte est un peu simple, je l'ai achetée pour une misère à des marchands itinérants. Nous avons marché une demi-journée, nous devrions donc être... Ici. Nous sommes sortis du royaume Naidii mais encore en Politania.

Effectivement, le Naidien s'était attendu à quelque chose d'un peu plus... euh, sophistiqué et précis de la part de son mystérieux compagnon, mais il était vrai que, tant qu'on avait une idée assez précise de l'endroit où l'on se trouvait, nul besoin de le savoir au brin d'herbe près. En revanche, ce qui était plus intéressant, c'était de savoir qu'ils avaient quitté le royaume Naidii. Et ça, cela constituait en soi un pas dans l'aventure pour le rouquin qui ne s'était encore jamais vraiment senti aussi... libre. Il était hors du pays qui l'avait vu naitre, il se trouvait dans un endroit sauvage, désert, où il n'avait encore jamais mis les pieds, en compagnie de la première personne qu'il oserait qualifier d'ami depuis bien longtemps. Une merveilleuse soirée en perspective.

Visiblement, le Voyageur aux yeux d'or savait parfaitement ce qu'il faisait puisque - pour ce qu'en savait Calisto qui continuait à regarder la carte avec fascination - il semblait chercher des yeux l'endroit le plus adapté pour qu'ils puissent établir un bivouac.

- Donnons un repos bien mérité à nos jambes ! Eloignons-nous quelque peu de la route cependant. Nous devrons dormir à la belle étoile ce soir, autant éviter de le faire au milieu du chemin.

Une précaution qui semblait plutôt logique à Calisto, lequel hocha la tête pour suivre son compagnon hors de la piste, tout en s'étirant pour regarder le ciel.

- Eh bien, la nuit promet d'être belle. Il y a bien longtemps que je n'ai eu l'heur d'avoir la voûte étoilée pour seul ciel de lit... Si vous le souhaitez, je puis m'occuper du feu, c'est quelque chose que je sais faire !

Sans qu'il puisse s'en empêcher, il se sentait fier de lui, ce qui ne l'empêcha pour autant pas d'accepter un peu d'aide pour ramasser du bois afin de préparer le foyer. Fouillant ses poches, il en tira un briquet qu'il battit, la flamme mordant sans peine dans les brindilles sèches. La nuit tombait vite, mais le feu projetait une lumière vive et dansante, donnant un tout autre éclat aux merveilleux yeux d'or du Voyageur. Sourire aux lèvres, Calisto s'installa sur le sol et se cala contre son sac, les bras croisés derrière la nuque, le regard perdu dans l'immensité du ciel.

- J'aime regarder les étoiles. C'est une activité qui ne nécessite rien d'autre qu'une douce solitude ou simplement du calme. Je suis heureux d'être ici.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: Rencontre en bord de route [PV Calisto]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre en bord de route [PV Calisto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Katherine Thornes
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» 240.000 FF dans un sommier abandonné au bord d'une route...
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Empire Ivria :: La plaine de Bluire :: La grand'route de l'Est-
Sauter vers: