RSS
RSS

- Forum RPG mêlant fantasy et science fiction.

AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Nous avons 4 prédéfinis recherchés ! Tu les trouveras sur la barre latérale
    Une question à nous adressez ? Pose là par ici !
    Ton compte a été supprimé lors du recensement ? Tu peux demander à le récupérer dans la partie questions. Pense à nous donner assez de détails pour prouver que c'est bien toi.

    avatar
    - Indépendantiste -
    Voir le profil de l'utilisateur
    Messages : 214
    Date d'inscription : 17/02/2016

    Mon personnage
    Réputation: Sur le point de basculer
    Célébrité: Reconnu
    Équipement:
    le Sam 3 Sep - 23:58

    Le bestiaire


    Le voilà, enfin ! Bon, au moment où je poste ceci, il est un peu vide, mais ça ne tient qu’à vous de l’étoffer !  cheers

    Vous trouverez des indications sur la création des animaux ici.

    Par souci de praticité, nous avons décidé de classer le bestiaire par habitat : ainsi, lorsque vous faîtes un RP dans un certain lieu, vous savez quels animaux vous êtes susceptibles de croiser. Certaines espèces peuvent être trouvées dans plusieurs habitats, bien sûr.

    Animaux à créer
    Il s’agit d’animaux déjà mentionnés soit dans un RP soit dans la description d’une autre espèce. Je vous joins ce qu’on en sait déjà, et vous pouvez broder à partir de ça.

    Chevaux
    On ne sait pas grand-chose d'eux : ils servent au transport des personnes, peuvent avoir une robe isabelle ou bai, ont/peuvent avoir des sabots gris et ont deux yeux, mais à partir de là, amusez-vous.

    Ours des montagnes :
    Animal vivant (notamment) dans la barrière Irsh’Allai. Prédateur du tigre noir de l’Est.

    Grizzli géant des forêts :
    Animal vivant (notamment) dans les forêts au pied de la barrière Irsh’Allai. Prédateur du tigre noir de l’Est et proie des loups d'Irsh.

    Requin vautour (mentionné par Lilz dans l'Event 1 - L'orage se prépare) :
    Dangereux squale des côtes naidiennes.

    Petit bison blanc, mouton longcrin, porc barbu (mentionnés dans l'annexe sur l'agriculture dans l'empire Ivria) :
    Animaux élevés par les Ivrians, bien adaptés aux climats froids du Nord du pays ou des montagnes.



    Les montagnes


    Mammifères


    L’haokata
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 40 cm pour le corps, autant pour la queue.

    L’haokata est un petit rongeur possédant une queue longue et touffue, ce qui le fait ressembler à l’écureuil terran. Il a tête triangulaire surmontée de deux petites oreilles. Ses yeux, placés plutôt sur le côté, lui donnent une vision très large.

    Il est quadrupède mais se redresse fréquemment sur ses pattes arrières, dont la musculature est bien développée.

    Son pelage est plus court (2 cm) et plus sombre (brun) en été qu’en hiver (5 cm, beige très clair).

    Habitat et environnement :
    On trouve l’haokata uniquement dans les forêts montagneuses qiang.

    Comportement :
    L’haokata se nourrit de baies et de certaines graines.

    Ses griffes font de lui un excellent grimpeur. Il construit son nid en haut des arbres, ce qui suffit à le protéger de la plupart des prédateurs. En cas de menace, il s’empresse de monter se cacher dans des branches touffues.

    Il peut aussi bondir, pour se déplacer plus vite au sol ou de branches en branches.

    Reproduction :
    La saison des amours est en été. L’haokata parcourt alors de grandes distances pour trouver un partenaire.

    Utilisations :
    Son cuir, très solide, est utilisé par les Qiang pour faire des bourses ou des petits sacs.

    Son poil d’hiver, très doux, est utilisé pour rembourrer des oreillers, qui sont ainsi particulièrement confortables et onéreux. Il est cependant plus difficile de le chasser en cette saison, car il se déplace moins.

    Idée originale de Mei Kaïri


    Le loup d’Irsh
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 3,6 m de long.
    Poids moyen : 600 kg.  
    Les loups d'Irsh sont des loups géants qui peuplent la barrière Irsh’Allai. L'absence de l'homme leur a permis d'atteindre la taille d'un gros cheval terran. Leur épais pelage, très efficace pour les protéger du froid, est blanc souvent zébré de gris. Leur sternum est très large et aussi résistant qu’une armure en fer.

    On les surnomme aussi « loups tempête » à cause de leur méthode de chasse peu habituelle (cf. l.
    e paragraphe "Particularité")
    Du fait de la région de vie très limitée de ces grands prédateurs, on ne les rencontre que rarement et ils sont donc méconnus des hommes.

    Habitat et environnement :
    On les trouve sur les hauts plateaux des mont Irsh’Allai. Ils creusent la neige à l'aide de leurs griffes pour créer des terriers les protégeant de la morsure prolongée du froid. Ils chassent les ours des montagnes et autres gros mammifères, en meute pour jouer sur leur nombre et surpasser les plus gros animaux. Une expédition humaine bien organisée pourrait aisément vaincre un loup isolé, mais affronter une meute, surtout en pleine tempête, est un acte suicidaire.

    Ils ne se sont pas étendu au-delà des montagnes, leur pelage d’un blanc immaculé les désignant comme cibles dès lors qu’ils ne sont plus sur la neige.

    Comportement :
    Ces bêtes vivent en général en meutes d'une dizaine d'individus menée par un mâle alpha qui organise la vie de tout le clan. Il est le seul mâle reproducteur de la troupe, qui est composée par ailleurs de femelles, de louveteaux et de jeunes.

    La domination d'une meute se gagne à la saison des amours, où les mâles s'affrontent lors de sanglants duels, à l’issue desquels le vaincu est souvent mis à mort ou chassé du territoire.

    Leur hurlement peut être entendu à des kilomètre à la ronde et signifie en général l’imminence d'une attaque. Les loups se fient essentiellement à leur vue pour chasser. Leur odorat est très peu développé car inutile au milieu de la neige et des tempêtes.

    Reproduction :
    Les loups des tempêtes se reproduisent au milieu de l'hiver. La gestation est plutôt courte, on peut voir les premiers louveteaux sortir des terriers au milieu de l'été. Ils sont élevés par les femelles, qui leur apprennent à chasser en meute. Les louveteaux atteindront l'âge adulte vers leurs quatre ans et devront partir rejoindre d'autre meutes, chassés par l'alpha. Une seule portée donne environs quatre louveteaux. L'instinct de protection est tel que la grande majorité atteindront l'âge adulte, même si les plus jeunes peuvent échapper à la vigilance de leur mère.

    Particularités : leur technique de chasse, et la monte de loups :
    Les loup d'Irsh chassent en général pendant les tempêtes de neige. Leur facilité à détecter leurs proies malgré le blizzard relève d’un sixième sens : ils peuvent ressentir les vibrations du sol causées par le déplacement de leurs proies. Pour cela, ils s’allongent à plat ventre, posant leur large sternum contre la terre, et celui-ci amplifie les vibrations. Chassant de plus toujours sur un territoire qu’ils connaissent parfaitement, les loups peuvent poursuivre leur proie où qu’elle aille, alors qu’elle est déroutée par la tempête.

    Ces loups sont aussi l'apanage de la troupe d'élite de Loyce. Chaque chevalier méritant se voit confié un bébé loup duquel il devra prendre soins tout au long de sa vie, qui va en générale de pair avec son propriétaire. Ce sont en général de jeunes louveteaux issus des meutes vivant relativement bas dans la barrière et qui ont été capturés alors qu’ils avaient échappé à la surveillance de leur mère. De telles captures étant très rares, seul les plus importants chevaliers se voient offrir un loup d'Irsh. Ils constituent des animaux loyaux bien qu'un peu caractériels.

    Idée originale d’Arthorias de Loyce


    Le tigre noir de l’Est
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 4,4 m de long (dont queue : au moins 1 m).
    Poids moyen : 450 kg.  
    Les tigres noirs sont d’énormes félins, à la silhouette élancée. Leur pelage, long de 5 à 10 cm, est noir tigré d’argent sur le dos et argenté sur le ventre et l’intérieur des pattes. Celui-ci est assez épais pour protéger du froid des montagnes. Il offre aussi une protection efficace y compris contre des armes humaines (cf. Particularité).
    Leurs griffes mesurent 7 cm de long et sont rétractiles. Sa morsure est assez puissante pour broyer le crâne d’un cheval.

    Habitat et environnement :
    Barrière d’Irsh’Allaï et les forêts denses à leurs pieds. Ils apprécient les terrains accidentés et sombres, où ils pourront se mettre en embuscade et où leur couleur noir sera un avantage. Leur longue queue leur confère un excellent équilibre. Ils préfèrent dormir dans des cavernes, sur des saillies rocheuses ou en hauteur dans les arbres.
    La croissance démographique des humains a fait fuir de nombreux grands animaux de certains territoires historiques des tigres. À l’extrême est de l’Empire, les tigres sont un vrai souci pour les villages, qui se font régulièrement attaquer.
    Leurs prédateurs naturels sont d’autres tigres, les ours des montagnes ou les grizzlis géants des forêts. Les hommes peuvent aussi les chasser : s’ils sont en groupe et bien organisés, ils peuvent espérer tuer un tigre seul.

    Comportement :
    Les tigres sont des animaux féroces n’hésitant jamais à se battre. S’ils font face à un ennemi à repousser, ils rugissent pour l’impressionner avant d’attaquer. Ils approchent cependant leurs proies avec une grande discrétion.
    Ils sont en effet des chasseurs très efficaces. Ils ont un odorat développé, ainsi qu’une excellente vue : en terrain dégagé, ils repèrent un animal de la taille d’un chien à plus d’un kilomètre.
    Ils vivent seuls au sein de leur propre territoire, dont la taille dépend de leur âge et de leur capacité à le défendre.

    Reproduction :
    Les tigres peuvent se reproduire à partir de l’âge de deux an.
    En saison de reproduction (printemps), lorsqu’ils repèrent un potentiel partenaire, les tigres mâles et femelles émettent de puissantes phéromones. Après une gestation de 4 mois, la tigresse donne naissance à une portée de 3 à 6 tigrons, qu’elle allaitera durant 2 à 3 mois. Ils restent avec elle jusqu’à la naissance de sa portée suivante, 1 à 3 ans plus tard.
    En moyenne, 2 tigrons sur 3 atteindront l’âge de la reproduction.

    Particularité : leur pelage :
    Leur peau secrète une substance qui enduit leurs poils et durcit à l’air, rendant leur pelage très rigide. Il peut facilement dévier les coups d’estoc d’épée et de griffes, et déchirer la peau humaine lors d’un contact brutal et à rebrousse-poil.
    Cette substance est lavée lorsque l’animal est mouillé (baignade, forte pluie), ce qui rend son pelage doux et inoffensif, mais la substance se renouvelle en quelques jours.

    Anecdote : Les soldats du sang impérial, la garde personnelle de l’empereur, portent une armure en peau de tigre noir. La substance n’étant plus secrétée, ils enduisent le pelage d’une résine végétale qui a le même effet.

    Idée originale de Sety Maelkran



    Les forêts


    Mammifères


    Les filantes
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 1m à 1m15 au garot
    Poids moyen : 55 a 65 kg
    Animal quadrupède proche de la biche terrestre. Les filantes sont cependant encore plus fines et possèdent des pattes encore plus longues. Sur chaque côté de leur visage se trouvent deux paires d’œil très proches mais permettant un angle de vue large. Leur pelage court peut être de différentes nuances de beige ou de brun, parfois tacheté. Les mâles sont légèrement plus trapus et ont le pelage plus sombre.
    Habitat et comportement : Les filantes habitent dans les forêts ou aux abords, hors celles à trop haute altitude. Leurs grandes pattes leur permettent de s’enfuir facilement malgré la végétation. Les filantes sont extrêmes rapides, d’où leur nom. Il est impossible pour un humain de les suivre dans la forêt.
    Les filantes dorment la nuit et vivent le jour. Elles mangent de l’herbe, des feuilles ainsi que des fruits à coques. Les filantes sont grégaires ; les femelles vivent en harde, les mâles les rejoignent à la saison des amours.
    Les filantes sont chassées pour leur viande et leur cuir, qui se vendent à des prix bons marchés partout dans le continent.

    Reproduction :
    Les mâles sont solitaires et ne s’approchent des femelles que lors de la saison des amours, à la fin de l’automne. La gestation dure 7 mois. Il n’y a qu’un ou deux bébés par portée. Le jeune restera 10 mois avec sa mère avant, soit de rejoindre une harde pour les femelles, soit de devenir solitaire pour les mâles. Les jeunes filantes restent cachées, ne sortant que lorsqu’elles sont en âge de brouter et de s’enfuir rapidement en cas de menace.


    Le chareneuil
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 50-60 cm de long (sans la queue), 20-30 cm au garrot
    Ces mammifères quadrupèdes ont deux très grandes oreilles et une longue queue. Lorsqu’ils sont assis à la façon de chats terrans, leur fourrure forme une petite collerette derrière leur tête. Ils sont très agiles.
    Leur pelage, très doux, peut prendre toutes les nuances de marron et de beige mais aussi être blanc ou noir. Leurs yeux sont d’un bleu océan ou vert émeraude.

    Habitat et comportement :
    À l’état sauvage, les chareneuils vivent dans la forêt, où ils peuvent se réfugier dans les arbres. Ils dorment beaucoup et vivent principalement la nuit. Ils mangent de petits rongeurs, et c’est pour cette raisons que les peuples de Noren les ont apprivoisés. Ils sont très affectueux et toujours en recherche de câlins. Pour s’adapter au mode de vie de leurs maîtres, les lignées de chareneuils domestiquées sont devenues plus diurnes.
    Leurs cris sont appelés « miaulements » mais lorsqu’ils font face à un adversaire, ils émettent un son ressemblant au frottement du métal sur le bois, en hérissant leurs poils pour paraître plus impressionnants.

    Idée originale d'Ernest Miller


    Le tigre noir de l’Est
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 4,4 m de long (dont queue : au moins 1 m).
    Poids moyen : 450 kg.  
    Les tigres noirs sont d’énormes félins, à la silhouette élancée. Leur pelage, long de 5 à 10 cm, est noir tigré d’argent sur le dos et argenté sur le ventre et l’intérieur des pattes. Celui-ci est assez épais pour protéger du froid des montagnes. Il offre aussi une protection efficace y compris contre des armes humaines (cf. Particularité).
    Leurs griffes mesurent 7 cm de long et sont rétractiles. Sa morsure est assez puissante pour broyer le crâne d’un cheval.

    Habitat et environnement :
    Barrière d’Irsh’Allaï et les forêts denses à leurs pieds. Ils apprécient les terrains accidentés et sombres, où ils pourront se mettre en embuscade et où leur couleur noir sera un avantage. Leur longue queue leur confère un excellent équilibre. Ils préfèrent dormir dans des cavernes, sur des saillies rocheuses ou en hauteur dans les arbres.
    La croissance démographique des humains a fait fuir de nombreux grands animaux de certains territoires historiques des tigres. À l’extrême est de l’Empire, les tigres sont un vrai souci pour les villages, qui se font régulièrement attaquer.
    Leurs prédateurs naturels sont d’autres tigres, les ours des montagnes ou les grizzlis géants des forêts. Les hommes peuvent aussi les chasser : s’ils sont en groupe et bien organisés, ils peuvent espérer tuer un tigre seul.

    Comportement :
    Les tigres sont des animaux féroces n’hésitant jamais à se battre. S’ils font face à un ennemi à repousser, ils rugissent pour l’impressionner avant d’attaquer. Ils approchent cependant leurs proies avec une grande discrétion.
    Ils sont en effet des chasseurs très efficaces. Ils ont un odorat développé, ainsi qu’une excellente vue : en terrain dégagé, ils repèrent un animal de la taille d’un chien à plus d’un kilomètre.
    Ils vivent seuls au sein de leur propre territoire, dont la taille dépend de leur âge et de leur capacité à le défendre.

    Reproduction :
    Les tigres peuvent se reproduire à partir de l’âge de deux an.
    En saison de reproduction (printemps), lorsqu’ils repèrent un potentiel partenaire, les tigres mâles et femelles émettent de puissantes phéromones. Après une gestation de 4 mois, la tigresse donne naissance à une portée de 3 à 6 tigrons, qu’elle allaitera durant 2 à 3 mois. Ils restent avec elle jusqu’à la naissance de sa portée suivante, 1 à 3 ans plus tard.
    En moyenne, 2 tigrons sur 3 atteindront l’âge de la reproduction.

    Particularité : leur pelage :
    Leur peau secrète une substance qui enduit leurs poils et durcit à l’air, rendant leur pelage très rigide. Il peut facilement dévier les coups d’estoc d’épée et de griffes, et déchirer la peau humaine lors d’un contact brutal et à rebrousse-poil.
    Cette substance est lavée lorsque l’animal est mouillé (baignade, forte pluie), ce qui rend son pelage doux et inoffensif, mais la substance se renouvelle en quelques jours.

    Anecdote : Les soldats du sang impérial, la garde personnelle de l’empereur, portent une armure en peau de tigre noir. La substance n’étant plus secrétée, ils enduisent le pelage d’une résine végétale qui a le même effet.

    Idée originale de Sety Maelkran



    Reptiles


    Le rascin
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 1 m de long pour le corps, 2 à 3 m pour les bras (d’après les évaluations les plus crédibles)
    On sait peu de choses de ces bêtes – certains prétendent même qu’elles n’existent pas. Ceux qui prétendent en avoir vu rapportent qu’elles se fondent admirablement dans leur environnement : grâce à un épiderme marron gris et à des écailles vertes, ou parfois brunes, elles peuvent se faire passer pour des racines (d’où son nom). Elles auraient deux (ou plus ?) très longs bras, semblables à des lianes, terminés par des mains faméliques.

    Habitat :
    La forêt Haï, uniquement.

    Le rascin apprécie les cuvettes ou légères déclivités ombragées, où il peut s’allonger et se camoufler. Se confondant avec l’humus, il attendant le passage d’une proie potentielle. On ne le remarque souvent qu’au moment de poser le pied dessus ou quand sa main nous saisit la cheville. Les seuls moyens de déceler sa présence plus tôt sont les vagues relents pestilentiels de putréfaction émanant des restes de ses proies ainsi que leurs ossements, que l’on peut trouver à proximité de la gueule de la bête.

    Comportement :
    On suspecte le rascin de ne pas pouvoir se déplacer, ou très difficilement : en tout cas, personne n’a jamais rapporté avoir été poursuivi par un rascin après lui avoir (miraculeusement) échappé. Il attend plutôt que ses proies lui tombent toutes crues dans la bouche – littéralement. Lorsqu’un animal (à peu près n’importe lequel, dit-on, depuis les chareneuils jusqu’aux cerfs bossus) s’aventure trop près, il la capture entre ses bras et l’étouffe jusqu’à la mort, avant d’attendre une putréfaction partielle pour se nourrir des sucs produits par la décomposition.

    S’en protéger :
    Le meilleur moyen est de ne pas s’aventurer dans la forêt Haï (le rascin n’est qu’un danger parmi de nombreux autres, dit-on). Si on n’a pas le choix, il faut avant tout faire attention à où on pose les pieds, cherchant des lianes courant sur le sol depuis un point central. Une fois qu’il est repéré, opter pour la fuite, le feu ou, à défaut, une hache bien aiguisée.

    Idée originale de Calisto Catarosa



    Les champs et prairies





    Le désert



    Reptiles


    Le gecko des sables
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 2,5 m de long.
    Poids moyen : 400 kg.
    Les geckos des sables sont d'énormes lézards. Chez l’immense majorité des individus, leur cuir épais est de couleur sable. La seule manière de les différencier est, pour les individus apprivoisés, le signe de leur propriétaire peint sur leur cou.

    Habitat et environnement :
    Les geckos vivent exclusivement dans les plaines ensablées, surtout dans les régions les plus reculées. Ils supportent très bien les hautes températures de la journée et ont une endurance remarquable.
    Ce sont des animaux à sang froid : ils doivent régulièrement de se réchauffer. On peut donc souvent les voir rester immobiles, au soleil, comme les lézards terrans. Ce besoin de chaleur explique qu’on ne les voit que très rarement s’aventurer hors du désert Nakhta.
    Ce sont des animaux omnivores : ils apprécient la viande des petits mammifères ou des autres reptiles du désert mais si la chasse est mauvaise, ils se rabattent sans problème sur les plantes grasses ou leurs racines.

    Comportement :
    Ces animaux vivent en groupes d'une vingtaine d'individus, commandés par une matriarche, la femelle la plus imposante physiquement. C'est elle qui prend les décisions, son autorité n'est jamais remise en cause. Elle est aussi la première à défendre le groupe contre tout intrus agressif.
    Lorsque des groupes se croisent, il est fréquent que des individus quittent le leur pour partir avec l’autre. La reproduction ayant lieu uniquement au sein d’un même groupe, cela permet de maintenir une diversité génétique.
    Peu farouches, les geckos suivent souvent les groupes de nomades (voir le paragraphe « Particularité »).

    Reproduction :
    Les geckos des sables sont des animaux ovipares. Une fois par an, en plein été, après la saison des amours, les femelles fécondées par les mâles du groupe s’éloignent de quelques kilomètres pour pondre chacune une douzaine d’œufs puis les abandonnent. Les neuf dixièmes d’entre eux, enterrés dans le sable chaud, écloront après 4 mois. À leur naissance, deux ou trois portées se rejoignent pour former un groupe.

    Particularité : Le gecko en tant que monture :
    Les geckos font d’excellentes montures pour les nomades du désert, leurs larges pattes leur permettant de se déplacer à une vitesse sans pareil sur les larges étendues du désert. Étant donné leur mode de reproduction (œufs abandonnés et qui doivent rester dans le sable), ils ne sont pas véritablement élevés par l’Homme mais ont développés une relation symbiotique avec eux : ils se monter et atteler, et en échange, leurs maîtres les nourrissent régulièrement.
    Une fois apprivoisés, les geckos sont très fidèles. Ils peuvent tirer de lourdes charges et ne consomment que peu d'eau. Leur seul véritable point faible est leur vulnérabilité au froid, donc la quasi-impossibilité de les faire sortir du désert.
    Un bon artisan sait comment tirer profit de chaque parcelle du corps d'un gecko mort produisant des armures très légères avec leur cuir ou des dagues acérées avec leurs griffes.

    Idée originale d’Arthorias de Loyce


    Mammifères


    Le renard des tempêtes
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : entre 1m et 1m30 de long pour 50cm de haut.
    Poids moyen : entre 14 et 18 kg.

    Son corps est allongé, ses oreilles sont hautes et larges et son pelage uniforme a une couleur très proche de celle du sable. Son cou est long, sa tête est petite et conique. Le renard des tempêtes est en fait bien plus proche des belettes terriennes que des canidés, hormis sa taille.

    Particularité : Les glandes
    Les renards des tempêtes possèdent deux glandes positionnées sous leur queue. Le contenu, mal odorant, est déversé dans leur terrier afin d’éloigner les prédateurs comme les geckos. L’odeur disparaît au bout d’un à deux jours. Le liquide peut également est libéré « en urgence » lorsque l’animal est pris en chasse.

    Habitat et environnement :
    On retrouve les renards des tempêtes dans le désert, éloigné des grandes villes. Ils creusent des terriers profonds afin de trouver de la fraîcheur. Ils sont nomades et changent de terrier tous les jours ou tous les deux jours. Leurs pattes sont adaptées à la chaleur du sable et leur permettent de creuser leur repère.

    COMPORTEMENT :
    Ses oreilles lui permettent à la fois d’entendre facilement ses proies mais également de se refroidir grâce à un grand nombre de vaisseaux sanguins. Les renards des tempêtes mangent de petits rongeurs et insectes. Il dort le jour et chasse la nuit, ce qui explique qu’il est méconnu des Nakhta. Ces derniers ne l’aperçoivent que lorsqu’il court pour fuir les tempêtes de sable, d’où son nom.
    L’animal est capable de grogner et siffler, en période de chaleur ou lorsqu’il est en danger.
    Le renard des tempêtes vit entre 8 et 12 ans. Il n’a jamais été domestiqué malgré ses qualités de chasseur de nuisibles car il est impossible à sédentariser. Il a un mode de vie solitaire, hors saison des amours (fin de la saison des tempêtes).

    REPRODUCTION :
    Le renard des tempêtes est adulte à partir de 18 mois. La gestation dure six semaines. Les portées naissent ainsi dans la saison paisible. Le mâle nourrit la femelle durant la fin de la gestation et disparaît à la naissance de la portée. Cette dernière comprend entre trois et six petits. Ces derniers resteront pratiquement un an avec leur mère avant de s’éloigner. Ils apprennent à chasser après quatre mois. Une femelle ne met bas qu’une année sur deux en moyenne.

    Idée originale par Sÿria Rahji




    L’eau douce





    Les plages



    Mollusques


    La pieuvre des plages
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 20 à 30 cm.
    Poids moyen : 620 g.
    La pieuvre des plages est un petit céphalopode. Ses huit membres relativement courts sont disposés tout autour de son corps circulaire et la tête forme un dôme au centre. Les yeux sont disposés sur le dessus, la bouche est sous la pieuvre, entre ses tentacules, et en forme de petit bec. La couleur de sa peau est très proche de celle du sable, le rendant difficile à distinguer.

    Habitat et environnement :
    Plage des îles naidiennes.
    La pieuvre des plages vit enfoncée dans le sable immergé, non loin des rochers où elle peut trouver une partie de sa nourriture. La pieuvre s’enfonce dans le sable, ne laissant dépasser que le haut de sa tête afin de voir ce qui se passe au-dessus ou autour d’elle. Lorsqu’elle repère un mollusque ou un crabe, elle se projette soudainement hors du sable et le chasse. Son bec casse les coquilles et carapaces et elle se nourrit de la chair.
    Lorsque le niveau d’eau baisse en surprenant l’animal, une pieuvre ensevelie peut survivre dans du sable mouillé, jusqu’à ce que ce dernier sèche ou jusqu’à ce qu’elle meure de faim. Elle est, en revanche, obligée de fermer les yeux pour ne pas qu’ils sèchent.

    Comportement :
    Les pieuvres vivent en solitaires, malgré le fait qu’il y ait souvent d’autres congénères proches. Elles semblent toutefois garder une certaine distance entre elles lorsqu’elles s’ensevelissent, ne se disputant ainsi jamais la même proie. Elles s’ignorent de la sorte jusqu’à la saison des amours.  
    Face à un prédateur (plus gros poisson, cétacés), la pieuvre repérée peut projeter un nuage d’encre noire et s’enfuir en se propulsant puis en s’ensevelissant dans le sable plus loin.

    Reproduction :
    À la saison des amours, quelques jours après avoir été fécondées par un mâle, les femelles sélectionnent un endroit où s’ensevelir et pondre – cinq œufs en moyenne. Dès lors, elle chassera beaucoup moins afin de couver et perdra beaucoup de poids. Elle ne s’attaquera qu’aux proies très proches et peu mobiles. Au bout de six semaines, les œufs éclosent. Si elle n’a pas mangé récemment, il peut arriver que la mère mange le premier-né pour retrouver de l’énergie. Après cela, elle quitte son nid improvisé et s’installe ailleurs, laissant les bébés en totale autonomie dès la naissance.

    Particularités : l'encre des pieuvres de plage :
    Les pieuvres sont chassées par les Naidiens, qui récupèrent son encre et l’utilisent pour écrire. La chasse consiste à repérer les yeux de la pieuvre puis de l’attraper sous une sorte de grande épuisette pour l’empêcher de s’enfuir. Après l’avoir tuée, il faut prélever délicatement les poches d’encre. Ces dernières sont entourées de très fins vaisseaux. Il est impossible de prélever de l’encre sans prélever un minimum de sang. Le sang, de couleur bleue, donne cette teinte particulière à l’encre utilisée pour écrire. Plus l’encre est sombre, plus sa qualité est bonne car moins elle contient de sang.
    Le reste de la pieuvre est consommé.



    Idée originale de Seena Cahill



    La mer


    Mammifères


    La loutre géante marine
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 1m80 (femelles) à 2m50 (mâles) de long.
    Poids moyen : 30 (femelles) à 50 kg (mâles).
    La loutre géante marine est un mammifère qui présente un pelage extrêmement dense la protégeant du froid et gardant sa peau au sec. Au toucher, ce poil est très doux. Sa fourrure est ainsi très appréciée, ce qui encourage le braconnage de l’espèce dans certains endroits. Le corps de la loutre est très fin et racé, faisant d’elle une excellente nageuse.
    Les pattes sont palmées et elles portent de petites griffes très fines. Il est à noter que ses griffes sécrètent un poison paralysant très efficace, bien que non mortel. Sa gueule est petite mais ses mâchoires sont puissantes afin de pouvoir broyer ses repas.

    Particularités : venin et pelage
    • Les loutres de mer peuvent sécréter un venin paralysant le long de leurs griffes. Une griffure (jusqu’au sang) provoque une paralysie totale d’un animal de taille moyenne. Ses effets durent entre 20 et 30 minutes. Ce venin est cependant inefficace si la loutre se bat dans l’eau.
    • Le pelage de la loutre peut changer de couleur. Il peut prendre des teintes blanches, marrons (du beige au marron presque rouge), grises (jusqu'à noires) et même verdâtres pour s'adapter au milieu où elle vie. De cette façon, elle peut se camoufler plus facilement.

    Habitat et environnement :
    On retrouve la loutre géante sur toutes les côtes de Noren, que ce soit dans les mers chaudes du royaume Naidien, dans les fjords du nord de l’empire ou encore chez les Qiang. Tant que l’environnement propose un abri pour les petits de l’animal et une bonne source de nourriture, une loutre est susceptible d’y vivre.
    Elles auront cependant une affection particulière pour les estuaires de petits fleuves et les lagunes, qui leur permettent jouer avec leurs petits de façon plus sécurisée. Les loutres dorment directement sur les berges, dans des sortes de campements aménagés avec l’aide de branches et de feuilles.

    Comportement :
    Les loutres sont des animaux sociaux vivant en familles de 4 à 10 individus. Il a été signalé des familles plus nombreuses mais cela reste marginal. Le territoire d’une famille est relativement restreint, il s’étendra sur 4 à 5 km de littoral et sur 1 km dans les terres (sauf sur le littoral sud de l’Empire, où des falaises leur barrent la route). En effet, bien que très bonne nageuses et pêcheuses, les loutres peuvent aussi chasser de petits animaux terrestres.
    Une famille défendra férocement son territoire contre une autre communauté de loutres, cependant, mais elles sont relativement accueillantes envers les humains. Il a en effet été signalé des cas où des loutres auraient aidé des gens à regagner le rivage. Une légende naidienne dit qu’un enfant abandonné par ses parents auraient vécu plusieurs mois avec une famille de loutres.
    Cependant, le braconnage peut rendre certaines familles très agressives envers les humains. Il faut donc être prudent.
    Les loutres se nourrissent différemment en fonction du lieu de vie. Leur régiment alimentaire comprend notamment des poissons, des crustacés, des petits mammifères et des fruits.
    Les loutres n’ont que peu de prédateurs. On citera, sur terre, les humains, les tigres et autres grands prédateurs. En mer, les requins peuvent aussi s’en prendre à des individus solitaires.

    Reproduction :
    Une loutre peut espérer vivre 20 ans dans les régions chaudes, un peu moins dans les régions froides. L’âge de reproduction est atteint vers deux ans, les femelles ont une portée par an. La période change en fonction du lieu de vie, mais le plus souvent ce sera vers la fin du printemps. Les portées sont constituées d’un ou deux loutrons, qui tètent leur mère pendant deux mois. Ils commencent à chasser avec de l’aide à partir de trois mois et sont capables de s’alimenter seuls vers six mois.
    Durant toute sa vie, une femelle mettra au monde une quinzaine de portée en moyenne.


    Idée originale de Sety Maelkran




    Les villes et villages


    Mammifères


    Le raton
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 7 à 30 cm de long (sans la queue)
    Les ratons sont proches des rats humains, avec deux différences notables : ils possèdent trois incisives (au lieu de quatre) et deux queues. Leurs incisives, très développées, poussent continuellement, ce qui les obligent à les user. Leurs queues, de longueur équivalente à celle du corps, sont toutes deux contrôlables et leur sert à s’équilibrer lorsqu’ils sautent ou se diriger quand ils nagent.
    Leur pelage, assez court, peut être blanc (rare à l’état sauvage : ça fait d’eux des proies faciles), gris ou brun.

    Habitat et comportement :
    Les ratons vivent à proximité des humains, que ce soit en milieu urbain ou rural. Les ratons des villes sont généralement plus petits que ceux de la campagne.
    Ils savent très bien nager. Ils sont même capables de plonger et rester sous l’eau quelques instants. Ainsi, ils peuvent rejoindre et escalader les chaînes des ancres des navires qui mouillent près des côtes.
    Ils sont peu appréciés des humains, car ils rongent le bois et le mortier pour user leurs incisives. De plus, leurs nourritures favorites sont les grains et les produits céréaliers, même s’ils peuvent aussi être charognards.
    Les chareneuils sont leurs prédateurs naturels. Face à un danger, les ratons sont peu agressifs et cherchent avant tout à fuir mais ils peuvent attaquer s’ils se sentent acculés. Ils utiliseront alors leurs dents et viseront les yeux de leur adversaire.
    Idée originale d'Ernest Miller




    Animaux domestiques


    Mammifères


    Le chareneuil
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 50-60 cm de long (sans la queue), 20-30 cm au garrot
    Ces mammifères quadrupèdes ont deux très grandes oreilles et une longue queue. Lorsqu’ils sont assis à la façon de chats terrans, leur fourrure forme une petite collerette derrière leur tête. Ils sont très agiles.
    Leur pelage, très doux, peut prendre toutes les nuances de marron et de beige mais aussi être blanc ou noir. Leurs yeux sont d’un bleu océan ou vert émeraude.

    Habitat et comportement :
    À l’état sauvage, les chareneuils vivent dans la forêt, où ils peuvent se réfugier dans les arbres. Ils dorment beaucoup et vivent principalement la nuit. Ils mangent de petits rongeurs, et c’est pour cette raisons que les peuples de Noren les ont apprivoisés. Ils sont très affectueux et toujours en recherche de câlins. Pour s’adapter au mode de vie de leurs maîtres, les lignées de chareneuils domestiquées sont devenues plus diurnes.
    Leurs cris sont appelés « miaulements » mais lorsqu’ils font face à un adversaire, ils émettent un son ressemblant au frottement du métal sur le bois, en hérissant leurs poils pour paraître plus impressionnants.

    Idée originale d'Ernest Miller


    L’ivrian
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 70 (femelles) à 80 cm (mâles) au garrot.
    Poids moyen : 80 (femelles)à 100 kg (mâles).
    Les moutons ivrians ont une silhouette très ramassée. Leur cou est quasi-inexistant, ils sont courts sur pattes et leur tronc est presque parfaitement rectangulaire. Tout leur corps est recouvert d’une épaisse toison beige, depuis leurs oreilles et le dessous de leur mâchoire jusqu’aux genoux et à la queue (qu’ils ont très courte). Sur certains animaux, cette toison est si épaisse qu’elle racle presque par terre.
    Le crâne a la particularité d’être très incliné par rapport la colonne vertébrale, ce qui fait qu’au repos, on a l’impression que le mouton essaie de coller son menton contre sa poitrine. Cela est dû à la concavité de son chanfrein : une paire d’yeux est en effet juste au-dessus de son museau, qui le gênerait pour voir devant lui s’il n’était pas baissé. Une autre paire est plus haute et plus latérale. Comme les vaches, les moutons n’ont ni incisive ni canines mais des molaires puissantes. Leurs oreilles sont toutes petites
    Les femelles ont quatre mamelles entre leurs pattes arrière.  
    Les femelles ont une seule paire de cornes, qui s’enroulent de chaque côté de leurs joues. Les mâles ont une seconde paire, qui s’élèvent au-dessus de leur tête, se repliant légèrement vers l’arrière. Toutes ces cornes grandissent toute la vie de l’animal, et peuvent atteindre 50 cm de long.

    Habitat :
    Cette race de mouton est uniquement domestique. Ils vivent dehors toute l’année, à l’exception des individus plus fragiles (agneaux, malades, femelles gestantes) qui sont rentrées lorsque les hivers sont très froids. Ils ont cependant du mal à s’accommoder des prairies trop humides, où ils sont handicapés par leurs pattes courtes.

    Comportement :
    Plus grégaire que ça, ce n’est pas possible. Un individu ne s’éloignera jamais volontairement à plus de cinq mètres d’un autre. Ils mangent en même temps, ruminent en même temps, dorment en même temps.

    Reproduction :
    La saison de reproduction est uniquement le printemps, pour une naissance en été. Les jeunes sont mis à la reproduction au début de leur premier printemps, vers 8 à 10 mois.
    Après une gestation de 4 mois, la brebis donne naissance à 2 à 4 petits, qui sont sur leurs pattes en quelques heures à peine. Contrairement à d’autres espèces, si la mère meurt ou ne peut allaiter ses petits, ceux-ci sont très facilement adoptés par d’autres mères quel que soit leur âge. Après le sevrage des petits, à dix semaines, la lactation peut être prolongée par la traite jusqu’à cinq voire six mois.

    Idée originale d’Adelmiro Ybaria


    L’ivrian des montagnes
    Spoiler:
    Les moutons qu’on trouve dans les montagnes ivrianes sont très proches de l’ivrian, leur cousin des plaines, mais ils sont un peu plus hauts sur pattes et leur cou est un peu plus long, pour qu’ils s’équilibrent mieux et soient plus agiles dans les terrains rocailleux. Leur sous-poil est plus épais, leur permettant de bien résister au froid.

    Idée originale d’Adelmiro Ybaria


    La penchée
    Spoiler:
    Description générale :
    Taille moyenne : 1m55 (femelles) à 1m70 (mâle) au garrot.
    Poids moyen : 600 kg (femelles) à 800 kg (mâles).
    Elle est la principale race de « bovins » domestiques présente dans l’Empire mais elle n’est pas aussi standardisée qu’une race terrienne et il existe des variations assez importantes, notamment dans les tailles. L’archétype (la silhouette « moyenne ») est très déséquilibrée, avec des pattes avant bien plus longues que les pattes arrières et un dos incliné à environ 25°. Ainsi, ils mesurent environ 1m60 au garrot mais 1m20 au niveau des hanches. Les veaux naissent avec un dos relativement horizontal puis leur avant-main grandit plus que leur arrière-main. Leurs pattes se terminent par un sabot à deux doigts.
    Leur poil est court et doux, sauf sur le mufle où il est absent et sous le ventre où il est dru. Sa couleur est unie mais très variable, allant du blanc au noir en passant par toutes les nuances de beige, de brun et de gris. Certaines teintes sont plus fréquentes dans certaines régions, comme l’acajou dans le Nord-Ouest ou un beau beige presque doré dans les plaines de l’Est.
    Leur tête est massive, avec un museau court mais large. Ils n’ont pas de dent à l’avant mais deux rangées de molaires puissantes. Ils ont quatre yeux, deux au-dessus du museau et deux placés plus haut et plus latéralement. Leurs oreilles sont tombantes mais courtes, elles ne dépassent pas le bas de la mâchoire. La grande majorité des animaux (mâles et femelles) ont d’épaisses cornes, qui s’élèvent presque verticalement en forme de lyre.
    La différence entre les mâles et les femelles est très nette. Les mâles ont une encolure et des épaules très puissantes, qui leur donnent une apparence extrêmement déséquilibrée. Les femelles sont un peu plus harmonieuses mais ont quatre trayons au milieu du ventre. Pour éviter que les trayons ne traînent par terre, les mamelles en elles-mêmes sont intra-abdominales.

    Habitat :
    Les penchés existent uniquement à l’état domestique et sont élevées spécifiquement dans l'empire Ivria. La plupart sont assez résistants pour rester toute l’année à l’extérieure, sauf les plus faibles (jeunes, femelles en fin de gestation) ou dans les régions très froides (Nord, montagnes).

    Comportement :
    Les Ivrians ont sélectionné ces animaux aussi bien sur leur physique que sur leur caractère, ce qui fait que leur bétail est généralement très docile et ne craint pas l’homme. Méfiez-vous cependant des jeunes mâles : ils ne sont pas méchants mais n’ont pas conscience de leur force.
    Ce sont des animaux grégaires, très attentifs envers les plus jeunes et les plus faibles de leur troupeau. Comme ce sont des ruminants. Ils doivent passer une partie de leur temps couché, plus vulnérables. Les troupeaux s’organisent donc en rotation : certains mangent pendant que les autres ruminent près d’eux. En cas de danger, ils se regroupent en cercles, avec les plus vulnérables au centre.

    Reproduction :
    Les éleveurs mettent leurs bovins à la reproduction quand ils vont deux ans et demi, voire trois ans. La gestation dure onze mois, à la fin desquels nait un seul petit. Une gestation de jumeaux peut commencer mais a très peu de chance de bien se terminer. Les éleveurs sèvrent les veaux et les séparent de leur mère vers six mois. Les vaches sont continuellement avec les taureaux, ce qui leur permet de donner naissance à un petit tous les treize à quinze mois.
    Ces bovins peuvent vivre jusqu’à 20 ans mais ils sont souvent abattus vers 15 ans, quand leurs capacités physiques diminuent.

    Idée originale d’Adelmiro Ybaria

    Par Moses




    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum