RSS
RSS

Si tu as des questions sur le forum ou son univers, c'est par ici ! Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La forêt n'est pas faite pour les touristes ~ Calisto Catarosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mei Kaïri
- Mercenaire -
Messages :
14

Date d'inscription :
19/12/2016


Mon personnage
Réputation: Admirable vétérane
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: La forêt n'est pas faite pour les touristes ~ Calisto Catarosa   Mar 6 Juin - 16:20


       


       Mei rentrait au pays, après la rencontre avec le peuple étrange. Il fallait qu'elle relate ces événements à des dignitaires plus hauts placés qui sauraient comment gérer ça. C'était d'autant plus problématique que ces gens étaient installés sur un point de la frontière qui jouxtait quasiment surtout les Ivrians et les Nakhta, mais également un peu les Qiang. Mei n'aimait pas vraiment et en général ne se préoccupait pas de ces affaires politiques. La elle n'avait pas vraiment eu le choix, mais elle préférait que les diplomates s'occupent de ces histoires, et de n'avoir qu'à exécuter. C'est beaucoup trop de prise de tête : on veut tel chose, l'autre veut autre chose, il faut discuter pendant des heures pour aboutir à un compromis, et elle n'aimait pas trop ça. Elle n'était pas du genre à se laisser faire et ne cédait quasiment jamais un pouce de terrain. Pour elle il valait mieux régler un conflit au fil d'une lame qu'assit pendant des heures à discuter.

       Il fallait qu'elle arrête d'y penser ne serait-ce qu'un peu, sinon cela la torturerait pendant tout son voyage vers la capitale. Il faisait beau aujourd'hui, de ce que laissait voir Le peu de lumière qui filtrait du plafond naturel formé par les arbres. Malgré sa réputation sinistre et les créatures qu'elle hébergeait, cette forêt était belle. Le sol était recouvert là ou il n'y avait pas de sentiers par une mousse épaisse et agréable au toucher, qui grimpait en partie sur les troncs épais des arbres souvent multicentenaires. Les branches les plus basses étaient souvent très larges ce qui en faisait des abris et permettait à certains animaux de se déplacer. L'ambiance était très humide, et combiné avec le manque de luminosité, cela permettait le développement de nombreux champignons qui poussaient ça et là. Il y avait des fleurs de couleurs très diverses dont certaines qu'on ne voyait qu'en s'enfonçant profondément dans la forêt. Il y avait aussi des lianes qui courraient, branches de plantes qui s'accrochaient à d'autres pour survivre tant leur tronc était frêle.

       Cet air et ces senteurs étaient très vivifiants, mais il ne fallait pas pour autant baisser sa garde. Les Ivrians évitaient cette forêt mais les Qiang apprenaient dès un âge assez jeune à reconnaître ses dangers. En journée ils étaient moins nombreux mais il fallait tout de même surveiller les traces de griffes sur les troncs, indiquant qu'on était sur le territoire d'un prédateur, et qu'il fallait donc mieux surveiller ses arrières. Un danger dont on parle aussi beaucoup et que certains ne croient pas sont les rascins. Mei en avait déjà vu un. Ils ne sont pas difficiles à repérer puisque leur odeur se sent à une cinquantaine de mètres. C'est une odeur de putréfaction qui pique les narines. Cet animal camouflé en racine attendait qu'on pose le pied pas loin pour s'emparer de sa proie et l'étouffer avant de la dévorer, en laissant au moins une partie pourrir, peut-être pour attirer les charognards qui faisaient partie de ses proies régulières, du moins à ce qu'elle en avait déduit des ossements autour du spécimen qu'elle avait aperçu.

       Tiens, justement en pensant aux rascins, l'odeur de l'un d'eux semblait proche. Immédiatement après l'avoir sentie, Mei entendit en cri d'effroi et de douleur provenant à peu près de la même direction que l'odeur. Elle se hâta vers leur provenance, sans pour autant trop se presser pour ne pas se mettre en danger elle-même, mais aussi car elle savait que les rascins mettait longtemps avant d'emprisonner puis d'étouffer une proie, et qu'il n'était donc pas nécessaire d'aller particulièrement vite. Elle découvrit facilement la scène en moins d'un sablier, il s'agissait d'un voyageur dont la tenue vestimentaire n'était pas du tout adaptée qui s'était fait attraper la cheville par l'un des bras du rascin, alors que l'autre bras de déplaçait lentement mais sûrement vers la victime. Mei dégaina, trancha le bras de la créature qui enserrait la cheville, et tira l'homme hors de portée de l'animal qui sifflait à présent pour exprimer son mécontentement alors qu'un liquide verdâtre s'échappait du membre coupé.

       Visiblement l'homme avait encore mal, sa cheville avait du être serrée avec une force impressionnante. Mei en dégagea alors la main tranchée et observa son état. La cheville était rouge et enflait quasiment à vue d'œil. Elle sorti d'une bourse des herbes médicinales qu'elle mâcha pour en faire une sorte de pâte qu'elle étala sur la blessure puis elle sorti un peu de tissu qu'elle avait pour des bandages et banda le tout. Elle ne se préoccupait pas du rascin se faisant, car - et elle le savait pour en avoir observé un pendant tout un après-midi - ces créatures ne bougent quasiment jamais. Ils le font lorsqu'ils attrapent une proie mais autrement ils ne bougent pas. On disait même que leurs membres repoussaient, et certains pensaient donc que ce n'était pas des animaux mais des arbres carnivores, ce qui était un drôle de concept, mais peut-être pas si loin de la vérité.

       Mei regarda alors l'homme qu'elle avait sauvé et soigné sans mot dire, et qui semblait se remettre en partie de sa douleur. Décidément il ne connaissait rien à cette forêt. Il était certes beau, mais Mei s'en moquait. Il avait surtout pleins de breloques et de bijoux, autant de choses brillantes qui attirait potentiellement des prédateurs, et des vêtements en nuances de bleu ce qui ne manquait pas non plus, dans cet environnement sombre et vert-gris, d'attirer l'attention tel un phare est fait pour attirer les bateaux. Il n'était pas Qiang de prime abord, il avait un visage qui évoquait celui des Ivrians mais pas exactement, il semblait un peu différent. De toute façon, l'empire était tellement vaste que ce pouvait bien être un Ivrian. Après l'avoir observé se décrisper, elle prit la parole :

       – Que faites-vous ici alors que vous ne savez apparemment rien sur cet endroit ?

       Elle avait bien entendu prononcé cela en Qiang, ce qui équivalait à :

       – Awa ichida no subeda nande kuro nondeska wa ?

       Puis elle réfléchi et se résolu à lui demander si il parlait Qiang :

       – Qiang wa echidawa ?

       Elle parlait un peu Ivrian, et hésita avant de poser la question dans cette langue qu'elle n'aimait pas beaucoup pratiquer et dont ses connaissances étaient limitées.

       – Vous parler Qiang ?

       La faute aurait été évidente pour n'importe qui était rompu à la maîtrise de cette langue, mais les connaissances de Mei étaient très limitées et donc son élocution était pleine de fautes, en plus de l'accent et de la prononciation qui n'étaient pas adaptés. En tout cas l'homme-qui-avait-faillit-être-mangé-par-un-rascin reprenait toujours son souffle.

       


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calisto Catarosa
- Indépendantiste -
Messages :
23

Date d'inscription :
07/04/2017


Mon personnage
Réputation: Noble rebelle
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La forêt n'est pas faite pour les touristes ~ Calisto Catarosa   Mer 7 Juin - 14:29


       

La forêt n'est pas faite pour les touristes

       Mei Kaïri & Calisto

Calisto errait dans la forêt de Haï. Errer. Il n'y avait pas d'autres mots. Depuis que sa route s'était séparée de celle de son Voyageur aux Yeux d'Or, il ne faisait pas vraiment attention à l'endroit où le menaient ses pas. Et pourtant. En le quittant, il lui avait expliqué les raisons qui le poussaient à se rendre vers cette immense forêt qui effrayait tant de gens. Ce n'était pas tant la bravoure ou une forme de témérité confinant à la stupidité, mais la curiosité qui l'avait amené à s'approcher de ces lieux.

Et il devait bien avouer qu'il n'était pas déçu du voyage. Haï était un endroit unique, comme il n'y en a qu'un par univers. Lieu de fantasme, de fantômes et de légendes, où tout semblait arriver, où tout pouvait exister. Toutefois, même s'il était fasciné et émerveillé par tout ce qu'il découvrait à chaque pas en avant, malgré toutes les surprises qui se dévoilaient à lui au fur et à mesure qu'il s'enfonçait dans les profondeurs de la forêt, l'absence de son Voyageur lui semblait aussi évidente que l'avait été sa présence. Il se disait qu'il regrettait surtout sa compagnie, que ça lui faisait bizarre de ne plus avoir quelqu'un avec qui discuter. Certes, il avait repris sa vilaine habitude de parler tout seul et à voix haute, mais parfois il s'adressait à son mystérieux ami et non plus à son petit frère défunt.

Ce matin-là, après avoir passé une nuit assez courte mais tout de même reposante sur la branche d'un arbre où il s'était estimé suffisamment en sécurité pour reprendre quelques forces, il avait tranquillement repris sa route, son carnet à la main, griffonnant des esquisses, prenant des notes, préparant mentalement tout le compte-rendu qu'il allait faire à son ami aux yeux d'or lorsqu'il le retrouverait au sortir de Haï.

- C'est vraiment fascinant, remarqua-t-il à voix haute. Cette forêt est une perpétuelle source d'étonnement. Regarde, Marco. Tu vois cette fleur ? Elle est magnifique, mais je suis certain qu'il ne vaut mieux pas y toucher...

Sans trop s'en approcher, le rouquin la dessina sur son carnet, prenant le temps de peaufiner les détails avant de reprendre son petit chemin, pas effrayé pour deux sous par l'atmosphère étrange de la forêt. Jusque-là, rien ne lui était encore arrivé, que ce soit parce qu'il possédait vraiment une chance insolente, ou bien parce qu'il avait raison et que la forêt n'était pas si dangereuse qu'on voulait bien le faire croire. Affirmation qu'il dut revoir lorsqu'une main lui agrippa la cheville et serra.

Poussant un cri de surprise, le jeune homme lâcha son carnet pour essayer de se libérer, mais ce qui l'entravait le tira et le sol inégal s'acharna à l'empêcher de se plier en deux pour mener à bien son affaire. Les cailloux mordaient dans sa chair et les branches basses des buissons lui griffaient le visage, sans qu'il puisse rien faire. Et lorsqu'il sentit l'atroce odeur de putréfaction, ainsi que les restes à demi décomposés mêlés aux ossements blanchis des précédentes proies de cette... chose qu'il l'avait attrapé, il s'autorisa à pousser un cri de détresse. Non pas que ça lui soit d'une quelconque utilité dans cette forêt déserte, mais ça fait toujours du bien de hurler un bon coup lorsqu'on est sur le point de se faire tuer.

Calisto était toujours en train de se débattre avec son ravisseur quand des pas très légers se firent entendre, juste avant qu'un éclat vif passe à la limite de son champ de vision. Un sifflement douloureux et mécontent s'échappa d'un creux un peu plus loin, tandis qu'un bras à l'allure de racine se rétractait, suintant d'un immonde liquide vert. La personne qui venait de sauver Calisto, une jeune femme a l'air particulièrement farouche, s'accroupit à sa hauteur, retirant la main qui enserrait sa cheville pour jeter un oeil à la zone contusionnée. Ce n'était pas brisé, mais il s'en était fallu de peu. Efficace, la jeune femme enduisit sa peau rouge et enflée avec un onguent "fait main" à base de plantes mâchonnées rapidement, puis elle la banda.

- Awa ichida no subeda nande kuro nondeska wa ?

Il fallut un moment à Calisto pour comprendre que ce qu'elle baragouinait était du Qiang, et il bénit le ciel pour les leçons qu'il avait reçues étant enfant. Elle venait de lui demander en toute politesse quelque chose s'approchant de "Mais qu'est-ce que vous foutez là espèce d'inconscient ?!". Toutefois, avant qu'il ne puisse reprendre ses esprits pour répondre, l'inconnue enchaîna sur une autre question, toujours en Qiang.

- Qiang wa echidawa ? Vous parler Qiang ?

Calisto la dévisagea un instant en reprenant son souffle, puis il tenta de lui sourire ce qui ressembla davantage à une grimace.

- Oui, je parle Qiang. Un peu. Bordel, mais c'était quoi ce truc ??

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mei Kaïri
- Mercenaire -
Messages :
14

Date d'inscription :
19/12/2016


Mon personnage
Réputation: Admirable vétérane
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: La forêt n'est pas faite pour les touristes ~ Calisto Catarosa   Mer 21 Juin - 15:23



L’inconnu blessé la dévisagea en essayant de reprendre son souffle, puis fit une grimace. A cette vue, Mei compris qu’il était durement blessé, et qu’il lui fallait une attelle si il ne voulait pas que ça empire.

— Oui, je parle Qiang. Un peu. Bordel, mais c'était quoi ce truc ??

Voila qui était rassurant, elle allait pouvoir communiquer avec lui facilement. Et comme sa réponse la confirmait, il était totalement ignorant des dangers de cette foret.

— Très bien, surtout ne bougez pas, et surtout pas votre cheville. Ce truc, c’est un rascin, ça ressemble à une racine et ça vous attrape uniquement si vous venez à lui parce que ça ne bouge quasiment pas. On les repère facilement à l’odeur de charogne et aux ossements autour. Je reviens, ne bougez surtout pas et essayez de boire.

Mei s’éloigna un peu pour chercher des morceaux de bois pour faire une attelle et une canne, pour qu’il n’ai pas trop de mal à marcher. Elle réussi a trouver une branche qui se divisait en deux a une hauteur satisfaisante, cassa la deuxième branche une dizaine de centimètres après pour en faire une poignée, et laissa un peu de longueur à l’autre pour qu’il puisse la maintenir avec le bras. Elle finit par trouver des bouts de bois assez costauds et peu larges pour en faire une attelle. Elle revint alors auprès de l’homme.

Elle mit sa béquille de fortune de coté et sorti un bout de grosse ficelle qui servait si il fallait confectionner des pièges pour capturer de petits animaux afin de se nourrir. Elle enleva délicatement sa chaussure pour éviter de lui faire mal. Elle prit ensuite quatre bouts de bois qu’elle mit de part et d’autre de la cheville bandée, puis elle attacha au dessus, et en dessous en attachant le pied pour qu’il ne puisse pas essayer de le bouger. Puis elle prit enfin la parole :

— Vous allez devoir garder ça un moment, je peux vous accompagner à la ville la plus proche, vous pourrez y avoir des soins plus adaptés. Après tout dépend où vous vous rendez, personnellement je vais à Penden et peut-être que vous voudriez m’y accompagner. Je ne pense pas que vous refuseriez ma compagnie, il me semble que vous ne survivrez pas longtemps seul. Faites attention a vous lever uniquement sur votre jambe valide.

Mei se leva en disant cela, et prit la béquille d’une main alors qu’elle lui tendait l’autre pour l’aider à se lever. Elle n’avait pas pour habitude de travailler gratuitement mais était tout de même altruiste, et ne pouvait pas se résoudre a laisser ce jeune homme se faire dévorer par la première bête sauvage qu’il croiserait, même si celle ci était totalement immobile.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: La forêt n'est pas faite pour les touristes ~ Calisto Catarosa   

Revenir en haut Aller en bas
 
La forêt n'est pas faite pour les touristes ~ Calisto Catarosa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mangez des koalas, sauvez une forêt d'eucalyptus. [RP Kuchiyose]
» Export de Showdown (j'ai besoin de conseil pour améliorer ma team)
» Mulan | Non jamais, je ne serais faite pour le mariage
» Muerta Island, unissons nos forces ! [Finit]
» Lezardinelle ▬ Elle est faite pour pas manger les coccinelles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Territoire Qiang :: La forêt Haï :: Le sentier de l'Égarée-
Sauter vers: