RSS
RSS

- Forum RPG mêlant fantasy et science fiction.

AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Merci de passer par le recensement ! Vous le trouverez ici : www

    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateurhttp://z-epidemie.forumactif.com/
    Messages : 300
    Date d'inscription : 24/10/2015

    Mon personnage
    Réputation: Fugueuse à surveiller.
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Lun 26 Juin - 15:58

    Salut ! Tu vas m'aider
    C'est con d'apeller ça un puits de lumière quand il fait nuit. Merci Seena pour cette pensée philosophique d'une rare profondeur. Cela faisait une demi-heure qu'elle patientait dans le hall, appuyée contre l'un des murs. Le soleil n'était pas encore totalement disparu, mais la luminosité déclinait à vue d’œil. Contrairement à ses habitudes, l'ethnologue se montrait "patiente". Avec des gros guillemets. Elle attendait sans râler mais s'agitait, faisant tantôt les cent pas, tantôt faisant mine de jouer sur son SNOTRA en panne. C'était bien sa veine. La liste pour réparer les bracelets était interminable. Elle n'avait pas le temps de faire la queue comme tout le monde. Maav ne l'avait pas compris et lui avait refusé son aide mais Seena ne comptait pas s'avouer vaincue si vite.

    Le matin même, après avoir constaté la panne, crisé pendant une heure, saoulé sa sœur, la scientifique avait épluché la liste des techniciens / mécaniciens du vaisseau jusqu'à trouver le nom parfait : le nom qui ne lui disait absolument rien. Il lui fallait quelqu'un de passe partout, pas une grande gueule au service des deux tyrans. Abriel Blayde. Jamais entendu parlé. Génial. Sa photo, en revanche, taquina sa mémoire. Peut être l'avait-elle déjà vu bricoler avec Alisha ou discuter avec Maav... C'était sans importance. Ce gars ne la ramenait pas en publique et ne fricotait pas avec le pouvoir. C'était donc le candidat idéal. Avec un peu de chance, il n'était pas trop stupide et incapable. Elle découvrirait ça sur le tas.

    Se voyant mal toquer à sa cabine le soir venu (on ne savait jamais ce que les gens faisaient à cette heure-ci), elle jugea plus poli de l'attendre au croisement des couloirs. Le puits de lumière était un passage presque obligé à tous les terrans dormant dans le vaisseau. A cette heure-ci, certains quittaient leur cabine pour rejoindre la cafétéria et d'autres allaient dormir. Statistiquement, c'était le meilleur moment pour attendre l'inconnu. Mais l'attente commençait à être longue...

    Finalement, un homme correspondant à la photo du registre apparut. Il était seul. Parfait. Sans plus attendre, la jeune femme s'avança d'un pas rapide et s'immobilisa devant lui pour lui bloquer le passage. Seena fut ravie de voir qu'il était "petit" (à comprendre, à peine dix centimètres de plus qu'elle) et pas si impressionnant.

    «Salut. Abriel ? Seena. J'ai besoin de toi. Mais pas ici. »

    Elle lui tendit la main et lui adressa un grand sourire après avoir balancé ses mots d'une façon rapide et hachée. L'ethnologue avait le don de faire une bonne première impression. D'un mouvement de tête, elle indiqua un couloir menant à la serre et aux autres pièces de recherches. Personne ne le fréquentait à une heure pareille.

    «Tu viens ? »

    © 2981 12289 0



    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 10
    Date d'inscription : 07/06/2017

    Mon personnage
    Réputation: Veuf discret
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Mar 11 Juil - 17:10

    ft. Abriel Blayde

    ft. Seena Cahill

    「 Un service 」
    La nuit tombait lorsque Abriel quitta l'endroit du campement où il bossait actuellement pour donner un coup de main. Il fallait réparer ce qui était endommagé au point de nécessiter une intervention rapide, et il n'y avait pas assez de mains pour tout gérer à temps, raison pour laquelle il acceptait sans peine de faire des heures sup', n'ayant de toute manière rien d'autre à faire. S'il l'avait fallu, il y aurait passé la nuit et n'aurait grappillé que quelques heures de sommeil par-ci par-là. Cela faisait d'ailleurs plusieurs jours qu'ils restait à travailler jusque très tard et la fatigue commençait à se faire sentir. Etouffant un bâillement, il remonta un couloir pour regagner sa cabine où il pourrait se changer et aller manger un morceau avant de repartir voir où est-ce qu'il pourrait prêter main forte.
    Il venait à peine de déboucher sur le puits de lumière - dont le nom était vraiment inadapté à l'obscurité ambiante l'heure actuelle - quand il vit quelqu'un bondir devant lui. Surpris, il se figea et observa la personne en question, remarquant qu'il s'agissait d'une femme qui le dépassait d'une bonne dizaine de centimètres.

    - Salut. Abriel ? Seena. J'ai besoin de toi. Mais pas ici.

    Eh ben. Pour être concis, ça l'était ! Le technicien ne savait pas comment l'anthropologue qu'il venait de reconnaitre avait pu entendre parler de lui, mais il n'était pas du genre à rechigner lorsqu'on lui demandait son aide. Finalement, le programme de sa soirée s'était simplement avancé, passant avant le repas qu'il prendrait (ou non) plus tard. Remarquant la main tendue dans sa direction, il la serra sans se poser de questions.

    - Ouais, j'suis bien Abriel. Que puis-je pour vous ?

    Plutôt que lui répondre, Seena indiqua quelques pièces d'un mouvement de tête, avant de laisser tomber un sobre mot.

    - Viens.

    Abriel lui emboita sagement le pas, tâchant de deviner ce qu'elle allait bien pouvoir lui demander. Il ne connaissait d'elle que le nom, et simplement parce qu'elle semblait assez connue au sein du Vidar et du campement. Ce n'était pas vraiment le genre de personne auquel il s'intéressait. Lui, il était là pour aider là où on avait besoin de lui. Peu importait le reste. Les gens qui s'adressaient à lui nécessitaient soit une simple paire de bras supplémentaire, ou bien un savoir particulier inhérent aux subtilités mécaniques, ou encore il s'agissait de gens qui n'avaient pas vraiment envie que l'on se penche sur leurs petits soucis et qui voulaient donc avoir à faire à quelqu'un de discret. Et, bizarrement, Abriel songeait que c'était à ce genre de demande qu'il allait devoir faire face ce soir. C'était juste un tout petit peu plus amusant.


    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateurhttp://z-epidemie.forumactif.com/
    Messages : 300
    Date d'inscription : 24/10/2015

    Mon personnage
    Réputation: Fugueuse à surveiller.
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Ven 14 Juil - 15:46

    Salut ! Tu vas m'aiderIl lui rendit la poignée de main. C'était bon signe. Il ne semblait pas refroidit par l'entrée en matière. Elle ignora volontairement sa question. Trop de monde aux alentours. A la place, Seena poussa une porte blanche et pénétra dans une petite pièce. Le néon s'alluma, laissant apparaître un bordel sans nom : pile de papier, dossier, photo... Huuuu, trop d'informations. Les biologistes ne savaient pas ranger leurs affaires. Pourquoi s'obstinaient-ils à travailler sur support papier ? L'ethnologue dégagea une table d'un mouvement de bras afin de s'asseoir dessus, les jambes balançant dans le vide. Son regard se posa ensuite sur Abriel. Il était l'air cool, le genre avec lequel Seena aimait traîner à l'époque du lycée, malgré la légère différence d'âge qu'elle devinait entre eux.

    «Mon bracelet part en couille, j'en ai besoin pour le boulot et la liste est interminable... »

    Avec une mine d'enfant boudeuse, la jeune femme lui tendit le bras. L'écran s'allumait mais rien n'apparaissait sur l'écran, juste cette lumière blanche, clignotante lorsqu'on tentait de toucher l'écran ou un bouton. Seena aurait dû s'abstenir de trafiquer cette fichue machine. C'était bien au dessus de ses connaissances en mécanique.

    «Il est comme ça depuis que je l'ai allumé ce matin, personne ne voulait m'aider. »

    Parce que je suis une garce qui se fou toujours dans des merdes et demande aux autres de nettoyer derrière moi. Bien sûr, elle ne verbalisa pas cette pensée. Abriel comprendra certainement assez tôt, s'il était futé. Sinon, elle l'utilisera et le jetterai. Avec un peu de chance, il ne se montrerait pas curieux. Il n'avait pas besoin de savoir pourquoi miss cata l'avait attiré dans une pièce loin des regards indiscrets juste pour lui montrer son bracelet défaillant.

    © 2981 12289 0



    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 10
    Date d'inscription : 07/06/2017

    Mon personnage
    Réputation: Veuf discret
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Jeu 3 Aoû - 15:41

    ft. Abriel Blayde

    ft. Seena Cahill

    「 Un service 」
    Visiblement, Abriel ne s'était pas planté. La jeune femme avait besoin d'un service rapide et discret. La pièce dans laquelle elle l'avait entrainé était un véritable foutoir de papiers, dont elle n'avait rien à carrer puisqu'elle envoya tout valser pour s'installer sur le bureau, les jambes dans le vide comme une gosse. Nonchalamment, Abriel s'adossa au mur, les bras croisés, attendant qu'elle lui explique son problème pour voir ce qu'il allait pouvoir faire pour elle. C'était marrant le nombre de gens qui parvenaient à se foutre dans des emmerdes pas possible, puis qui galéraient à s'en sortir tout seul...

    Succinctement, Seena lui explique son problème. Un souci avec le SNOTRA, évidemment. Ces petits bijoux de technologie on mal vécu l'atterrissage sur la planète et nombreux sont ceux qui déconnent ou ne fonctionnent tout simplement plus du tout. Et il est vrai que pour des gens qui sont habitués depuis l'enfance à utiliser ces bidules, leur absence est très difficile à vivre parce qu'il faut apprendre à faire autrement. A attendre, surtout. Si on ajoute à cela l'arrivée dans un monde inconnu et potentiellement menaçant, avec l'approche d'une troupe armée conséquente, c'est vraiment la panique pour certains.

    - Il est comme ça depuis que je l'ai allumé ce matin, personne ne voulait m'aider.

    Evidemment, si elle ne s'est pas inscrite sur liste d'attente dans les premiers... et puis, elle n'a pas vraiment l'air d'avoir envie que l'on sache trop ce qu'elle a bricolé avec son SNOTRA. En tout cas, ce dernier est bien amoché et déconne drôlement. L'écran n'affiche plus rien à part une lumière blanche qui ne signifie pas grand chose de bon.

    - Comme c'est fait là, vous avez essayé de le régler sans rien savoir de ce que vous foutiez, hein ?

    C'était le meilleur moyen de tout faire planter. Mais, heureusement, un problème technique comme ça, ça se réparait bien plus rapidement qu'un souci dû à un choc. Il suffisait juste de le reprogrammer.

    - J'pense que je vois ce qui déconne. Je vais le reprogrammer. Vous pouvez me le laisser, quoi... une heure ? J'ai besoin du matos qu'il y a dans ma cabine. Et si vous avez besoin que je bidouille des trucs au passage sans le bousiller,
    c'est le moment de me le dire.



    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateurhttp://z-epidemie.forumactif.com/
    Messages : 300
    Date d'inscription : 24/10/2015

    Mon personnage
    Réputation: Fugueuse à surveiller.
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Lun 18 Sep - 14:46

    Salut ! Tu vas m'aiderEn le voyant si nonchalent, Seena secoua un peu son bras et lui lança un regard qui signifiait "hé ho, je t'ai pas attendu aussi longtemps juste pour te regarder prendre des poses de garçon mystérieux". Bon, ok, il avait un certain style, mais l'ethnologue n'avait pas que ça à faire. Elle, elle avait un boulot important et était sur le bon chemin pour faire des trouvailles utiles. Trouvailles qu'elle ne partagerait pas nécessairement avec les autres, selon comment ça se goupillait. Reste que c'était important.

    Elle s’apprêtait de répondre avec une sincérité déconcertante que NON ! Elle n'avait rien touché ! C'était cette machine qui déconnait toute seule comme une grande et qu'elle n'aimait vraiment ce qu'il insinuait sur elle. Cependant, Abriel repprit la parole et lui fit une proposition inespérée.

    « Baaaah, en fait, je voudrais le déconnecter du serveur.
    Je fais des petites simulations et j'veux pas surcharger les bases de données de connerie. 'Fin, tu vois.
    »

    Bullshit. Mais ce mécano avait l'air de s'en moquer totalement de ses petites cachoteries, ce qui lui faisait extrêmement plaisir et était vexant à la fois (quoi, il ne s’intéresse pas à ce que je fais ?!). Seena s’empressa de retirer l'appareil et le tendre au jeune homme avec un petit sourire satisfait.

    « Bon, je veux bien te le confier mais en échange je veux venir avec toi. Juste pour check que tu le bousilles pas encore plus ou que tu récupères pas d'infos importantes dessus. »

    Spoiler : le SNOTRA de la peste ne contenait aucune information sensible ou de projet top secret. Rien que des données sur la culture de Sety, quelques mots de vocabulaire. Mais s'éloigner de son précieux jouet ne l'enthousiasmait pas vraiment.

    « Promis, je me tiendrais correctement. »

    Elle lui adressa un clin d'oeil et sauta sur ses deux pieds.
    © 2981 12289 0



    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 10
    Date d'inscription : 07/06/2017

    Mon personnage
    Réputation: Veuf discret
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Ven 29 Sep - 11:59

    ft. Abriel Blayde

    ft. Seena Cahill

    「 Un service 」
    Bon, la nana a vraiment l'air de ne pas vouloir qu'on sache ce qu'elle bricole. Elle n'a pas la conscience tranquille mais Abriel s'en carre avec une queue de Tersikan. C'est pas son problème. Et si elle veut le suivre... ben qu'elle le fasse. Lui, il n'a rien à cacher.

    - Okay, venez avec moi. Vaut p'têt mieux que je vous explique les trucs de base pour éviter que vous ne foutiez encore une merde pareille. C'est fragile ces trucs-là.

    Il lui rend le SNOTRA, histoire de ne pas lui donner l'impression qu'il va se barrer avec, et il sort de la pièce pour remonter le couloir à grands pas. Au moins ils ne sont pas très loin de sa cabine, mais comme c'est fait là, il n'est pas près de dîner. Bah, au pire il mangera mieux demain matin. Tout en marchant, il repasse dans sa tête le matos dont il a besoin. Les bases de programmation et les codages adaptés, ainsi que les quelques outils qui permettent de déverrouiller le système de protection que Seena a activé sans le vouloir.

    Enfin il arrive devant sa cabine dont il ouvre la porte d'un geste habitué, sans la moindre honte du désordre qui semble régner à l'intérieur. A vrai dire, si on y regarde de plus près, on constate que tout est parfaitement rangé. Seulement... il y a tellement de choses ! Seule sa couchette est vierge de tout élément de son travail, et c'est là qu'il invite son "invitée" à s'asseoir.

    - Installez-vous ici, vous serez suffisamment proche pour voir ce que je fais sans risquer de foutre le bordel dans mon matos et vous n'aurez pas à rester debout pendant une plombe. Je déteste quand les gens restent plantés derrière moi.

    Il arrange sur un espace dégagé de son bureau les choses dont il a besoin, prépare une liste de trucs à faire et à vérifier, puis il tend la main vers la jeune femme pour lui demander son SNOTRA.

    - Je vais commencer par le rebooter. Ensuite... il sera temps de me dire quelles extensions vous voulez et celles que je peux enlever. On va vous l'optimiser, histoire qu'il vous claque pas dans les mains une nouvelle fois. Z'avez pas l'air d'être le genre de personnes à aimer courir derrière les réparateurs pour gérer vos bourdes.


    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateurhttp://z-epidemie.forumactif.com/
    Messages : 300
    Date d'inscription : 24/10/2015

    Mon personnage
    Réputation: Fugueuse à surveiller.
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Ven 30 Mar - 13:31

    Salut ! Tu vas m'aiderSeena sauta de la table et suivit tant bien que mal le réparateur ; il fallait deux enjambées de la jeune femme pour une de l'homme. Un peu essoufflée, elle arriva dans la cabine et se laissa lourdement tomber sur le lit. Son souffle revint rapidement et elle pu répondre sans trop de peine à son sauveur.

    « Dégage les jeux, déconnecte totalement la base de données du réseau. Mais j'veux que ma messagerie fonctionne hein. Oh et non, garde le tappe-taupes. »

    Ce jeux avait prouvé son utilité par le passé. Les autres, en revanche, ne l'intéressait pas. Certains tapotaient sur leur SNOTRA dès qu'ils avaient 20 secondes à tuer, mais ce n'avait jamais été le dada de l'ethnologue qui se contentait de ne rien faire.

    « Pour le reste... S'toi qui voit, optimise comme tu veux, d'façon je comprends pas grand chose aux machines. S'ton domaine. »

    Son ton était teinté d'impatience. Si la proposition était gentille, Seena au final avait fait une demande simple : débugger son précieux bracelet. Il n'y avait pas besoin de parler autant. Elle posa ses coudes sur ses cuisses et pris son visage entre les mains. Elle ne perdait pas une miette des manipulations du jeune homme, malgré le fait qu'elle ne comprenait rien à ce qui se passait. Seena faisait semblant histoire de le dissuader de faire n'importe quoi, voilà tout.

    On toqua à la cabine. La jeune femme se redressa et chercha à croiser le regards d'Abriel histoire de vérifier qu'ils étaient bien sur la même longueur d'onde. Ses magouilles devraient rester entre eux. Oui, l'anthropologue croyaient vraiment que tout le monde s'intéressait à ce qu'elle faisait et qu'il était de son devoir de protéger son lourd secret. Mais ça n'est pas la première fois que Seena se trompe.
    ©️ 2981 12289 0



    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 10
    Date d'inscription : 07/06/2017

    Mon personnage
    Réputation: Veuf discret
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Mar 3 Avr - 21:12

    ft. Abriel Blayde

    ft. Seena Cahill

    「 Un service 」
    Elle est pas bête, l'ethnologue. Les jeux ne font qu'alourdir le processeur et ralentir tout le système. Si elle veut un truc qui soit efficace et avec juste les fonctions de base, c'est sûr que les jeux ne servent à rien. Bon, Abriel ne pige pas trop l'intérêt du tape-taupe, mais c'est pas son problème. Il ne faut pas très longtemps pour bidouiller tout ça mais il y a d'autres choses à corriger qui demandent un peu plus de manipulation. Et elle ne le quitte pas des yeux, à le regarder faire comme si elle comprenait ses gestes. Abriel n'est pas dupe, il sait que si elle s'y connaissait vraiment, elle n'aurait pas eu besoin de lui. Mais il ne dit rien, même si ça l'agace.

    Des coups à la porte de la cabine. Manquait plus que ça. Avec un soupir, Abriel repose le SNOTRA à moitié ouvert et croise le regard de l'ethnologue. Elle a l'air de supplier pour qu'il ne dise rien. Ça lui donne envie de soupirer. Il n'est pas con, il se doute bien qu'elle fait ça en secret et qu'elle a pas envie que ça se sache. Et même lui, il va pas aller crier partout qu'il bidouille des SNOTRA et les déconnecte au lieu de les relier soigneusement à la centrale pour ne pas risquer de perdre des gens. D'après lui, la nana est bien assez grande pour sauver ses fesses toute seule.

    Le jeune homme se lève et va entrouvrir la porte de la cabine pour voir qui se trouve de l'autre côté. Il est soulagé de voir qu'il ne s'agit que de Leeroy, un collègue qu'il apprécie suffisamment pour qu'il s'agisse aussi d'un ami. Probablement le seul qu'il ait, du reste. Comme sa cabine a été détruite, il squatte avec lui et donc il est naturel qu'il se trouve derrière la porte. Même s'il continue à frapper alors qu'Abriel lui a déjà répété mille fois qu'il pouvait entrer comme il voulait. Bon, cette fois-ci, ça lui permet au moins de le prévenir.

    - Je ne m'attendais pas à te voir débarquer maintenant... Tu peux entrer mais je te préviens : j'ai une "cliente" une nana un peu allumée qui a besoin d'une manip de réparation sur son SNOTRA. Elle veut pas que ça se sache alors je compte sur toi pour ne pas lui foutre la pression. Normalement ça devrait pas trainer, j'ai presque fini le rebootage.

    Leeroy hoche la tête avec sérieux, comme toujours. C'est quelqu'un d'intelligent et de compréhensif. Abriel lui voue une confiance absolue - il ne partagerait pas sa cabine avec lui sinon - et le laisse donc entrer. Tranquillement il retourne auprès de son bureau et fait vaguement les présentations.

    - Z'en faites pas, la miss. C'est mon coloc, vous pouvez lui faire confiance. Il ne s'intéresse pas à vos histoires et n'en parlera pas. Cela ne nous concerne pas et on s'en fiche.

    Tout en parlant, il achève de reconnecter les parties du système puis referme le boitier et attend en appuyant sur la bonne combinaison de touche que l'écran se rallume.

    - Testez ça, pour voir ?

    Avec un petit sourire de satisfaction, il tend le bracelet à Seena pour qu'elle l'essaye et regarde s'il fait ce dont elle a besoin. De l'autre côté, dans la petite salle de bain, il entend la douche se mettre en marche et ne peut pas s'empêcher de sourire un peu plus.


    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateurhttp://z-epidemie.forumactif.com/
    Messages : 300
    Date d'inscription : 24/10/2015

    Mon personnage
    Réputation: Fugueuse à surveiller.
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Dim 8 Avr - 13:27

    Salut ! Tu vas m'aiderSeena suivit l'homme du regard. Il entrouvrit la porte pour voir qui se trouvait devant. L'anthropologue se pencha pour essayer de distinguer un visage mais Abriel lui bouchait la vue. Elle entendait cependant distinctement la conversation et ça ne lui plaisait pas du tout. Il déconnait le réparateur-là ! Il n'avait aucun sens professionnel ? On ne balance pas comme ça ses clients. Le visage de Seena vira au rouge et elle refusa de saluer ce nouvel arrivant. Les paroles qu'Abriel lui adressait ne la calmaient nullement.

    « Tsss... »

    C'est tout ce qu'elle trouva à répondre. Un instant, elle avait hésité à l'envoyer clairement chier mais les faits étaient là : sans lui, elle était dans la merde. Allait donc devoir la boucler et endurer pour encore un peu de temps. Avec un peu de chance, il aurait bientôt terminé. Quant au colocataire, il salua rapidement Seena et disparu dans la salle de bain. Parfait, au moins il ne se sentait pas obligé de faire la conversation.

    La jeune femme attrapa son précieux bracelet et l'alluma. Pour la première fois de la journée, l'écran de bienvenue s'afficha correctement. Un immense sourire se créait sur le visage jusque-là boudeur. Il lui semblait que l'appareil était plus rapide qu'à l'accoutumer. Elle parcourut les applications : les jeux avaient effectivement disparu, à l'exception du tape-taupes.

    « Paaaaarfaiiiit ! »

    Ses yeux brillants et son grand sourire lui donnait des airs de Grand Méchant de film. On aurait dit qu'elle était sur le point de conquérir le monde. Il ne manquait que le petit rire diabolique. Finalement, elle était si contente de voir son bébé en état de marche qu'elle en oublia d'etre en colère contre Abriel pour avoir fait rentrer son coloc dans la confidence.

    « Merci beaucoup. Si jamais je peux te rendre la pareille un jour, n'hésite pas. »

    Seena disait souvent ça. L'avantage quand on est anthropologue, c'est que personne ne peut vraiment venir vous demander de service. Vous ne servez, pour ainsi dire, à rien pour les autres. Ainsi, malgré les nombreux services que la jeune femme proposait à droite à gauche, elle n'avait jamais dû aider qui que ce soit. C'était génial, le pieds même.

    La jeune femme se leva du lit, replaça le bracelet à son poignet et tendit la main vers Abriel en guise de remerciement. Elle n'avait pas de raison de rester là plus longtemps. Au contraire, elle avait même hâte de déguerpir et d'aller faire 'mumuse avec son SNOTRA optimisé.
    ©️ 2981 12289 0



    avatar
    - Intrépide -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 10
    Date d'inscription : 07/06/2017

    Mon personnage
    Réputation: Veuf discret
    Célébrité: Etranger
    Équipement:
    le Jeu 19 Avr - 11:36

    ft. Abriel Blayde

    ft. Seena Cahill

    「 Un service 」
    Quand Abriel lui rend son SNOTRA, il a l'impression d'être le Père Noël face à une gosse. Limite si l'ethnologue se met pas à sautiller partout avec des coeurs dans les yeux. Bon, ben c'est au moins une bonne action de faite pour la journée.
    En théorie, l'appareil était débarrassé de tout ce qui pouvait le ralentir et, s'il ne bénéficiait plus que des fonctions de base, il était aussi beaucoup plus performant dans celles-ci. Ce qui était tout à fait logique, en fait. N'importe quelle personne pas trop conne saurait qu'un système allégé est plus rapide qu'un système bourré d'applications inutiles.

    Vaguement, le technicien se demanda ce que l'ethnologue avait derrière la tête, avant de se dire que cela ne le concernait vraiment pas. Après tout, ils avaient tous des jobs différents et des talents différents. Dans cette situation compliquée de vaisseau écrasé sur une planète inconnue et très probablement habitée, elle n'allait pas du tout avoir les mêmes objectifs que lui. Avec Leeroy ils avaient prévu d'aider autant que possible à remettre des trucs en état de fonctionnement pour construire un campement viable et sécurisé, bien que peut-être temporaire. Seena, quant à elle, devrait sans doute aller voir si elle trouvait des autochtones ou ce genre de choses à l'extérieur.

    Au début, Abriel avait songé à explorer les alentours mais à présent qu'il s'était repris et qu'il commençait à trouver de quoi s'occuper plus sérieusement, il préférait rester sur les lieux du crash pour aider autant que possible. Et le genre d'aide qu'il apportait à Seena lui convenait bien parce qu'il s'agissait de ces tout petits trucs que personne d'autre ne prendrait le temps de faire mais qui pouvaient avoir autant d'utilité que le reste.

    - Si jamais z'avez besoin d'autre chose dans ce genre, n'hésitez pas à revenir. Par contre... si vous voulez que je puisse continuer à aider les gens discrètement comme ça, évitez de brailler partout que je bricole au black. En revanche, pouvez m'envoyer d'autres "clients" dans le besoin, ça me va.

    Il supposait que cela terminait leur entretien alors il serra la main de l'ethnologue et la salua avant d'aller lui ouvrir la porte de la cabine.

    - En tout cas, j'vous souhaite un bon courage si vous comptez vous balader dehors. J'espère que vous allez trouver plein de trucs intéressants mais que vous ne vous ferez pas buter, ce serait dommage. Soyez quand même un peu prudente, je ne sais pas si je pourrai me permettre d'aller vous chercher en cas d'emmerde. Mais, sinon, en cas d'urgence absolue, appuyez là et là en même temps. Ça vous mettra en communication avec mon SNOTRA. On sait jamais.


    Contenu sponsorisé




    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum