RSS
RSS

Plusieurs prédéfinis attendent pour être adoptés ! Viens les découvrir. Groupe à privilégier : Terrans. Le forum est officiellement ouvert depuis le 06/08/2016. N'hésite pas à t'inscrire ou à faire une demande de partenariat.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Sang d'une Patrie [PV Daitsi] [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
74

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Le Sang d'une Patrie [PV Daitsi] [Flashback]   Lun 7 Aoû - 0:15

Encore un matin

ft. Daitsi



Passage du Dragon. 3 ans avant la signature du traité de paix.

Le bruissement du campement en éveil. Yul s’extirpa de sa tente, la pâleur du ciel lui apprenant que l’aurore ne s’était pas encore levée, tandis que les veilleuses de nuit laissaient place à celles de jour aux abords du campement. La garnison se mettait mécaniquement au travail, chacune secouant le sommeil encore imprégné dans ses épaules, enfilant plastron, jambières, et se saisissant de leurs armes. Yul ne dérogeait pas à la règle.
Lorsque son équipement fut harnaché, son arakh glissé à sa ceinture et sa hallebarde fermement empoignée, Yul se dirigea vers le centre de commandement de son escouade. Elle saluait les camarades qu’elle croisait, mais la fatigue dans le camp était palpable, tout autant que la lassitude.
La ligne de front du passage n’avait fait qu’avancer et reculer, encore et encore, et ce depuis plusieurs mois. Manège perpétuel de batailles inutiles et meurtrières. Les Qiangs comme les Ivrians n’étaient pas disposés à donner la moindre miette de terrain à l’ennemi, et ce passage était trop stratégique pour que la position soit abandonnée. Elle devait être sauvée à tout prix. Mais si la relève ne venait pas bientôt, Yul était prête à mettre sa main au feu que cette bataille ne serait qu’un massacre sans conséquence de plus. Elle réprima une grimace.
Cette guerre commençait à l’user. Déjà sept ans passés à se battre, et ils ne semblaient pas plus prêts de la victoire que quand elle avait commencé. Et, si elle semblait inébranlable sur le champ de bataille, coupant et tailladant ennemi après ennemi, l’odeur âcre du sang, les bruits d’agonie, les estafilades sur son corps, toutes ces choses auxquelles elle pensait pourtant s’être habituée recommençaient à lui tourner l’estomac si longtemps après.
Elle jeta un coup d’œil à la forêt Haï, les entourant. Si beaucoup la craignait, à juste raison, les arbres massifs lui procuraient quant à elle une nostalgie revigorante. Ils lui rappelaient son enfance, choyée par ses parents, se cachant dans l’alcôve d’un tronc centenaire en bordure de village pour lire en toute discrétion tandis que les autres enfants jouaient au loup. Elle eut un sourire amer.
Le reste des guerrières de son escouade s’étaient elles aussi rassemblées autour de leur Capitaine. Yul pouvait apercevoir leurs yeux cernés, leurs contusions, leur posture étriquée tandis que chacune se forçait malgré la douleur à se tenir droite et féroce, prête à endosser une nouvelle journée de combat, une nouvelle journée de morts. Ainsi se répétait le cycle de la guerre.
Puis ses yeux dévisagèrent leur capitaine. Daitsi Seung. Elle posa sur chacune d’elles son regard froid, évaluant ses guerrières. Puis elle se mit à parler.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Daitsi Seung
- Mercenaire -
Messages :
9

Date d'inscription :
28/06/2017


Mon personnage
Réputation: Mercenaire désabusée
Célébrité: Habitant
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Le Sang d'une Patrie [PV Daitsi] [Flashback]   Mer 16 Aoû - 18:19


Le silence et la noirceur de la nuit s’envolaient doucement sur le camp et Daitsi se retournait une énième fois dans son lit. Une grande bataille approchait à grands pas et sans qu’elle ne s’en rende compte, le grand jour était arrivé. L’angoisse de mener ses troupes à un massacre tourmentait la capitaine qui devait encore trouver un moyen de les motiver après tous les combats auxquelles ces peureuses avaient participés. Elle avait encore passé une nuit presque sans dormir. Après avoir fait un cauchemar sur la mort de sa soeur, Jin-Hia, pour la première fois depuis un très long moment, la générale n’arrivait plus à trouver le sommeil. En plus de la tristesse et de la colère habituelle, le remord s'empara d’elle pour avoir presque oublié ce drame qui avait fait d’elle ce qu’elle était et qui l’avait permi de monter aussi haut à l’armée. Daitsi était aujourd’hui déterminée à gagner cette bataille. Elle ne voulait plus voir d’Ivrians. Sa rage envers eux avait accru cette nuit-là, et elle ne comptait pas faire de quartiers, même si cela lui coûterait un peu des siens.
Pendant qu’elle se préparait dans sa tente privée, Daitsi entendait le bruit des armures et des différentes armes s’entre-choquer. La rumeur commençait à prendre une forme distincte autour de la tente, un son chaque jour de plus en plus fatigué et lent. Daitsi aimait représenter un personnage important dans cette guerre mais n’aimait pas avoir des troupes aussi lasses dans ses pâtes, qu’elles considérait quelques fois haut et fort comme «fardeau». De plus, depuis quelques temps les attaques qui avaient lieu n’étaient que perte et inutilité. C’était ce qu’elle entendait chaque jours en tout cas dans la bouche de ses co-équipières, de la plus petite soldate, à ses camarades de même grade. Mais c’était vrai; où était passé ce bon vieux temps où gagner une bataille signifiait vraiment quelque chose? Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, le soleil risquait de se coucher sur un champ de bataille rouge sang.
Plus la guerrière laçait de plaques de métal sur son corps, au plus elle était déterminée à ne laisser aucune survivante, ayant sans cesse sa sœur en tête. Ses troupes iront au combat aussi acharnées qu’elle coûte que coûte. Son armure enfilée, Daitsi se dirigea hors de sa tente, et fit face à un amas de ferraille et d’yeux cernés qui n’attendait plus que les ordres. La générale fit quelques pas assurés et réguliers jusqu’à une table sur laquelle ne traînait plus que quelques miettes et gobelets vides. Elle monta au sommet pour que toutes puissent la voir et entendre chacune de ses paroles. Son discours, elle n’en avait pas préparée un seul morceau. Elle voulait que ces paroles viennent du cœur et vraiment du cœur.

« Alors? Vous en avez assez de la guerre? Vous en avez assez de passer tout près de la mort chaque minute qui passe sur un champs de bataille, de ne manger qu’un morceau de pain moisi par jour, de ne plus dormir? Oui, vous en avez assez, n’essayez pas de le nier. J’en ai assez. Vous avez raison, cette guerre dure depuis bien trop longtemps. Nombreuses sont les pertes que nous avons accumulées depuis son commencement. Mais ne croyez-vous pas que les Ivrians sont dans le même état que nous? Seulement nous différons d'une chose. Aujourd'hui, nous sortirons de ce camp plus courageuses et déterminées que jamais, cette bataille sera la première d'une longue série de victoires pour enfin mettre un terme à cette guerre. Nous sommes dans cette galère ensemble. Ce n'est que soudées et motivées que nous arriverons à la victoire.»

Daitsi voyait quelques larmes couler, des larmes de fatigue ou l'explosion d'une trop forte émotion. Ce n'était pas dans l'habitude de Daitsi de dire ce genre de choses et les soldates en étaient justement étonnées. De toutes manières, ce n’était pas avec des insultes que l'on gagne une guerre mais avec des encouragements. La générale savait pertinemment que le soutien et l'optimisme était le seul moyen de motiver les troupes Qiang. Il fallait qu'elle fasse un effort même si elle aurait préféré leur dire ce qu'elle pense vraiment: elles sont faibles.

«Les Ivrians nous ont volés nos terres, enchaîna Daitsi, ont brûlés nos villages. Ils nous ont même pris notre famille.»

Daitsi eut un hoquet en ayant une image de sa sœur, et tout le monde avait senti cette seconde d’absence. La générale reprit son souffle avec une grande inspiration puis continua plus calmement.

«Mes sœurs, il faut nous venger. Il faut se battre, même si cela doit nous coûter la vie. Le sort du peuple Qiang est entre nos mains, ne décevons pas les nôtres, mais rendons-leurs leur liberté, ensemble. Ensemble éradiquons la vermine, éradiquons ces barbares de la surface de Noren.»

Daitsi voyait certaines soldates sous ses ordres reprendre du courage, elle revoyait cette rage dans leurs yeux qui s’était éteinte depuis maintenant quelques mois.

«Aujourd’hui, le soleil sera rouge pour l’Empire Ivrian.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yul La'nfan
- Mercenaire -
Messages :
74

Date d'inscription :
02/09/2016


Mon personnage
Réputation: Mercenaire amie des bêtes
Célébrité: Etranger
Équipement:


avatar

MessageSujet: Re: Le Sang d'une Patrie [PV Daitsi] [Flashback]   Mar 22 Aoû - 15:24

C’est l’heure du Duel

ft. Daitsi



Yul porta ses yeux sur leur Capitaine, et écouta son discours. Elle fut partiellement surprise par la prise de position optimiste de celle-ci, ayant déjà eu affaire à son caractère pourtant d’habitude moins enjôleur. Mais, lorsqu’elle observa ses camarades autour d’elle, elle constata que celui-ci avait l’effet escompté : il leur redonnait de l’espoir.
Malgré la lassitude. Malgré la fatigue. Malgré les années qui s’écoulaient, emportant avec elles le sang de milliers d’innocents dans une guerre sans fin. Emportant avec elles ses propres rêves. Ainsi, elle écouta Daitsi parler. Elle se sentit étrangement rassérénée par ses paroles, bien qu’elle n’eût jamais ressassé la moindre idée de vengeance avant son engagement dans les troupes Qiang. Elle n’avait pas perdu sa famille. Seulement ses sœurs d’armes, combat après combat. Aujourd’hui, s’était au tour des Ivrians de goûter à la lame des Qiang.
- Aujourd’hui, le soleil sera rouge pour l’Empire Ivrian.
Des cris s’élevèrent lorsque Daitsi ponctua son discours de cette affirmation. Yul se joignit aux poings levés, une frénésie guerrière s’emparant de l’escouade, les mains se resserrant autour des armes, les muscles se contractant, les regards se faisant durs. Elles étaient prêtes au combat.
Ainsi, elles sortirent du camp, prenant place dans la formation, Daitsi à la tête de leur groupe de soldates au sein de cette dernière. Elles rejoignirent le champ de bataille, à plusieurs centaines de mètres.
Sur leur droite s’étendait la forêt à perte de vue, engloutissant tout sur son passage. Apeurés par les rumeurs la concernant, les Ivrians avaient installé leur campement à flanc de montagne, sur la gauche, aussi loin que possible des ombres sinistres des arbres centenaires.
Le terrain de bataille était escarpé, un avantage certains pour les Qiang. Il était difficile pour les Ivrians de manœuvrer au sein des rochers, avec leurs formations en îlots qui, bien que rapides, ne parvenaient pas toujours à contrer l’agilité des guerrières Qiang. Leurs chevaux s’embourbaient dans la terre gorgée du sang des précédentes batailles, ou risquaient de se briser un membre contre un roc acéré. Leur organisation sans faille était la seule chose qui leur avait permis de tenir jusque-là.
La pente servait les intérêts des Qiang. Des balistes, légères et rapides, avaient été positionnées au sommet, camouflées par quelques toiles et végétaux, prêtes à cueillir les guerriers Ivrians qui s’aventureraient trop prêt du Passage du Dragon. Les roches, quant à elles, aidaient à dissimuler les différentes escouades, parées à bondir sur l’ennemi lorsque leur temps viendrait.
Ce jour-là, les Ivrians eurent du mal à se frayer un chemin jusqu’aux positions Qiang. Peut-être étaient-ils tout aussi éreintés qu’elles. Peut-être les troupes avaient-elles abandonné tout espoir de ressortir un jour vivantes de ce massacre. Ils paraissaient, en tout cas, plus faibles et lents que jamais. Et quand enfin, ils arrivèrent à la hauteur des guerrières embusquées, pensant probablement encore les surprendre au campement, l’ordre d’attaque fut donné. Et la bataille commença.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiseopingu.tumblr.com/
Contenu sponsorisé
- -



MessageSujet: Re: Le Sang d'une Patrie [PV Daitsi] [Flashback]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sang d'une Patrie [PV Daitsi] [Flashback]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noren :: Territoire Qiang :: Les frontières :: Le passage du Dragon-
Sauter vers: